Flore et faune au Musée des beaux-arts du Canada


17 juillet 2012 à 12h52

Non, il ne s’agit pas d’une méprise avec le Musée canadien de la nature, situé aussi à Ottawa, qui explore les merveilles de la nature. Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) s’intéresse à la nature comme sujet d’inspiration favori de très nombreux artistes.

Une histoire

Le MBAC présente en effet, jusqu’au 9 septembre, une exposition superbe et très originale, intitulée Flore et faune. 400 ans d’artistes inspirés par la nature.

En puisant dans ses collections, le musée présente des œuvres méconnues pour la plupart, car non exposées, qui esquissent une histoire de l’évolution de l’expression artistique de la nature au cours des 400 dernières années.

Certes, depuis la nuit des temps, la nature est une source d’inspiration artistique. Les grottes de la préhistoire font apparaître des reproductions des animaux de l’environnement des humains de l’époque.

Et par la suite, ces reproductions n’ont cessé de se multiplier sous diverses formes dans les mondes égyptien, grec ou romain, et les autres civilisations anciennes et récentes. Mais il ne saurait être question d’en dresser un inventaire représentatif.

Les quelques 110 œuvres offertes au public dans le cadre de cette exposition, dont beaucoup pour la première fois, ne retracent donc pas une histoire exhaustive de l’art naturaliste, mais montrent comment, par de petites touches c’est-à-dire les documents présentés – dessins, gravures, aquarelles, pastels, gouaches, photographies, lithographies, daguerréotypes, montages numériques, et autres, la diversité est très grande – les artistes utilisent les diverses techniques à leur disposition pour représenter la nature.

Un art raffiné

C’est le grand intérêt de cette exposition que de découvrir au fil des salles l’évolution qui s’est faite dans un domaine bien particulier.

Nous sommes ici en dehors des œuvres des grands maîtres qui ont couché la nature sur leurs toiles, comme l’exposition Van Gogh de près, à l’étage inférieur du musée en donne une belle illustration.

Les œuvres présentées sont celles d’artistes qui s’intéressent à des détails ou réalisent des gros plans de ce qu’ils ont découvert dans la nature.

Ainsi, l’aquarelle de James Grifffiths, datée d’après 1836, compose un fort joli tableau avec huit pensées, aux couleurs variées. Un exemple parmi d’autres qui illustre une citation du peintre et graveur allemand Albrecht Dürer de 1528, mise en exergue sur un mur, et parlant de la nature: «Car en vérité, l’art y est, dans la nature, et celui qui peut l’en faire sortir d’un trait, il le tient.»

«Mais la nature est là qui t’invite et qui t’aime; Plonge-toi dans son sein qu’elle t’ouvre toujours.»

Bon nombre d’artistes canadiens et étrangers ont répondu à cette invitation du poète français Lamartine, et ont exploré les multiples façons de traduire à leur manière l’art de la nature dans les productions ou reproductions de leurs œuvres.

Aperçu

Le visiteur ira de découvertes en découvertes, de surprise en surprise. L’œuvre la plus ancienne présentée dans Flore et Faune est une aquarelle indienne du XVIe siècle, qui représente le souverain mongol Bebur surveillant l’aménagement d’un jardin.

L’exposition comprend aussi des gravures d’insectes de Wenzel Hollar (1607-1677), des études très élaborées du XVIIe siècle.

Une photographie du photographe allemand Karl Blossfeldt, bien connu pour ses photographies de formes végétales et l’un des représentants de la Nouvelle Objectivité, montre une plante, de la valériane, dont les feuilles sont sur le point de se dérouler, alors qu’Adriene Veninger, une artiste canadienne contemporaine, a croqué des plantes aux feuilles desséchées et enroulées. Le plus surprenant, ce sont peut-être deux grands tableaux (162,5 cm x 52,4 cm), intitulés Les plaines LeBreton, Ottawa (Ontario) et La Macaza, Laurentides (Québec).

Ces tableaux offrent la particularité d’être à la fois naturels et artificiels. Ils sont naturels, car les plantes que l’on y voit sont de vraies plantes, mais la composition de l’ensemble est artificielle. L. Gilbert a utilisé les techniques numériques les plus modernes à haute résolution pour créer ces tableaux.

Des papillons

À l’entrée de l’exposition, le visiteur est accueilli par une «boîte» surprenante, elle aussi, qui ne manquera pas de retenir longuement son attention, car elle en vaut la peine. Elle s’intitule Pavane pour une infante défunte, reprenant ainsi le titre d’une pièce emblématique pour piano de Maurice Ravel. Il s’agit en fait d’une sorte de coffre vitré qui contient une collection impressionnante de papillons multicolores, parfois étincelants.

Et des fleurs…

«La collection du Musée regorge d’œuvres remarquables que, pour toutes sortes de raisons, les visiteurs ont rarement l’occasion de voir. Les amateurs d’art, mais aussi les amoureux de la nature, apprécieront de parcourir sans se presser cette superbe exposition», a déclaré le directeur du Musée des beaux-arts du Canada, Marc Mayer. Sans aucun doute, il en ira bien ainsi de cette très belle et instructive réalisation. Avec l’exposition Van Gogh, c’est un attrait de plus pour une visite au MBAC d’Ottawa.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur