Haïti après l’assassinat du président Jovenel Moïse : qui donne l’heure juste?

Haïti
Haïti
Partagez
Tweetez
Envoyez

À la suite de l’assassinat du président d’Haïti, Jovenel Moïse, le 7 juillet, voici un aperçu de la situation actuelle selon des informations recueillies via mon réseau de contacts haïtiens sur le terrain. Mes interlocuteurs gardent l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Qui dirige Haïti actuellement?

Le pays est actuellement dirigé par le Premier ministre Claude Joseph. Il se prépare à être installé comme Président. Entre temps, il est déjà contesté par diverses franges de l’opposition traditionnelle. Ils vont jusqu’à l’accuser d’être le bénéficiaire du crime.

Haïti
Le Premier ministre Claude Joseph. Photo: Wikipedia

D’un autre côté, le Premier ministre récemment nommé en attente d’être installé, le Dr Ariel Henry, conteste lui aussi la présence de Claude Joseph à la Primature, soutenant que c’est lui le Premier ministre.

Un troisième élément était venu s’ajouter au tableau. Le Sénat de la République avait fait choix de son président, Joseph Lambert, pour assurer la Présidence provisoire du pays. Cette tentative a échoué samedi.

On attend les déclarations officielles pour connaître la suite.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Qui enquête sur le meurtre du président Jovenel Moïse?

L’ouverture d’une enquête a été annoncée par la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ). Elle menée conjointement avec le Parquet de Port-au-Prince.

Haïti
Le Premier ministre pressenti Ariel Henry. Photo: Wikipedia

Toutefois, le cas ayant pris une tournure internationale, diverses enquêtes sont en cours, en Colombie, au Vénézuéla et aux États-Unis. Une forte délégation américaine arrive ce dimanche 11 juillet, composée d’officiels et de membres du FBI.

Depuis samedi, une unité spéciale de direction des enquêtes criminelles de la police colombienne est sur place, en Haïti, pour collaborer avec la police locale dans l’affaire de l’assassinat du Président Moïse.

Il faut savoir que parmi les «mercenaires» arrêtées, on a identifié 17 Colombiens. Deux ont été tués dans des échanges avec la police haïtienne. Il y a encore 7 en cavale. Deux autres personnes interceptées sont des Américains d’origine haïtienne.

Haïti
Le Sénateur Joseph Lambert. Photo: Twitter

Le gouvernement colombien reconnaît que les inculpés sont des militaires retraités, citoyens colombiens. Cependant, les enquêteurs colombiens pointent du doigt Dimitri Hérard, haut gradé de l’Unité de Sécurité générale du Palais national (USGPN), responsable de la sécurité rapprochée du Président Moïse. Il a effectué plusieurs voyages en Colombie, dont le dernier remonte au 29 mai dernier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il est accusé par les Colombiens, ainsi que par un ex-sénateur proche de Jovenel Moïse, d’être le plus important trafiquant d’armes du pays. Ce sénateur, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, reproche au Président d’être têtu, car il l’avait informé des activités de Dimitri Hérard.

Haïti
Le policier Dimitri Hérard. Photo: YouTube

Les officiels vénézuéliens, de leur côté, condamnent l’acte de cruauté qui a conduit au décès du Président Moïse. Le Président vénézuélien Nicolas Maduro a protesté contre le fait que le nom du Vénézuéla ait été cité. Au tout début, en effet, une rumeur voulait que les mercenaires étaient vénézuéliens et colombiens.

Ils accusent les Colombiens d’être de mèche avec l’opposant vénézuélien Juan Guaido. Dans son intervention, il stipule que l’agence CTU Security, de Miami, qui aurait recruté les mercenaires, appartient à un émigré vénézuélien du nom d’Antonio Intriago et à Juan Guaido.

Qui seraient les assassins présumés?

Les hypothèses fusent de partout. On pointe du doigt l’oligarchie haïtienne, les riches entrepreneurs qui représentent «l’establishment», les mulâtres descendants des colons français et espagnols, les Syro-Libanais arrivés deux ou trois décennies avant l’occupation américaine de 1915.

Tous ces gens-là ou certains d’entre eux seraient les auteurs intellectuels et les financiers de l’opération.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Haïti
L’ancien Président Michel Martelly. Photo officielle

Plusieurs d’entre eux jouissaient de contrats juteux et de franchises douanières que le Président Moïse avait révoqués. Jovenel Moïse avait aussi promis de dénoncer, dans les jours qui viennent, onze familles qui saignent le pays, avec preuves de malversations endurées par l’État Haïtien depuis des décennies.

Leurs hommes de main seraient les mercenaires colombiens, avec l’assistance des policiers haïtiens comme Dimitri Hérard.

Une autre hypothèse vient du dossier électoral. Il paraît que le torchon brûlait, depuis quelque temps déjà, entre l’ex-Président Michel Martelly et son ex-Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, mais aussi entre Martelly et Moïse.

Haïti
L’ancien Premier ministre Laurent Salvador Lamothe. Photo: Wikipedia

Il est connu aussi que Lamothe et Moïse étaient devenus proches politiquement, et que Martelly n’aimait pas ça. Il se trouve que, par un décret du 5 juillet 2021, le Président Moïse accorde décharge de leur gestion des biens et fonds publics, sur la base de rapports de la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif… qui n’ont cependant jamais été validés par le Sénat.

Cette décharge vient délier les mains de Laurent Salvador Lamothe. Il peut maintenant se présenter contre Joseph Michel Martelly à la présidence d’Haïti.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une troisième hypothèse s’attaque aux Américains. Il semblerait que le Président Moïse, lors de son dernier voyage en Turquie, aurait rencontré des émissaires russes avec lesquels il se serait entendu pour financer les forces armées d’Haïti – une chasse gardée des États-Unis.

Haïti
Le Président assassiné Jovenel Moïse. Photo: Wikipedia

Il aurait aussi ignoré l’opposition de Washington à une réforme de la Constitution, voulue par le Président Moïse, qui abolirait le Sénat et le poste de Premier ministre. Les Américains auraient refusé de participer financièrement à la tenue d’un référendum, en septembre, sur cette réforme constitutionnelle.

Le prolongement du mandat du Président faisait déjà polémique en Haïti. Sa réforme constitutionnelle et son référendum seront vraisemblablement annulés.

Combien y a-t-il de partis politiques en Haïti ?

On compte un total de 103 partis et regroupements de partis, dont 73 sont enregistrés et reconnus officiellement, alors que 30 sont enregistrés, mais non reconnus.

Il doit déjà y avoir d’autres partis ou d’autres regroupements de partis qui se sont formés récemment. C’est fluide.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour avoir une idée plus précise, on devra attendre la tenue des sessions d’enregistrement au Conseil électoral provisoire (CEP). Selon le dernier calendrier électoral en vigueur avant l’assassinat du Président Moïse, c’était prévu entre le 6 et le 12 juillet 2021.

Mais depuis le matin du 7 juillet, tout est sur pause en Haïti.

Quelle aide internationale pour Haïti?

L’un des premiers actes du Premier ministre Claude Joseph a été de demander aux Américains l’envoi de troupes. Et il a appelé les Nations-Unies à assurer la sécurité des vies et biens des citoyens, garantir le calme dans les rues, pour faciliter la reprise des affaires.

En attendant, il a instauré un état de siège pour quinze jours, pour se donner les moyens de réagir et aussi de donner un signal clair aux gangs et à tout contrevenant à l’ordre public.

Les Américains et l’ONU ont répondu non à la demande d’envoyer des troupes armées.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pourtant, la menace est lourde. Les gangs armés ont promis, dans une vidéo diffusée samedi soir, de s’attaquer à la «bourgeoisie malpropre». Ils disent vouloir rendre au peuple ce que la bourgeoisie lui a volé, et faire justice au Président assassiné.

Pour le moment, c’est calme. L’activité dans les rues se déroule comme à l’ordinaire. Les banques et les autres commerces fonctionnent.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur