Francophonie canadienne hors Québec: maintien ou rattrapage?

Quid de la cible de 4,4% d’immigration francophone?

Des images tirées du site du Réseau en immigration francophone du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario,
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Notre gouvernement s’est engagé à appuyer et à favoriser la vitalité des communautés francophones du Canada en augmentant le nombre de nouveaux arrivants d’expression française. Le gouvernement Harper n’a pas pris de mesures dans ce dossier important et nous avons entrepris de corriger ce manquement au devoir.»

C’est ce que m’a déclaré Mathieu Genest, attaché de presse du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, qui est présentement en campagne électorale dans sa circonscription torontoise de York-Sud–Weston en vue du scrutin du 21 octobre.

Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada
Le ministre Ahmed Hussen

Un plan d’action

«Nous avons lancé un Plan d’action pour atteindre notre objectif d’accroître la proportion d’immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec. Nous avons apporté des changements clés à nos programmes pour attirer plus d’immigrants francophones, notamment:

• Rétablir le programme Mobilité francophone qui a été coupé par les conservateurs pour attirer des travailleurs francophones hautement qualifiés dans les communautés à l’extérieur du Québec.

• Nous avons ajouté des points pour la maîtrise du français, ce qui a augmenté le nombre d’immigrants d’expression française sélectionnés par les volets économiques.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

• Nous avons investi 40,8 millions $ pour améliorer la qualité et la disponibilité des services de soutien à l’intégration des nouveaux arrivants francophones.

• Nous avons considérablement accru nos efforts de promotion et de recrutement pour faire connaître le Canada comme une destination de choix pour les francophones.»

Trois réseaux ontariens

Trois réseaux de soutien à l’immigration francophone se partagent le territoire de l’Ontario: celui du l’Est, du Centre-Sud-Ouest et du Nord de l’Ontario.

J’ai invité la direction de ces trois réseaux à partager avec vous leurs commentaires sur les propos du professeur André Braën qui estime que viser le poids démographique actuel de la francophonie hors Québec est une cible nettement insuffisante compte tenu du rattrapage à faire et d’un développement qui soit réel.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Je vous présente aujourd’hui les commentaires de deux de ces réseaux.

La cible de 4,4 % nuit au Nord de l’Ontario

Selon Thomas Mercier, coordonnateur du Réseau du Nord, il est clair que la cible actuelle est largement insuffisante, et ce, même dans un monde idéal où elle serait respectée.

4,4 % de nouveaux arrivants francophones, c’est suffisant pour faire croître la population francophone en Alberta, en Colombie-Britannique ou dans le Grand Toronto puisque la population francophone actuelle y est moindre en termes de pourcentage.

Thomas Mercier

«Cependant, cette approche mur à mur du 4,4% nuit énormément au Nord de l’Ontario où la population francophone est actuellement largement supérieure au 4,4%.»

Monsieur Mercier cite l’exemple du Grand Sudbury où seulement 11 % des nouveaux arrivants arrivés entre 2011 et 2016 étaient francophones alors que les francophones forment plus de 28% de la ville et que la connaissance du français atteint presque les 40%.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Noyer les francophones dans la masse

«Non seulement la cible d’immigration francophone bloque les francophones dans un éternel statut minoritaire, mais en plus elle minorise encore plus les francophones dans des communautés comme Sudbury, Timmins ou North Bay. La cible actuelle en immigration au lieu de revitaliser les communautés francophones contribue à noyer les francophones dans une masse plus nombreuse d’immigrants anglophones.»

Le Nord de l’Ontario a besoin de nouveaux arrivants pour maintenir sa démographie et son économie. Les Franco-Ontariens du Nord en ont encore plus besoin de par le fait qu’ils sont plus âgés en moyenne que la population générale. Si on ne change rien à la situation actuelle, cette immigration va contribuer à l’assimilation des Franco-Ontariens au lieu de les aider.

Il est essentiel d’augmenter le nombre total de nouveaux arrivants qui vont vers le Nord, mais aussi le pourcentage de nouveaux arrivants qui ont une connaissance de la langue française.

Pour ce faire, monsieur Mercier propose de relever la cible nationale et, surtout, de l’adapter aux réalités de chaque région. Il indique que le programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord est pour cela un excellent outil puisque les communautés peuvent identifier des critères favorisant l’immigration francophone.

«On doit s’assurer que ces programmes pilotes comprennent une part de francophones, adaptée aux besoins de la communauté francophone établie localement.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Adapter les stratégies d’intervention

Coordonnatrice du Réseau de soutien à l’immigration francophone de l’Est de l’Ontario, Brigitte Duguay Langlais est d’avis que les décisions, les volontés, les changements de politiques, les nouvelles visions, les grands rêves et même les lois n’atteignent pas toujours les vrais acteurs d’actualisation.

«Tant et aussi longtemps que les volontés de changements ne se transformeront pas en stratégies concrètes auprès des fonctionnaires avec lesquels on négocie nos ententes, les changements seront beaucoup plus lents que ce qu’on pourrait souhaiter.»  Il faut intervenir jusqu’au cadre d’intervention des fonctionnaires sur le terrain.

Brigitte Duguay Langlais, Coordonnatrice du Réseau de soutien à l’immigration francophone de l’Est de l’Ontario
Brigitte Duguay Langlais

Selon elle, le pourcentage à atteindre en matière d’immigration francophone qui est avancé par les gouvernements n’importe peu, tant et aussi longtemps que les stratégies d’intervention ne seront pas adaptées au quart de tour avec les volontés, les lois, les politiques, et même les investissements.  Il faut administrer les changements jusqu’au dernier chaînon d’intervention.

«On investit des argents, mais on n’outille pas toujours le fonctionnaire à exploiter une nouvelle culture organisationnelle, ou encore, on omet parfois d’ajouter les effectifs nécessaires pour accompagner le changement.  Il faut reconnecter la politique et la stratégie, la pensée et l’action.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elle cite en exemple le programme Mobilité francophone.  Le principe même du programme est très intéressant. L’employeur qui désire embaucher un francophone économise un peu de temps et d’argent, mais il doit attendre 6 mois avant d’accueillir son employé dans l’entreprise. Le programme rencontre une lacune importante, soit celle de ne pouvoir répondre à l’urgence de l’employeur, qui a besoin de son employé…hier.

Les permis d’étude au Canada

Mme Duguay Langlais regrette que, pour les étudiants de certains pays francophones, recevoir un permis d’études pour le Canada tient presque du miracle.  Les exigences administratives n’en finissent plus et en découragent plus d’un.

Pourtant, ces étudiants pourraient devenir des ressources humaines extraordinaires pour pallier au manque de main-d’œuvre qualifiée et que dire des bienfaits pour la francophonie canadienne d’accueillir ces futures jeunes familles dans nos communautés à travers le pays.

Ne devrions-nous pas plutôt mettre les effectifs, assurer les changements organisationnels pour accélérer les processus, pour favoriser certains pays francophones et appuyer nos collèges et universités à les accueillir?

«Je souhaite que l’Université de l’Ontario français (UOF) devienne une université championne dans l’accueil des étudiants étrangers. Les gouvernements devront mettre en place les stratégies pour appuyer cette mission que pourrait se donner l’UOF.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On veut favoriser, augmenter le nombre, mieux accueillir l’immigrant francophone, mais qu’est-ce qui a changé par exemple au niveau des bassins de recrutement? Avec combien de pays francophones supplémentaires travaille-t-on pour offrir rapidement des permis de visite exploratoire, comme la France et une petite poignée d’autres pays? Combien de bureaux d’accueil francophone sont installés à l’étranger?

L’immigration, une responsabilité transversale

Mme Duguay Langlais prend la position que l’immigration francophone ne devrait pas être le fief exclusif du ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada (IRCC), mais doit devenir au Canada une responsabilité transversale à tous les ministères, qui devront se doter de politiques claires en matière d’immigration francophone et de budgets qui accompagnent ces politiques.

Elle demande pourquoi ne pas responsabiliser les champions des langues officielles de chacun des ministères afin qu’ils réfléchissent au rôle que pourrait jouer leur ministère de façon concrète en immigration francophone.

Par exemple, Santé Canada pourrait financer des interventions en santé, ciblées pour les immigrants francophones. Emploi et développement social pourrait avoir des initiatives concernant l’employabilité des nouveaux arrivants. «IRCC pourrait investir ces fonds à ces réelles responsabilités qui sont entre autres des programmes d’établissement, de réinstallation et d’intégration.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Voilà  donc d’intéressantes suggestions pour nourrir au cours des prochaines semaines les échanges entre les électeurs et les personnes qui désirent les représenter à la Chambre des communes après le 21 octobre prochain.


À lire dans l-express.ca : La francophonie hors Québec confinée à une minorisation perpétuelle?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur