Hercule Poirot est de retour


4 novembre 2014 à 9h50

Hercule Poirot apparaît dans 33 romans et 52 nouvelles d’Agatha Christie. Cette œuvre sera du domaine public dans douze ans seulement, mais l’écrivaine britannique Sophie Hannah est la première à avoir obtenu carte blanche pour écrire une nouvelle aventure et faire renaître le célèbre détective belge dans Meurtres en majuscules.

Il faut dire que Sophie Hannah est l’auteure de plusieurs romans, dont huit thrillers psychologiques traduits dans plus de vingt langues.

Nous sommes à Londres et ses environs en 1929. Question de reposer ses petites cellules grises en surchauffe, Hercule Poirot choisit de se réfugier incognito dans une pension londonienne. C’est justement là où demeure l’inspecteur Edward Catchpool, de Scotland Yard. Il est le narrateur du polar.

Dès les premiers chapitres, nous apprenons que trois meurtres ont été commis dans un luxueux hôtel. Puis, pendant 300 pages, l’auteure multiplie les personnages et les pistes à explorer: un pasteur infidèle, trois morts à trois étages différents, un cadavre disparu, une langue venimeuse, un esprit écœurant de revanche, du plaisir dans la souffrance des autres, tout y passe pour nous tenir en haleine.

Souvent pris pour un Français, Poirot est toujours tiré à quatre épingles. Il arbore évidemment une moustache artistique qu’il aime bien lisser. Quand on lui lit le billet laissé à la réception peu après les meurtres commis dans les chambres 121, 238 et 317 – «puissent-ils ne jamais reposer en paix. 121. 238, 317.» – Poirot se lisse les moustaches et murmure «Tiens, tiens, ça, c’est intéressant…»

Le détective belge aime parfois parler de lui à la troisième personne. En voici un exemple: «Poirot ne se contente pas de résoudre des énigmes, mon ami, c’est aussi un guide, un professeur. Il souhaite que vous appreniez à penser par vous-même, comme il le fait.»

Et comme vous vous en doutez bien, Hercule Poirot ne manque pas souligner l’importance de faire fonctionner nos petites cellules grises. Lui-même doit souvent bouger pour revitaliser ses cellules grises, «sinon elles vont s’ankyloser». Poirot sait par expérience qu’en éduquant ses cellules grises, «en les forçant à suivre des chemins de traverse», il débouchera immanquablement sur l’inspiration.»

Le détective belge assiste l’inspecteur anglais Catchpool, mais ce dernier n’est parfois pas très vite sur ses patins. «La faille que Poirot venait de pointer […] ne m’avait tout simplement pas traversé l’esprit.» Ou encore: «Comment des incohérences aussi flagrantes avaient-elles pu m’échapper?»

Comme dans les romans d’Agatha Christie, le Poirot de Sophie Hannah est un contradicteur-né, «plutôt porté à croire l’inverse de ce qu’on lui affirme». Et contrairement à ce que Catchpool pense, ce n’est pas parce que trois meurtres sont quasiment identiques que leur déroulement se loge à la même enseigne. Des détails, même infimes, peuvent diverger et revêtir dès lors «la plus haute importance.»

Dans ce polar finement ciselé, nous sommes amenés à nous demander comment une personne qui aime la beauté, le plaisir, l’amour… pourrait-elle commettre trois meurtres aussi odieux? Nous sommes même invités à débattre d’une poignante question: peut-il y avoir meurtre si chacun est tué avec la permission de la victime…?

Loin de moi l’idée de vous dévoiler l’auteur ou les auteurs des crimes commis dans un luxueux hôtel de Londres en 1929. Je laisse cela aux cellules grises de Poirot… Je voudrais cependant vous signaler qu’un silence obstiné demeure souvent une façon efficace de mentir, car, à ce moment-là, «aucun mensonge n’est proféré qui puisse être contesté».

Un mot sur le style de Sophie Hannah. Au besoin, il est coloré et imagé, direct et efficace, subtil et nuancé. En voici un bel exemple: «Le silence qui s’abattit sur la salle fut aussi éloquent qu’un cri, c’était celui de toute l’assistance retenant son souffle.» Un cri silencieux! Faut le faire.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les meilleures façons de tuer la francophonie ontarienne

Ne pas faire de la place aux jeunes, aux immigrants et aux francophiles est un bon moyen de ne pas intéresser les gens à...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 14h10

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur