Éthanol: le carburant aux multiples dérivés

Partagez
Tweetez
Envoyez

La production de carburants plus écologiques a un avantage environnemental certain, mais chez IGPC Ethanol, à Aylmer, non loin de London, la durabilité se conjugue aussi avec la diversification commerciale.

L’entreprise, qui fabrique de l’éthanol à partir de maïs de source locale depuis 2008, est en expansion constante grâce à une technologie conçue pour accroître tant l’efficacité que la diversité de sa production.

IGPC Ethanol, qui est finaliste au prix Agribusiness Award de 2017 de la chambre de commerce de London, est un important employeur local et un membre de longue date de l’Ontario Agri-Food Technologies, un organisme de Guelph qui aide le secteur agroalimentaire de l’Ontario à trouver de nouveaux débouchés et à accéder aux nouvelles technologies.

«Nous sommes passés d’environ 35 à 65 employés depuis notre ouverture», affirme M. Jim Grey, directeur général de l’entreprise. «Nous cherchons à créer une grappe en biotechnologie agricole au sein de laquelle nous pouvons mettre au point des moyens nouveaux et plus efficaces de traiter l’éthanol et ses sous-produits.»

Huile comestible

L’utilisation de sous-produits issus de la production d’éthanol n’est pas nécessairement une nouvelle pratique. En effet, les drêches de distillerie – ou ce qui reste une fois que le grain est fermenté – sont déjà couramment vendues comme aliments pour animaux par les producteurs d’éthanol.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cependant, ce qui est unique ici, c’est l’accent que M. Grey et ses collègues mettent sur des technologies pouvant être directement associées aux installations de leur entreprise.

L’une de ces technologies, par exemple, permet à M. Grey et à ses collègues de produire des huiles comestibles à partir de certaines variétés d’algues – oui, ce truc vert glauque habituellement observé dans l’eau.

Le maïs regorge de sucres qui peuvent être fermentés pour créer de l’éthanol, affirme M. Grey, mais ces mêmes sucres peuvent aussi être absorbés par les cellules des algues. À leur tour, ces cellules excrètent une huile comestible polyvalente utile pour la transformation des aliments et d’autres applications industrielles.

«Cette huile est riche en acides gras oméga-3 également. Elle est donc utile dans bon nombre de produits de santé», ajoute-t-il.

Grâce à un prêt sans intérêt obtenu de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale-provinciale et territoriale, l’entreprise a acheté l’équipement nécessaire pour accroître considérablement l’efficacité de sa production d’éthanol ou la quantité d’éthanol pouvant être dérivé de la fermentation.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Efficacité énergétique

Par ailleurs, Hydro One a remis à IGPC une subvention pour ses travaux portant sur l’amélioration de l’efficacité énergétique et la réduction de la dépendance à l’égard du réseau de distribution électrique.

«Nous menons également des recherches sur des procédés grâce auxquels nos drêches de distillerie pourraient servir à fabriquer des planchers de bois franc. Nous avons déjà amorcé des discussions avec quelques entreprises qui s’intéressent à l’exploration de telles avenues», dit-il.

En mois d’avril, l’entreprise de M. Grey mettra en œuvre un autre projet d’expansion visant à doubler sa capacité de production d’éthanol. Parallèlement à cela, M. Grey et ses collègues ont conclu un partenariat avec Air Liquide, un fournisseur international et fabricant de gaz industriels, en vue de capter et d’utiliser le dioxyde de carbone produit par leurs installations.

«Nous espérons avoir 100 employés une fois que le projet sera terminé. L’éthanol est un carburant renouvelable, mais nous aimons penser que notre durabilité ne s’arrête pas là […]. La diversification et la croissance sont de bonnes choses pour une petite collectivité.»

IGPC ethanol

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur