École secondaire dans les Beaches: les parents poursuivent le gouvernement

Me Nicolas Rouleau et des membres de la Coalition PESQ.

Me Nicolas Rouleau et des membres de la Coalition PESQ.


19 juin 2017 à 16h50

Des parents francophones des Beaches et de l’Est de Toronto ont déposé la semaine dernière une poursuite en justice contre le gouvernement provincial qui tarde à financer la construction d’une école secondaire publique dans leur secteur.

Pilotée par Me Nicolas Rouleau auprès de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, la requête de Lianne Doucet, au nom de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier (PESQ), fait valoir que leurs droits sous l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés sont enfreints.

Leur poursuite veut souligner les inégalités qui existent dans leur quartier (les circonscriptions provinciales de Toronto-Danforth, Beaches et East York), l’école secondaire la plus proche étant le Collège français du Conseil scolaire Viamonde, au centre-ville (Jarvis et Carlton).

Le Conseil scolaire catholique MonAvenir ouvrira en septembre une nouvelle école secondaire à Scarborough. Ses dirigeants ont réitéré leur engagement à ce que le projet d’une école secondaire dans les Beaches puisse également se réaliser, mais c’est bien sûr une école catholique qu’ils proposent.

«L’ouverture d’une école secondaire catholique de langue française dans le quartier des Beaches figure déjà dans les priorités en immobilisations signalées au ministère de l’Éducation depuis l’année scolaire 2014-2015», indique la présidente Melinda Chartrand.

Celle-ci compare la situation dans l’Est de Toronto à celle de Hamilton où, face aux demandes des deux conseils scolaires, le ministère a décidé de financer deux écoles siamoises, une de Viamonde et une de MonAvenir, dotées d’installations communes et associées à un futur centre culturel. Dans l’ouest de Toronto, les écoles publique Toronto-Ouest et catholique Saint-Frère-André partagent la même ancienne école secondaire du TDSB.

«Nous avons assez d’enfants francophones, près de 1000 élèves dans trois écoles primaires locales», mentionne une dirigeante de la Coalition PESQ, Heidi Pospisil, dont la requête en Cour supérieure précise que c’est d’abord une école «publique» – présumément dans le sens de «laïc» – qui est réclamée ici.

Ce groupe de parents souligne que des centaines d’enfants francophones de la 7e à la 12e année sont forcés à parcourir de grandes distances hors de leur communauté pour fréquenter l’école secondaire de langue française la plus proche de chez eux. «Souvent ils voyagent plus qu’une heure et demie par jour pour se rendre à une école manquant des immobilisations de base pour une école secondaire, comme des espaces verts, un terrain de sports, un auditorium et des salles de classe spécialisées.»

«Au fil du temps, le manque d’école secondaire de langue française locale et de qualité a forcé plusieurs familles à transférer leurs enfants dans l’une des nombreuses écoles anglophones locales, offrant une gamme plus large d’installations de qualité et des activités parascolaires.»

«Après des années d’activisme et de lobbying, deux pétitions majeures avec des milliers de signatures, et après avoir observé la fragmentation et l’assimilation routinière de notre communauté, nous avons décidé que c’était assez», indique la Coalition PESQ. «Tout ce que nous voulons, c’est l’égalité pour nos enfants.»

L’article 23 de la Charte prévoit que francophones et anglophones ont droit à des installations scolaires en nombre, proximité et qualité égale.

En conférence de presse, l’avocat Nicolas Rouleau a rappelé que le Commissaire aux services en français de l’Ontario a lui aussi noté que le besoin de nouvelles écoles secondaires de langue française à Toronto constitue «un manquement aux obligations du gouvernement de l’Ontario».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur