Deux singes clonés, mais des retombées douteuses

Zhong Zhong et Hua Hua, les vedettes de l'heure. (Photo: Qiang Sun et Mu-ming Poo / Académie chinoise des sciences)


28 janvier 2018 à 7h00

Une «prouesse technique» qui pourrait conduire à des traitements contre le Parkinson, l’Alzheimer ou le cancer. Ah, et à du clonage humain, à ce qu’on dit. Mais peut-être pas.

Le clonage de ces deux singes — ou transfert de noyau cellulaire somatique — annoncé en grandes pompes la semaine dernière et paru dans la revue Cell, pourrait-il vraiment conduire à tout cela?

Chaque nouvelle percée en technologies de la reproduction ou en génétique est systématiquement accompagnée d’un florilège d’applications médicales… mais qui sont toujours dans un avenir indéterminé. Le clonage de la brebis Dolly, en 1996, était lui aussi censé être le premier pas vers de nouvelles applications pour traiter ces maladies, en plus du clonage humain.

Complexité

En fait, c’est le clonage de singes qui était censé être l’étape suivante après Dolly. Il s’est heurté à un niveau de complexité beaucoup plus élevé que prévu.

Vingt-trois autres espèces de mammifères ont été clonées depuis deux décennies — dont des chiens et des chats — avant la réussite annoncée récemment (d’autres chercheurs y étaient arrivés en 2000, mais en faisant se diviser un embryon de macaque après qu’il eut été fertilisé, produisant donc un simple frère jumeau).

Et encore, rien que pour ce nouveau succès, il a fallu à l’équipe de l’Institut des neurosciences de l’Académie chinoise des sciences passer par 79 embryons implantés; seulement six grossesses ont commencé et une seule est arrivée à terme.

Coûts et éthique

Outre que le clonage humain est illégal dans plus de 70 pays, même un laboratoire à qui son gouvernement donnerait carte blanche ferait face aux mêmes difficultés auxquelles ont fait face ceux qui ont tenté de cloner ces deux premiers macaques.

Certes, le singe est, génétiquement, plus près de nous que la brebis, d’où l’intérêt pour les scientifiques qui espèrent créer des souches de macaques chez qui ils pourraient investiguer les effets de la modification de tel ou tel gène lié à telle ou telle maladie chez nous.

Mais même cette possibilité de créer des souches génétiquement modifiées de macaques pour investiguer l’Alzheimer ou le Parkinson n’est pas gagnée d’avance, considérant les coûts associés à l’entretien d’un primate — par rapport à une souris — et les considérations morales — plusieurs universités depuis 20 ans ont cessé ou considérablement ralenti leurs recherches sur les primates.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Gilles Archambault a tenu un journal intime de citations

En toute reconnaissance
Depuis une cinquantaine d’années, Gilles Archambault a inscrit des phrases (citations) dans un carnet bleu, sur des thèmes qui lui sont chers.
En lire plus...

15 octobre 2018 à 8h00

Wanda Plus TV : promouvoir la culture africaine

Wanda Plus TV
Créée à l'initiative de José Ndzeno, Wanda Plus TV est la nouvelle chaîne torontoise dédiée à la promotion de la culture africaine.
En lire plus...

14 octobre 2018 à 15h30

Luc de Larochellière de retour sur scène avec son groupe original

Luc de Larochellière
En 1988, le chanteur Luc de Larochellière sortait Amère America, qui allait devenir disque d’or. Luc de Larochellière en célèbre le 30e anniversaire en...
En lire plus...

14 octobre 2018 à 13h00

Littérature de la confrontation

Qui a tué mon père
Qui a tué mon père. Édouard Louis ne pose pas une question, il accuse. À 25 ans, l'auteur a publié trois romans autobiographiques traduits...
En lire plus...

14 octobre 2018 à 9h00

Quiz : 1968, année inoubliable

quiz
1968 est une année riche en événements. Vous rappelez vous de tout ?
En lire plus...

14 octobre 2018 à 7h00

Le « cohousing » en marche à Winnipeg

habitat groupé
Le « cohousing » regroupe des familles, des couples ou des personnes seules autour d’une «maison commune», où ils partagent des services d’usage courant....
En lire plus...

13 octobre 2018 à 15h30

Les producteurs laitiers canadiens sacrifiés ?

Johnny Gallant
Les producteurs laitiers du Canada n’ont pas mis longtemps à réagir aux modalités de l’accord avec les États-Unis et le Mexique qui, s’il est...
En lire plus...

13 octobre 2018 à 12h00

Port du voile : pour vivre sans se cacher

musulmane
Lorsqu’elle a choisi de porter le voile, Loubna Dabet a senti que la France lui imposait une façon de vivre qui ne lui convenait...
En lire plus...

13 octobre 2018 à 9h00

Louise Mushikiwabo remplace la Canadienne Michaëlle Jean à la tête de la francophonie

OIF Election
Sans grande surprise, le poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) a été attribué à la candidate rwandaise Louise Mushikiwabo,...
En lire plus...

12 octobre 2018 à 17h05

Joe LaFlamme, l’homme qui domptait les loups et les orignaux

Joe LaFlamme
Suzanne F. Charron est venue conter l'histoire incroyable de son ouvrage sur Joe LaFlamme, ce curieux dompteur d'animaux sauvages de la première moitié du...
En lire plus...

12 octobre 2018 à 14h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur