Édouard Landry, cravate le jour, guitare le soir

À The Dock dimanche soir

Édouard Landry à The Dock, dans le quartier Leslieville, au 932 rue Queen Est.


16 novembre 2017 à 9h00

Le Franco-Ontarien Édouard Landry est actuellement en pleine promotion de son 3e album en 3 ans (!), L’Escalade, un opus de 11 titres dans lesquels il évoque l’escalade d’une vie, de la construction d’une famille à l’envol du petit dernier, en passant par le quotidien d’un couple, mais aussi par la carrière professionnelle.

Il faut dire que le musicien maîtrise l’art de la carrière professionnelle, ou plutôt des carrières, car il en cumule deux.

Urbaniste musicien, ou musicien urbaniste?

«C’est cravate le jour et guitare le soir», plaisante Édouard Landry, que L’Express à rencontré au café The Dock on Queen, au 932 rue Queen Est dans le quartier Leslieville, où il se produira ce dimanche 19 novembre de 19h à 21h.

À la fois urbaniste et artiste en tournée promotionnelle, Édouard Landry a un agenda bien chargé. Mais ses deux passions se complètent, puisque son amour de l’urbanisme, de l’histoire et du «romantisme» des villes est l’une de ses plus grandes sources d’inspiration musicale.

En 2015, après plusieurs enregistrements «pour moi-même» et un EP paru en 2003, il sort son premier album solo Pomme plastique, inspiré d’un voyage à New York. Un an plus tard, il sort Pomme plastique II, un album toujours en français, écrit cette fois après un voyage à Chicago.

«Le voyage est en quelque sorte ma muse», confie le chanteur.

Dans L’Escalade, dévoilé ce mois-ci, il est moins question de voyage physique, bien que le thème du déracinement soit présent, notamment avec la folk Loin de Montréal (à écouter ici), qu’il chante en duo avec Amélie Lefebvre.

Edouard Landry pour L'Escalade
Edouard Landry pour L’Escalade

Led Zeppelin et Bob Dylan

«L’idée de l’album L’Escalade est née suite à deux éléments déclencheurs: le départ de mon fils pour l’université, et un spectacle de l’humoriste québécois Mario Jean dans lequel il relate son départ pour l’Afrique, où il a pratiqué l’escalade.»

Édouard Landry se produira dans plusieurs villes comme Sudbury, sa ville natale, ce vendredi, Ottawa ce samedi, et Toronto dimanche.

Ses compositions sont de styles variés: folk, country, classique-rock, reggae, et même pop. Édouard Landry est un hétéroclite, mais tient ses registres des plus grands: Led Zeppelin, Bob Dylan, Willie Nelson…

«En ce moment, j’écoute du Bob Dylan tout le temps! Vraiment, je n’écoute que ça… C’est vrai que ça doit m’inspirer, ça me donne envie de faire quelque chose très guitare-harmonica, très country…»

Une histoire de famille

Country, L’Escalade l’est plus que ses aînés les Pomme plastique I et II, mais ces deux-là vont bientôt avoir un petit frère: un Pomme plastique III, déjà prévu pour 2018.

Après New York et Chicago, c’est à Los Angeles que nous emmènera ce prochain album, où Édouard Landry s’est déjà rendu puiser son inspiration.

Plus qu’une carrière, la musique est aussi une histoire de famille chez les Landry, puisque sa femme, photographe, réalise les visuels de ses albums et compositions, et que ses deux fils sont tous deux musiciens. Son aîné joue a d’ailleurs participé à l’enregistrement des trois albums du (jeune) papa.

L'Escalade
L’Escalade
Pomme plastique II
Pomme plastique II
Pomme plastique
Pomme plastique
Le premier EP
Le premier EP

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur