Fermeture des clubs de strip-tease partout en Ontario

Le Zanzibar sur la rue Yonge, l'un des plus vieux clubs de strip-tease de la métropole. Photo: Jim Crocker, Flickr
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le gouvernement de l’Ontario a ordonné la fermeture de tous les clubs de strip-tease, dans le cadre de nouvelles mesures de lutte contre une deuxième vague de CoViD-19.

De plus, les bars et restaurants ne pourront plus vendre d’alcool à partir de 23h, et la consommation sera interdite à partir de minuit.

Les restaurants, bars et boîtes de nuit devront fermer à minuit, et ne pourront ouvrir leurs portes qu’à 5h, à l’exception de ceux qui offrent des services de livraison et de commandes pour emporter.

Quand on test, on trouve

La santé publique de l’Ontario fait état de 400 nouvelles infections dépistées par jour depuis une semaine, contre une centaine au mois d’août. Jusqu’à maintenant, la deuxième vague comporte cependant beaucoup moins d’hospitalisations et de décès que celle d’avril et juin. L’augmentation du nombre de tests semble expliquer ces statistiques.

Par ailleurs, les personnes asymptomatiques ou qui n’ont pas eu de contact avec quelqu’un ayant reçu un résultat positif à la COVID-19 n’auront plus le droit de recevoir un test de dépistage en Ontario.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Jusqu’à ce que Santé Canada approuve les tests de dépistage rapides, les experts médicaux de la province nous ont dit qu’il faut changer notre stratégie de dépistage», a déclaré le premier ministre Doug Ford.

Exceptions

On fera une exception pour les personnes asymptomatiques considérées à haut risque, comme celles qui habitent dans une communauté autochtone ou qui travaillent dans le système de la santé.

Les personnes qui souhaitent visiter leurs proches à l’hôpital ou en foyer de soins de longue durée pourront elles aussi recevoir un test. Ce sera même obligatoire pour les patients qui sont transférés d’un établissement de santé ou de soins de longue durée à un autre.

Ces changements ont été apportés au lendemain de l’annonce qu’une soixantaine de pharmacies commencent le dépistage de personnes asymptomatiques, et dans la foulée des problèmes de files d’attente et de capacité dans les centres de dépistage à travers la province.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur