Départ à la retraite de la sénatrice Claudette Tardif

Une «grande dame» de la francophonie

La sénatrice Claudette Tardif.
Partagez
Tweetez
Envoyez

S’il a été question de dualité linguistique dans les débats du Sénat, c’est en bonne partie grâce à la détermination de Claudette Tardif, «une grande dame qui n’a jamais cessé de tout mettre en œuvre pour que le gouvernement respecte ses obligations en matière de langues officielles», a commenté le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson.

La sénatrice franco-albertaine vient d’annoncer qu’elle quittera le Sénat le 2 février, pour passer plus de temps avec sa famille. Le président de la FCFA, originaire lui aussi de l’Alberta, rappelle que Claudette Tardif a siégé à la Chambre haute pendant 12 ans.

«Comme membre, puis présidente du Comité des langues officielles du Sénat, elle a passé au crible tous les éléments de la politique gouvernementale, des obligations linguistiques d’Air Canada à celles de Radio-Canada, pour enfin aboutir à un grand projet: la modernisation de la Loi sur les langues officielles.»

«Je suis particulièrement fière de mon implication pour l’avancement des dossiers de la francophonie en Alberta ainsi que pour l’ensemble du Canada», a-t-elle indiqué par voie de communiqué.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La sénatrice Tardif a illustré comment le Sénat peut jouer son rôle de représentation des minorités au Canada, dit-il. Pour cette raison, d’ailleurs, la FCFA s’est toujours opposée à l’abolition du Sénat quand la question revenait dans les débats politiques nationaux.

Claudette Tardif a été doyenne de la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, où elle avait aussi étudié en enseignement.

Active au sein de l’Association interparlementaire Canada-France, dont elle a déjà été présidente, elle a reçu la Légion d’Honneur française en 2016 et, entre autres prix et distinctions, l’Ordre des francophones d’Amérique en 2011, l’Ordre de la Pléiade en 2005, l’Ordre du Conseil de la vie française en Amérique en 2003.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur