Des activités en français au Centre de santé de Black Creek

Un récent atelier d'autogestion des maladies chroniques au Centre de santé communautaire de Black Creek.

Un récent atelier d'autogestion des maladies chroniques au Centre de santé communautaire de Black Creek.


11 avril 2017 à 0h34

Le Centre de santé communautaire de Black Creek (BCCHC), situé dans les centres commerciaux Sheridan (nord-ouest de Finch et Jane) et Yorkgate (nord-ouest de Wilson et Jane), vient de conclure une série d’ateliers en français de six semaines sur l’autogestion des maladies chroniques (diabète, cancer, maladies du cœur, douleurs, etc.), à laquelle ont participé une quinzaine de personnes.

Cette initiative était appuyée financièrement par l’Entité 4, qui conseille les Réseaux de santé locaux du Nord et de l’Est de Toronto, et vise aussi à améliorer l’accès et l’utilisation des services de santé par les francophones.

Selon le coordonnateur Stanislas Etiegne, ce secteur de la métropole se caractérise par «une vulnérabilité plus accrue de sa population en raison du niveau socio-économique et d’éducation faible, couplé à une prévalence élevée des problèmes de santé physique et mentale dans un environnement offrant peu d’espace de rencontre et d’activités sportives».

Dans cette zone vivent également des francophones «dont la situation est aggravée par les barrières liées à l’accès à information et aux services de santé et sociaux en français». On parle notamment d’immigrants d’Afrique et d’Haïti.

Le centre de Black Creek est aussi une clinique de santé. Les cas plus graves sont référés à l'Hôpital de North York.
Le centre de Black Creek est aussi une clinique de santé. Les cas plus graves sont référés à l’Hôpital de North York.

M. Etiegne, dont le titre à Black Creek est «navigateur du système de santé», est lui-même originaire de Côte d’Ivoire. Il est l’un des rares préposés francophones de ce Centre de santé qui compte 70 employés, dont du personnel soignant puisque c’est aussi une clinique médicale.

Il organise toutefois aussi des activités culturelles et sportives, à la fois pour aider les gens à vivre en santé et pour les intégrer dans le système de santé et dans la société torontoise.

Black Creek est maintenant l’un des quatre centres de santé francophones de la grande région métropolitaine – avec le Centre francophone de Toronto au centre-ville, Taibu à Scarborough, et Credit Valley à Mississauga. Tous travaillent aussi avec les Centres d’accueil Héritage (pour les aînés) et les écoles de langue française.

Depuis octobre, suite à une étude de besoins dont M. Etiegne est l’un des auteurs, plusieurs activités de mobilisation des francophones et des partenaires ont été réalisées sur la nutrition, le diabète, la santé mentale, la prévention des maladies courantes, les maladies chroniques, etc.

Le jardinage est une activité populaire à Black Creek.
Le jardinage est une activité populaire à Black Creek.

Rexdale

Le territoire du Centre de santé communautaire de Black Creek jouxte celui de d’Etobicoke/Rexdale, les quartiers ouest de Toronto attribués à Reflet Salvéo (qui conseille les Réseaux de santé locaux du centre-ville et de l’Ouest de Toronto) plutôt qu’à l’Entité 4.

On trouverait également à Rexdale plusieurs immigrants francophones défavorisés, mal desservis et mal informés sur le système de santé, selon un sondage commandé récemment par Reflet Salvéo à l’Auberge francophone, un partenariat qui a permis de «gagner en efficacité tout en renforçant les capacités d’un organisme indispensable au tissu social de la communauté d’Etobicoke».

L’Auberge francophone a employé un consultant qui, du 17 février au 8 juillet 2016, a relevé par courriel des données brutes auprès de 146 personnes.

Parmi les constats du sondage, on mentionne que plus d’un quart des répondants ont vu leur santé se dégrader depuis leur arrivée en Ontario. «Cela doit nous interpeller», estime Reflet Salvéo, qui organise une séance d’information communautaire le 6 mai de 17h à 20h dans les locaux de l’Auberge francophone au 925 Albion Road.

Selon le sondage, la grande majorité des francophones de la région préférerait avoir accès à des services de santé en français. C’est aussi ce que nous dit Stanislas Etiegne à Black Creek.

Reflet Salvéo recommande d’implanter des services de santé en français dès que possible dans ce secteur de la ville, et de faire du travail d’information et de sensibilisation.

«Il conviendrait de s’appuyer à la fois sur un centre de santé apprécié des francophones utilisant déjà ses services, mais également sur un organisme communautaire enraciné dans la région, qui jouerait un rôle de navigateur et de conseiller pour ces nouveaux services»: un partenariat entre le Centre de santé communautaire Rexdale et l’Auberge francophone.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur