Des satellites pour mesurer les réserves mondiales d’eau

Grace-satellite-eau

Représentation d’artiste du duo de satellites GRACE. (Image: NASA)


22 mai 2018 à 14h30

Quatorze années de données satellites révèlent qu’à travers le monde, sur 34 régions-clefs pour l’approvisionnement en eau potable, les tendances à la baisse peuvent être attribuées à l’activité humaine dans les deux tiers des cas.

Des études précédentes ont déjà établi que jusqu’à 5 milliards de personnes vivent dans des régions où l’accès à l’eau potable est fragile — ce qui signifie qu’il suffit de peu de variations saisonnières ou annuelles dans les précipitations pour rendre leur situation dramatique.

L’apport des deux satellites GRACE, conçus par la NASA et par l’Agence spatiale allemande, et de leurs 14 années de données (2002-2016), est inédit: en mesurant de mois en mois les variations de la gravité terrestre, ils permettent de déduire les variations dans la quantité totale d’eau présente dans chaque région, autant en surface (lacs et rivières) que sous la surface (aquifère).

La mission GRACE (Gravity Recovery and Climate Experiment) a pris fin en 2017 et un nouveau duo de satellites doit être lancé depuis la Californie ce mois-ci.

Dans certains cas, la diminution des réserves d’eau est facile à attribuer à une cause unique: le pompage excessif de l’aquifère Ogallala, dans l’ouest des États-Unis, produit un effet mesurable sur la gravité terrestre. Mais la diminution de cet immense lac souterrain — l’un des plus grands du monde — était connue depuis longtemps.

En revanche, ailleurs, les causes sont multiples et pas faciles à départager: dans le nord-ouest de la Chine par exemple, la croissance de la population et l’élargissement des terres utilisées pour l’agriculture se combinent pour sur-utiliser les cours d’eau.

Ces observations, écrit une équipe américaine dans la dernière édition de la revue Nature, permettent d’évaluer avec précision comment l’environnement «réagit» à l’impact humain et aux variations climatiques, et fournissent du coup un outil pour tenter de s’ajuster, c’est-à-dire «évaluer et prédire les menaces émergentes pour l’eau et l’alimentation».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Donald Ipperciel quitte Glendon mais reste à York

Il va développer «l’université numérique»
En lire plus...

18 juin 2018 à 17h27

Avec «Crée ton université», l’UOF inclut les jeunes

crée ton université
Clôture des candidatures ce mercredi 20 juin
En lire plus...

18 juin 2018 à 16h25

Le Prix Jeanne Sabourin à Claude Guilmain

Prix Jeanne Sabourin
9e Gala Reconnaissance de Théâtre Action
En lire plus...

18 juin 2018 à 15h59

Accueil «par et pour» les francophones à l’aéroport Pearson

Une initiative à répéter dans d’autres aéroports au pays
En lire plus...

18 juin 2018 à 14h59

Marche gastronomique dans Chinatown

Dix plats dans six restos en deux heures et demie
En lire plus...

18 juin 2018 à 10h00

Quand les « indiennes » ont révolutionné la mode européenne

Pour saisir le sens et l’importance d’une découverte, il faut se replacer à l’époque où celle-ci a été faite. En Europe, dans le passé,...
En lire plus...

17 juin 2018 à 11h00

Errer entre deux mondes

Guy Bélizaire vient de publier À l’ombre des érables et des palmiers, un recueil de nouvelles dont certaines sont écrites au « je ». Est-ce une...
En lire plus...

17 juin 2018 à 9h00

Quiz : Le lundi de la matraque

quiz
Ça brassait au Québec dans les années 60-70: le Lundi de la matraque en est un épisode mémorable.
En lire plus...

17 juin 2018 à 7h00

Suer pour rester en santé

santé
Recherche et activité physique : un demi-siècle de médecine préventive
En lire plus...

La schizophrénie du placenta

On savait déjà que les sources de la schizophrénie étaient en partie génétiques. Et une hypothèse veut depuis longtemps que des complications pendant la...
En lire plus...

16 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur