Du poisson écologique dans votre assiette

poissons-peche-victoria-reay

15 mars 2017 à 10h17

Dans votre assiette frétillera peut-être un jour un poisson qui sera meilleur pour votre santé et pour l’environnement. Ce poisson «écologique»  renfermera une forte concentration d’oméga-3 et d’antioxydants tout en consommant moins de sous-produits de la pêche.

Imaginé en laboratoire et conçu dans les bassins d’aquaculture gaspésiens, cet animal aquatique ne proviendra pas du génie génétique, mais de sélection naturelle et du génie biochimique. «Choisir les bons poissons par sélection et les croiser pour concevoir des poissons adaptés à une nouvelle diète plus économique et capable de résoudre un problème environnemental, c’est un beau défi», indique le professeur de biologie de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Pierre Blier.

Dans les filets de l’équipe de recherche québécoise réside un poisson indigène, l’omble chevalier, connu aussi sous le nom de «truite d’élevage». Or, il y a pour l’instant une grosse lacune dans cet élevage, aux yeux du Pr Blier: l’alimentation naturelle de ce poisson carnivore est essentiellement composée d’autres poissons et invertébrés aquatiques.

Pêcher des poissons pour produire du poisson constitue un non-sens pour ce biologiste: «faire de la chair de poisson en le nourrissant de poissons prélevés en mer est une aberration alors que l’on a un problème de mauvaise utilisation des ressources halieutiques».

Poisson à la diète

La clé serait donc de changer la diète de ces poissons d’élevage en leur donnant des huiles végétales (huile de lin) plutôt que des huiles de poisson. Une substitution destinée à stimuler la capacité des poissons à produire des oméga-3 à partir des précurseurs végétaux.

De plus, l’équipe vise à enrichir l’alimentation d’un antioxydant naturel (astaxanthine) que l’on trouve dans les pigments naturels des homards et des crevettes.

«Chez les poissons alimentés de cette manière, on ne remarque pas de différence de croissance, bien que la teneur en oméga-3 ne soit pas optimale», note le chercheur. Ce nouveau régime, s’il réussit au poisson, pourrait être profitable à celui qui s’en nourrit.

Ce qui pousse le Pr Blier à envisager, en plus du programme de sélection de meilleurs spécimens, de réintroduire une semaine d’alimentation en huile de poisson en toute dernière étape, avant la mise en marché. «Pour rattraper le niveau attendu des bons gras», relève le chercheur.

Une autre avenue explorée consiste à faire jeûner le poisson. Plutôt que de donner des rations alimentaires optimales, imposer une période de restriction à basse température n’entraînerait aucune perte de masse l’été suivant et générerait même des économies (moins d’alimentation, moins d’entretien et de manipulations).

«Cela se produit au naturel durant les deux mois d’hiver et il y a ensuite une période de rattrapage de la croissance», assure le Pr Blier.

Poisson hybride

En parallèle, l’équipe de recherche de l’UQAR tente de croiser l’omble chevalier et l’omble fontaine pour obtenir un hybride dont la croissance serait plus rapide et qui résisterait mieux aux maladies des poissons d’élevage. Les premières expérimentations, menées durant 281 jours, n’ont pas montré que les hybrides dépassaient leurs parents.

Toutefois, les organes digestifs de la première génération de poissons hybrides grandiraient plus lentement et seraient plus modestes que ceux de leurs parents – ce qui expliquerait les moins bonnes performances de croissance des poissons.

Par contre, le chercheur garde espoir que la seconde génération pourrait offrir des traits intéressants. «La variabilité génétique obtenue pourrait permettre d’améliorer la résistance aux maladies des poissons d’élevage et leur santé», explique le Pr Blier, qui assure que les croisements respecteront aussi le bon goût du poisson servi dans l’assiette.

Le professeur de biologie marine de l’Université de Colombie-Britannique (UBC), Daniel Pauly, salue les efforts de l’équipe québécoise pour réduire l’empreinte écologique des poissons carnivores que l’on consomme. D’après lui, le Pr Blier essaie de répondre à un problème très difficile. «Les Norvégiens essaient depuis des décennies, sans parvenir à le résoudre et s’il y parvient, il aura réussi à solutionner la quadrature du cercle. C’est un défi technique, mais aussi commercial, car les produits végétaux doivent être meilleur marché et accessibles. Ce n’est pas gagné», soulève le Pr Pauly.

Marché de niche

L’éminent spécialiste des ressources marines, récemment nommé Scientifique de l’année de Radio-Canada 2016, tient toutefois à nuancer le développement futur de l’aquaculture. On commet souvent l’erreur, dit-il, de mélanger deux choses: un premier type d’élevage pratiqué par les populations des pays tropicaux (algues, bivalves, etc.) contribuant à l’augmentation d’aliments à haute valeur nutritive, un second type pratiqué par les pays occidentaux pour développer un marché de niche.

Dans ce dernier cas, il s’agit essentiellement d’une production de poissons carnivores nourris d’aliments protéiniques (farines de poisson). «Cela constitue plus une transformation qu’un réel apport alimentaire. Il s’agit de ‘transformer’ des poissons délaissés par les consommateurs en des poissons plus aimés, cela ne représente pas un réel défi d’alimentation humaine et ne contribue pas à la recherche de solutions pour la sécurité alimentaire mondiale», soutient le Pr Pauly.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur