Extrêmement malheureux et infiniment heureux

Samuel Champagne, Adam, roman, Montréal, Éditions de Mortagne, collection Kaléidoscope, 2018, 350 pages, 16,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Samuel Champagne écrit des romans pour les jeunes du secondaire, où il aborde la question LGBTQ de plein front. Avec Antonin, c’était la peur d’être rejeté si on avoue être gai. Avec James, c’était l’incompréhension vis-à-vis de la bisexualité. Maintenant, avec Adam, c’est le courage de s’afficher ouvertement gai pour être ensuite quasiment ignoré.

Calvin et Cécile Auclair ont sept enfants: Cédric, Adam, Celia, Charlie, Clara, Caleb et Colin. Tous les prénoms de cette famille commencent par la lettre C, sauf pour Adam qui est homosexuel.

Depuis l’enfance

Il a depuis longtemps accepter son orientation sexuelle, mais n’a pas senti le besoin de faire son coming out… jusqu’à ce qu’il rencontre Milan.

Adam sait qu’il est gai depuis l’âge de 8 ans, dit-il. Lorsque son grand frère Cédric lui parlait de ce qu’il faisait avec les filles, Adam se demandait sans arrêt: «Et avec un garçon, je peux le faire aussi?»

C’est dans un centre LGBTQ à Montréal qu’Adam rencontre Milan. Leurs yeux se croisent d’une manière engageante. Mais Adam ne connaît rien aux relations. «Je n’ai jamais rien fait avec personne, même pas embrasser! Je vais avoir dix-sept ans bientôt et… rien.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Coming out

L’ado doit constamment s’occuper des cinq enfants plus jeunes. La maison est comme une cocotte-minute sous pression. Lorsqu’Adam lâche devant toute la famille «je suis gai», il s’attend à quelques mots de support, mais la réaction est presque anodine, comme si ce n’était pas important.

Le fils gai croyait que ses parents allaient dire: «Désolés, les enfants, partez pour un moment… un long moment… Adam et nous, on doit parler. De trucs de grands. Longtemps, Pour vrai. Longtemps. Tout seuls.»

Ça lui a «pris tellement de guts» pour avouer son orientation sexuelle et ses parents ont réagi comme si un des enfants avait demandé ce qu’on mangerait pour souper. Il a l’impression que ce qui le concerne n’intéresse pas ses parents. Adam est pris entre les petits, d’un côté, son père et sa mère de l’autre côté.

Milan, son amoureux, est fils unique et vit dans un milieu à l’aise. Adam ment au sujet de sa famille et invente des histoires pour plaire à Milan, pour ne pas le perdre. Il jongle sur une corde raide, sur un fil qui est «un savant mélange d’équilibre et de déséquilibre».

Un terrible accident

L’auteur nous garde en haleine en ajoutant un terrible accident de la route. Tous les membres de la famille Auclair sont hospitalisés, sauf Adam qui a refusé de faire le voyage. Il a plutôt choisi de les envoyer promener en ce vidant le cœur. Ce terrible rebondissement aura un sublime résultat…

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Je les aime et ils m’aiment, mais j’ai le droit d’avoir une vie à moi, et je ne me sens plus coupable ou ingrat d’avoir envie de vivre autre chose que de m’occuper de mes frères et sœurs.»

La plume de Samuel Champagne est finement ciselée. Il excelle dans l’art de peindre les situations et les sentiments complexes avec brio. «Être amoureux, écrit-il, c’est comme être extrêmement malheureux et infiniment heureux tout à la fois. Il faut beaucoup de courage pour être heureux.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur