Êtes-vous un bilingue tardif ou soustractif?

bilinguisme

La définition de bilinguisme a évolué.


28 février 2018 à 8h00

Notre planète compte actuellement plus de 7 milliards d’habitants qui parlent entre 6 000 et 7 000 langues différentes. Plus de la moitié de la population mondiale est considérée comme bilingue, et le nombre de plurilingues est non-négligeable.

Mais, qu’est-ce le bilinguisme et quelle en est l’importance? Des études récentes ont démontré clairement les avantages du bilinguisme dont voici quelques exemples:

– le bilinguisme permet de développer des facilités d’adaptation précoces;

– il permet de développer une meilleure concentration et améliore le processus de réflexion;

– les bilingues apprennent et intègrent plus facilement des concepts complexes;

– ils sont plus performants dans les tâches de planification et de résolution de problèmes;

– le bilinguisme améliore la créativité;

– il offre une protection accrue contre les maladies cérébrales;

– les bilingues auraient une meilleure santé mentale que les monolingues;

– le bilinguisme facilite l’apprentissage d’autres langues;

– il améliore la communication avec d’autrui;

– le bilinguisme favorise une ouverture d’esprit ainsi qu’une tolérance et une appréciation des différences;

– les bilingues trouvent du travail plus facilement et sont mieux payés.

Les vieilles définitions

Mais, que veut dire être bilingue? Si on en cherche la définition dans quelques dictionnaires, on trouve :

«Qui écrit en deux langues ; qui parle deux langues» – Internaute

«Qui parle deux langues» – CNRT

«Qui parle, possède parfaitement deux langues» – Le petit Robert

«Qui parle, connaît deux langues» – Larousse

Toutes ces définitions ont le don d’être, au mieux, vagues et, au pire, fausses.

D’après Sophie Babault, maître de conférences en Sociolinguistique et Didactiques des langues de l’université SHS – Lille 3, aucune de ces définitions ne convient pour décrire la personne bilingue. Pour elle, cette notion de bilinguisme date du début du 20e siècle et s’appuierait principalement sur la compétence linguistique.

À titre d’exemple, selon Leonard Bloomfield, un linguiste américain à la tête d’un grand développement de la linguistique structurale aux États-Unis dans les années 1930 et 1940, une personne bilingue s’exprime dans deux langues comme si elles étaient toutes deux sa langue maternelle.

Pourtant, cette définition a le défaut de s’appuyer sur un modèle de monolinguisme, ce qui n’est pas efficace pour décrire le bilinguisme, car le bilinguisme n’est pas la somme de deux monolinguismes.

Dans les années 1960, John Macnamara, ancien professeur de psychologie à l’université McGill à Montréal, décrivait le bilingue comme une personne maîtrisant une des quatre habiletés linguistiques (soit la production écrite ou orale, soit la compréhension écrite ou orale) dans une langue autre que sa langue maternelle.

Malheureusement, la définition de Macnamara pèche par sa trop grande ressemblance avec l’apprentissage d’une langue seconde.

Tant Bloomfield que Macnamara mesuraient le bilinguisme selon des critères purement linguistiques, d’où la question: comment évaluer, de façon globale et contextualisée, la capacité d’une personne à s’exprimer dans deux langues?

La nouvelle définition

Avec les années, un nouveau concept du bilinguisme, basé sur l’usage des langues, a vu le jour.

Uriel Weinreich, sociolinguiste américain, a introduit dans les années 1950 la notion de contact de langues, à savoir l’usage alterné de deux langues, formulant ainsi une définition fonctionnelle du bilinguisme. Selon lui, il faut tenir compte de la capacité du locuteur à utiliser l’une ou l’autre langue pour communiquer efficacement dans une situation donnée.

Donc, il ne s’agit plus d’un point à partir duquel un locuteur devient bilingue en raison de ses compétences linguistiques, mais de sa capacité à s’exprimer clairement dans l’une ou l’autre langue selon les besoins de la situation.

Par conséquent, on peut être bilingue même si on n’a pas atteint le même niveau linguistique dans les deux langues. En fait, étant donné qu’un locuteur bilingue n’a pas forcément les mêmes besoins de communication dans chaque langue, il serait rare qu’il ait exactement les mêmes compétences langagières dans les deux langues.

Pour illustrer ce point, voici un exemple:

«Un enfant en Ontario parle anglais à la maison avec ses parents. À l’école, il communique en français avec ses amis et ses professeurs. Bien que l’enfant soit capable de s’exprimer dans les deux langues, son vocabulaire en anglais se limitera aux expériences qu’il aura vécues avec sa famille. En français, il saura s’exprimer dans des contextes familiers et professionnels de par les expériences avec ses amis et les échanges avec ses professeurs. Donc, il se peut que l’enfant ait de la difficulté à parler avec ses parents des effets de la lumière et de la chaleur du soleil, concept appris à l’école en français.»

On peut dire que cet enfant est bilingue, mais il n’aura pas forcément le même niveau de compétences dans les deux langues. Il développera ses compétences linguistiques en anglais et en français en fonction de l’usage qu’il en fait.

Par conséquent, la nouvelle définition du bilinguisme considère le fait de parler deux langues comme étant une compétence globale, adaptée aux différentes situations dans lesquelles se trouve le locuteur.

La pluralité du bilinguisme

Par ailleurs, selon les psycholinguistes, il existerait non pas un, mais plusieurs types de bilinguisme:

le bilinguisme d’enfance ou le bilinguisme précoce peut être soit simultané, soit consécutif. Dans le premier cas, l’enfant acquiert les deux langues en même temps, c’est-à-dire dès les débuts de son apprentissage langagier. Dans le deuxième cas, l’enfant apprend une langue seconde à la suite de la première. C’est le cas, par exemple, des enfants inscrits dans un programme d’immersion.

le bilingue tardif est celui où la deuxième langue est apprise après l’âge de 6 ou 7 ans, et tout particulièrement à l’adolescence ou à l’âge adulte. Il s’agit évidemment d’un bilinguisme consécutif, qui se produit après l’acquisition de la première langue. Le bilingue tardif utilisera les connaissances de sa première langue pour apprendre la deuxième.

le bilinguisme soustractif désigne la situation où une personne apprend la deuxième langue au détriment de sa langue maternelle. Ces cas sont particulièrement fréquents là où la première langue est minoritaire. La maîtrise de la langue maternelle diminue à mesure que la maîtrise de l’autre augmente.

le bilingue passif désigne la personne qui comprend une deuxième langue sans toutefois être capable de la parler lui-même. C’est souvent le cas des jeunes qui répondent dans la langue qu’ils dominent (qui est souvent l’anglais en Ontario), bien qu’ils comprennent l’autre langue utilisée par leurs parents.

Que peut-on conclure de tout ce qui précède? Tout d’abord, le bilingue parfait n’existe pas car, selon la nouvelle définition, le bilinguisme se base sur l’usage de l’une ou de l’autre langue selon les besoins de la situation de communication.

Ensuite, le bilinguisme est multiple, se présentant sous plusieurs formes très différentes les unes des autres.

Enfin, les avantages d’être bilingue sont si nombreux qu’ils devraient nous encourager tous, si ce n’est pas déjà fait, à étudier une deuxième langue. Et, tant qu’on y est, pourquoi pas une troisième ou une quatrième pour faire bonne mesure?

Sources

Quelques faits sur les langues

Vraies écoles de langues

Éducavox

Communicaid

Université ouverte des humanités

Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur