Entre culture et aventure au Honduras

Se ressourcer en forêt, à la plage ou chez les Mayas

Honduras

Aurélie Resch et un nouvel ami dans un parc du Honduras.


17 janvier 2019 à 9h00

Bordé par le Guatemala, El Savador et le Nicaragua, le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude avec une forêt tropicale qui abrite à la frontière du Guatemala les vestiges du fabuleux site maya, Copán.

Entre culture et aventure, le cœur balance.

La Ceiba: se ressourcer au plus profond de la jungle

Le parc national Pico Bonito a été créé en janvier 1987. Il couvre une superficie de 564,30 km² et présente une altitude comprise entre 60 et 2 480 mètres. C’est le paradis des amoureux de la nature et de la découverte.

Forêt moussue et cascades, le parc est un refuge pour quelque 200 espèces d’oiseaux, des papillons de toutes tailles et couleurs, des serpents, jaguars et singes, pour ne nommer que quelques-uns des habitants de cet endroit protégé.

Honduras
Au parc Pico Bonito.

Il n’y a que deux points d’entrée au parc. L’un est le Lodge et Spa Pico Bonito. Pour un dépaysement total, un petit séjour dans ce lieu unique est à ne pas manquer.

Éloigné, de tout, aux portes du parc, dépourvu de télévision et de téléphone, l’établissement promet le lâcher prise. De nombreuses randonnées dans le parc pour différents niveaux permettront à tout voyageur de vivre l’aventure dans la forêt émeraude.

Les occasions sont multiples de croiser la route d’animaux, d’en apprendre davantage sur les différentes propriétés des arbres et des plantes et de se rafraîchir dans les rivières et cascades d’eau claire.

Honduras
Aurélie Resch dans le parc Pico Bonito.

Au lodge, une piscine vous permet de vous détendre tout en admirant le paysage. Les cabanes construites en matériaux naturels sont spacieuses et confortables. La nuit, on entend les animaux courir sur le toit et la terrasse. Un hamac permet de faire la sieste dans un environnement où bruit les multiples formes de vie.

Le spa est un véritable paradis pour les amateurs, avec hutte de sudation, bain de boue et soins du corps personnalisés et complets. Le tout dans un décor naturel de toute beauté.

La nuit, un guide vous emmène sur les traces des jaguars, à la découverte des nombreux insectes qui pullulent dans le parc et vous raconte l’histoire de chaque étoile.

Honduras
Iguanes et perroquets abondent au Honduras.

Roatan: laisser le charme agir

Roatán est une île des Islas de la Bahía, faisant partie de l’immense barrière de corail (1 000km de long) réputée pour ses spots de plongée et sa riche faune marine. Ici, l’ambiance est à la plage et à la fête et la station de West Bay, au sud-ouest de l’île est le rendez-vous des fêtards et des plongeurs.

On y trouve de nombreuses posadas pour les voyageurs à petit budget tandis que les complexes tout inclus s’étirent le long de la côte entre West Bay et Sandy Bay.

Les familles aimeront se plonger dans la magie du parc Gumbalimba avec ses singes amicaux, ses perroquets au plumage étincelant, ses gros iguanes et de nombreuses plantes exotiques.

Honduras
La plage de Rioatan au bord de la Mer des Caraïbes.

Pour une expérience plus authentique et culturelle, poussez jusqu’à Punto Gorda. Une communauté des Caraïbes (Garifunas) y habite et colore les lieux d’une culture et langue uniques, d’une cuisine savoureuse et de sourires chaleureux.

Une promenade en tuk tuk des mers au milieu des mangroves puis le long d’habitations sur pilotis est un pur enchantement pour qui veut échapper à l’agitation des plages et découvrir quelque chose de différent.

Un arrêt-déjeuner dans un petit restaurant typique permet de participer à un cours de cuisine créole et de déguster un savoureux repas à base de produits locaux frais.

Honduras
Des fleurs exotiques.

Copán: envoûtement garanti

À la frontière du Guatemala, se cache au milieu de la jungle un joyau de la civilisation maya, le site archéologique de Copán.

La ville de Copán, vaut à elle seule le détour, absolument charmante avec ses ruelles pavées, ses places et sa population chaleureuse. On y respire, fait ses achats, observe la vie locale assis sur un banc ou en parcourant les nombreuses ruelles.

Une randonnée à cheval nous emmène sur les hauteurs de la ville d’où l’on peut avoir un aperçu sur le site au loin, mangé par la jungle. Un arrêt dans un petit restaurant typique pour un thé ou un café permet de faire son repérage pour une prochaine nuit, loin de toute agitation, dans un confort simple et un décor absolument idyllique.

Honduras
Vestiges des Mayas à Copan.

Le site de Copán est dédié aux cérémonies célébrant les dieux et éléments de la nature. Il porte le nom de la ville maya qui connut son apogée au VIIe siècle après Jésus Christ et a été abandonnée au Xe siècle. C’est en 1980 que Copán est inscrite sur la liste du patrimoine mondial culturel de l’Humanité de l’UNESCO.

On peut parcourir le site en une demi-journée et grimper sur certains des temples (d’autres sont protégés). Une visite guidée vous permettra d’apprendre davantage sur les rituels tenus dans le site et sur la culture maya.

Moins connu que le Mexique et le Guatemala, le Honduras est une destination qui n’a rien à leur envier et qui saura séduire aventuriers et amateurs de culture, familles et voyageurs solos.

Honduras
Architecture et art de l’ancienne civilisation maya à Copan.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur