Des extraterrestres? Bof…

On préfère les microbes dans les météorites que créés en laboratoire...

science espace

Représentation d'artiste de l'astéroïde 'Oumuamua. (Photo: ESO / M. Kornmesser)


24 février 2018 à 8h00

Que des chercheurs en astronomie ou en biologie réfléchissent à la possibilité de vie extraterrestre n’a plus rien d’étonnant. Mais des psychologues? Une poignée d’entre eux se sont posé la question suivante: comment réagirait la population à l’annonce d’une telle découverte?

Non pas à un récit d’invasion par des créatures reptiliennes ou à l’annonce qu’une armada de vaisseaux ennemis converge vers nous. Les chercheurs de l’Université d’État de l’Arizona ont plutôt voulu tester les réactions à une nouvelle qui annoncerait la découverte d’une preuve définitive de vie extraterrestre — sur Terre ou ailleurs.

Dans un premier temps, ils ont utilisé comme «échantillon» 15 articles journalistiques, parus au fil des années et traitant de découvertes qui auraient pu être «la» découverte tant attendue. Dans un deuxième temps, ils ont testé les réactions de quelques centaines de personnes à deux nouvelles.

La conclusion des chercheurs, avec l’aide d’un logiciel d’analyse du langage: les articles journalistiques utilisent davantage de termes positifs et «orientés vers une récompense» que négatifs ou  «orientés vers un risque». Autrement dit, l’aiguille tend bien davantage vers le «wow!» que vers le «attention, danger!».

Mais la réaction des cobayes contient une surprise. Les chercheurs ont invité 250 personnes, toutes aux États-Unis, à commenter, par écrit, un article du New York Times de 1996 sur la découverte possible de microbes fossilisés dans une météorite originaire de Mars, et 250 autres personnes à commenter un article de 2010 sur la première forme de vie synthétique créée en laboratoire (dans les deux cas, sans leur donner la date de parution).  Les réactions à la seconde nouvelle ont été plus négatives.

L’article est paru dans l’édition de janvier de Frontiers in Psychology.

Pour une présentation le 16 février au congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences, les chercheurs ont ajouté à leur échantillon le traitement médiatique de l’astéroïde ‘Oumuamua et de la vague possibilité qu’il soit artificiel, et y ont trouvé un traitement tout aussi positif.

Manifestement, les Martiens ne font plus peur, tant qu’ils se tiennent loin… ou qu’ils ne dépassent pas la taille d’un microbe.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur