Femmes enceintes: les multivitamines ne sont pas une dépense inutile

Femme-Enceinte

Les femmes enceintes ont des besoins nutritionnels accrus auxquels peuvent répondre les multivitamines. (Photo: Megumi Sato / Flickr)


19 mars 2018 à 7h00

«Les multivitamines pour femmes enceintes: une dépense inutile!» Cette information qui circule sur les réseaux sociaux depuis deux ans, sous diverses formes, est fausse et nuisible.

C’est un article publié en 2016 dans la revue médicale britannique BMJ qui a lancé le bal. Les auteurs de cette étude affirment que l’achat de multivitamines pour femmes enceintes représente une dépense superflue, parce que les seules vitamines essentielles à la grossesse sont l’acide folique et la vitamine D.

Ils recommandent donc aux femmes en âge de procréer de miser sur une alimentation équilibrée et d’opter pour des comprimés individuels d’acide folique et de vitamine D «qui leur coûteront moins cher que les multivitamines».

Depuis sa parution, l’étude a fait couler beaucoup d’encre en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Besoins nutritionnels accrus

Une alimentation saine avant, pendant et après la grossesse, est évidemment la meilleure source de vitamines et de nutriments, diront tous les experts.

Toutefois, même en ayant de saines habitudes alimentaires, il est difficile de subvenir aux besoins nutritionnels accrus durant cette période. Or, certaines vitamines et certains nutriments sont effectivement essentiels à la santé de la mère et du bébé. C’est le cas de l’acide folique et de la vitamine D.

Acide folique

«Je suis d’accord avec les auteurs de l’étude britannique: des suppléments d’acide folique et de vitamine D sont essentiels, puisqu’on sait que l’alimentation répond rarement aux besoins des femmes enceintes», explique la nutritionniste Stéphanie Côté.

Une carence en acide folique peut causer un retard de croissance, une malformation congénitale ou une anomalie du tube neural, comme le spina-bifida.

Puisque les impacts d’un manque en acide folique ont lieu durant les premières semaines de la grossesse, on conseille même aux femmes de prendre des suppléments de 0,4 mg d’acide folique par jour avant de devenir enceintes.

Vitamine D

«Pour ce qui est de la vitamine D — la vitamine soleil — si on habite en Angleterre ou au Canada, il y a très fortes chances pour qu’on n’en produise pas assez. Cette vitamine prévient certains troubles liés à la croissance et l’ossification chez la mère et le nouveau-né, comme l’hypocalcémie et le rachitisme. On recommande donc aux femmes de prendre un supplément de 400 UI par jour», rappelle la nutritionniste qui travaille chez Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal.

Bien entendu, on peut prendre des comprimés individuels d’acide folique et de vitamine D comme le recommandent les auteurs de l’étude britannique, mais plusieurs femmes préfèrent prendre un seul comprimé, souligne Mme Côté qui est aussi auteure du livre Grossesse — 21 jours de menus.

Un seul comprimé

La nutritionniste Catherine Labelle est du même avis. «Les femmes trouvent que c’est plus pratique de prendre un seul comprimé qui remplit tous leurs besoins. De plus, comme les vitamines et nutriments qu’on retrouve dans les multivitamines sont dosés en fonction de leurs besoins, on ne peut pas dépasser la dose journalière recommandée. Plus de vitamines, ce n’est pas nécessairement mieux», rappelle Mme Labelle qui prodigue des conseils de nutrition à des femmes enceintes au Dispensaire diététique de Montréal.

Catherine Labelle voit un autre avantage aux multivitamines: elles contiennent au moins deux autres nutriments importants pour la prévention de maladies chez les femmes enceintes, soit le calcium et le fer. Le calcium en quantité suffisante prévient la pré-éclampsie et l’éclampsie, dont les conséquences peuvent être graves pour l’enfant. On recommande environ 1 mg par jour de calcium pour les femmes enceintes.

Fer

Pour ce qui est du fer, la dose journalière devrait être de 27 mg par jour pour diminuer le risque d’accouchement prématuré, de bébé de faible poids à la naissance ou de mortalité précoce.

«C’est une quantité de fer pratiquement impossible à consommer via l’alimentation. Et comme on ne peut pas acheter du fer en comprimé individuel sans une ordonnance du médecin, la multivitamine demeure la façon la plus facile de combler ces besoins».

Vitamine B12

Mme Labelle ajoute que les multivitamines contiennent aussi d’autres micronutriments essentiels aux femmes ayant un régime alimentaire particulier «comme la vitamine B12, un supplément important pour les végétaliennes».

La nutritionniste, dont la clientèle est défavorisée, souligne que ce sont les femmes vivant dans l’insécurité alimentaire qui ont plus à gagner à prendre des multivitamines pour femmes enceintes.

«Au Dispensaire, nous faisons la promotion d’une alimentation variée et équilibrée pendant la grossesse, mais pour les femmes qui sont en situation précaire, c’est parfois très difficile de bien s’alimenter. La multivitamine devient alors un filet de sécurité.»

Quelques dollars par mois

Pour ce qui est de l’argument financier avancé par les auteurs de l’étude britannique, elle estime qu’il ne tient pas la route au Canada. «L’étude anglaise stipule que les multivitamines coûtent 15 livres sterling par mois (l’équivalent de 26 dollars canadiens). Ici, les marques populaires coûtent environ 5 à 6 $ par mois et les génériques de 2 à 3 $ par mois», indique Mme Labelle.

Calcul fait, les multivitamines sont donc moins chères que les suppléments individuels. «Je pense que le rapport coûts-bénéfices des multivitamines est très bon», conclut-elle.


Cet article est écrit en collaboration avec le magazine indépendant pour les familles Planète F.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur