Des jeunes issus de l’immigration ont discuté d’identité canadienne

Des jeunes ont reçu des certificats de mérite.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Plusieurs agences publiques municipales, provinciales et fédérales, mais aussi des centres communautaires basés au centre-ville, ne sont pas toujours au fait des besoins des francophones issus de l’immigration vivant dans les quartiers périphériques plus pauvres de Toronto (Etobicoke Nord et Scarborough).

C’est ce que constate Amikley Fontaine, le PDG de la Fondation Sylvenie Lindor qui aide les jeunes Franco-Torontois d’origine haïtienne, caribéenne, africaine et autres à s’intégrer à la société canadienne.

Amikley Fontaine, président de la Foudation Sylvenie Lindor, remet une plaque à Rony Désir (qui était conférencier au Forum), coordonateur de la Maison d'Haïti de Toronto.
Amikley Fontaine, président de la Fondation Sylvenie Lindor, remet une plaque à Rony Désir (qui était conférencier au Forum), coordonateur de la Maison d’Haïti de Toronto.

La Fondation (qui porte le nom de sa mère) organisait le 9 septembre, au Centre civique d’Etobicoke, son troisième forum communautaire annuel, sur le thème de l’identité canadienne, auquel ont participé environ 150 jeunes et quelques élus municipaux et provinciaux, ainsi que des représentants du ministère fédéral de l’Immigration.

Quelques conférenciers y ont discuter des enjeux qui leurs tiennent à coeur… et on a mangé un gâteau pour le 150e anniversaire de la fédération canadienne!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Le gâteau du 150e.
Le gâteau du 150e.

«Plusieurs représentants d’organismes comme l’Auberge francophone et la Maison d’Haïti étaient aussi présents. D’ailleurs, ce sont souvent eux qui nous font connaître auprès de leurs membres et qui nous envoient leurs jeunes», explique M. Fontaine à L’Express.

Il fait remarquer qu’un sondage, commandité plus tôt cette année par Reflet Salvéo, indiquait que le secteur d’Etobicoke Nord était défavorisé en matière d’information et de services de santé en français pour les nouveaux arrivants.

«La barrière de la langue est certainement l’un des plus gros défis que nos jeunes ont à relever dans leur recherche d’un emploi à Toronto», dit-il.

La Fondation Sylvenie Lindor organise divers événements culturels et sportifs, entre autres des matchs de soccer, pour rassembler ces jeunes d’origines très diverses, leur permettre d’échanger entre eux, et les accompagner dans leurs démarches d’acclimatation au pays.

Des jeunes ont reçu des certificats de mérite.
Des jeunes ont reçu des certificats de mérite.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur