Glendon célèbre son passé et son avenir

Gala 50e anniversaire

Donald Ipperciel, principal de Glendon.

Donald Ipperciel, principal de Glendon.


4 octobre 2016 à 0h30
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Il y a des choses qui se fêtent en grand, comme le 50e anniversaire du Collège Glendon de l’Université York, qui a rassemblé 140 personnes au manoir samedi soir.

«Depuis le début, le Collège a toujours été actif dans la vie politique et citoyenne du pays», a mentionné Lesley Lewis, présidente du Gala et diplômée de la toute première cohorte de Glendon. «Dans les années 60 et 70 turbulentes, où d’autre, à l’extérieur du Québec, des francophiles et des francophones auraient-ils pu rencontrer Renée Levesque avant qu’il devienne premier ministre du Québec?»

L'ancienne étudiante Lesley Lewis, président du Gala.
L’ancienne étudiante Lesley Lewis, président du Gala.

Après un demi-siècle d’éducation universitaire bilingue, l’institution inaugure avec optimisme son «âge d’or». Rappelons-le, ce printemps, Glendon a été désigné partiellement sous la Loi des services en français de l’Ontario, garantissant ainsi un certain nombre de ses programmes en  français.

Gregory Sorbara, ancien ministre libéral et diplômé de Glendon, a évoqué l’importance du mandat bilingue de l’université. «Nous avons la responsabilité ici à Glendon d’assurer notre capacité de promouvoir les deux langues du Canada, et cela pour toujours.»

Alors, «bilinguisme de façade» ou non? Au gala de samedi soir, la langue dominante des conversations était le français. Les discours étaient bilingues, mais majoritairement en anglais. Les valets parlaient français, mais les serveurs anglais…

Rhonda Lenton, provost et vice-présidente de York, a souligné que «même si cela n’a pas toujours été facile», l’augmentation des programmes bilingues de Glendon démontre l’engagement l’Université à continuer de promouvoir la langue et la culture francophones au pays.

Et cette année du jubilé de Glendon coïncide avec l’ouverture de nouveaux programmes: Communications et Administration des affaires. En plus du nouveau Centre d’excellence en études françaises et bilingues (le pavillon de 20 millions $ à l’entrée du campus), le collège souhaite bâtir d’autres édifices sur le grand domaine boisé dont il est propriétaire, indique le principal Donald Ipperciel.

«Je suis arrivée à Glendon à l’âge de 17 ans en septembre 1966», a rappelée Mme Lewis. «J’avais entendu parler d’un nouveau programme où les jeunes recevaient une éducation bilingue et multidisciplinaire afin de leur préparer à une vie dans le service public. C’est cette vision d’Escott Reid (premier principal du collège) qui m’a motivé à choisir Glendon.»

«50 ans plus tard, j’encourage Glendon à continuer dans sa vision actuelle de former des citoyens du monde face aux enjeux du monde.»

Gregory Sorbara, ancien ministre libéral et diplômé de Glendon.
Gregory Sorbara, ancien ministre libéral et diplômé de Glendon.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Grosse fin de septembre franco à Toronto

Jean-Pierre Ferland lance le festival Francophonie en fête le 22. Gabrielle Goulet fête le Jour des Franco-Ontariens le 25. Robert Charlebois est à Markham le 28 et à Toronto le 29. Tifane fait partie de la Nuit africaine le 30.
L’agenda des francophones et des francophiles du Grand Toronto est plein ces deux prochaines semaines: festival Francophonie en Fête, anniversaire du Collège français, Jour...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h22

TIFF 2017: des cris dans les salles obscures

Downrange
Suite à la suppression, pour l’édition 2017 du Festival international du film de Toronto, de deux programmes du festival international de Toronto, dont Vanguard,...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h10

Musique Extravaganza Afro-Caribéenne

elage
À l’image d’un repas gastronomique aux mille et une saveurs, la Nuit Africaine viendra clôturer en beauté une délicieuse 12e édition du festival Francophonie...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h09

Édouard et les maisons de bouteilles

La première maison de bouteilles d’Édouard a été construite en 1980. (Photo: Sandra Dorélas)
Île-du-Prince-Édouard
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h07

Les sucres naturels ne sont pas meilleurs que les sucres raffinés

Ce n’est pas la nature du sucre qui fait la différence, mais bien la quantité totale de sucre qu’on consomme. (Photo: Monika Adamczyk | Dreamstime)
Il y a plusieurs mythes entourant les sucres qui dérangent Catherine Lefebvre. Au point où la nutritionniste a dédié un livre entier à ce...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h02

Un tour du monde de la francophonie à TV5

tv5
25 heures, 23 destinations, 5 continents
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h00

Le rôle très stratégique d’une première ministre

Rachel Notley, présidente du Conseil de la fédération et Première ministre de l'Alberta. (Photo: Connor Mah - https://www.flickr.com)
Tribunaux albertains: on peut employer le français dans les communications verbales... mais pas écrites
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h59

Islamophobie? Non, véritéphobie!

Le président Donald Trump et son épouse Melania avec le roi  Salman et le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi. (Photo: Maison-Blanche)
L’État islamique continue de frapper. Que faire?
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h58

Des coffrets pour monter votre propre exposition

Gustav Klimt. Éditions Taschen, 2017, coffret d’affiches (16 tirages sous coffret), 25,4 x 33 cm.
Les éditions Taschen, comme cela ressort des nombreux articles de L’Express qui mentionnent leur nom, se consacrent à la promotion d’œuvres artistiques ou de...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h57

La drogue pimente deux romans américains

Elin Hilderbrand, À nous, roman traduit de l’anglais par Perrine Chambon, Paris, Éditions JC Lattès, 2017, 414 pages, 29,95 $. 
David Swinson, La Fille de Kenyon Street, roman traduit de l’anglais par Mireille Vignol, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2017, 354 pages, 29,95 $.
Qu’arrive-t-il quand le testament d’un grand chef cuisinier stipule que ses trois épouses doivent souligner sa mort en répandant ses cendres ensemble et qu’elles...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h56

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur