Frànçois and the Atlas Mountains contre les «irascibles»

Partagez
Tweetez
Envoyez

François Marry veut voir la France «débarrassée de tous les irascibles»… Le chef du groupe de musique électro-pop Frànçois and the Atlas Mountains nous explique qu’il trouve que les discours politiques sont «répétitifs, lourds et coincés: je veux détourner la gêne ambiante avec la gaieté du rythme et de l’humour».

Un de leurs titres, Apocalypse à Ipsos, fait référence aux instituts de sondages en France.

«J’aime aborder des sujets d’actualité de manière poétique; les paroles, ça met du baume au cœur, c’est réconfortant… mais ça n’aide malheureusement pas les réfugiés», soupire François Marry.

François Marry
François Marry

Armés de leur nouvel album, Solide Mirage, les quatre artistes «engagés» sont produits le 14 juin au théâtre de l’Alliance française de Toronto. Pour leur premier passage en Amérique du Nord, après Montréal, le public torontois s’est montré très réceptif.

De la pop sans frontières

On perçoit des notes et rythmes africains dans la musique du groupe.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La manière du chef de se mouvoir, dans une danse parfois presque transcendante, confirme que l’artiste a construit un lien très fort aux conteurs traditionnels africains lors d’une récente tournée du continent noir.

«On a un gros fantasme de musique africaine. Il y a un lien culturel, et mes influences et idoles sont des artistes africains: ce sont des génies de la musique bien plus que Coldplay ou Radiohead. Ça me fascine!»

Frànçois and the Atlas Mountains, c’est aussi du rock, de la pop et des touches électros avec des instruments traditionnels tels que la batterie, la guitare et le piano, mais aussi un clavier électronique ou un djembé électronique.

Dans Mon cœur mis à nu, le poète Charles Baudelaire disait: «les nations n’ont de grands hommes que malgré elles – comme les familles.» Pour son prochain projet, François voudrait mettre en musique des poèmes de Baudelaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Grand Dérèglement montre François Marry et Mohammed Okal, un ambulancier palestinien qui danse dans le Palais de justice européen à Bruxelles.

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur