De temps en temps…

435e anniversaire de notre calendrier grégorien

Le pape Grégoire XIII promulgue le nouveau calendrier. Le 15 octobre 1582, le calendrier grégorien remplace le calendrier julien.


2 octobre 2017 à 12h57

Comme on peut l’entendre dans une célèbre chanson, J’attendrai, dont l’auteur-compositeur-interprète français Jean Sablon (1906-1994) a assuré le succès: «Le temps passe et court…».

Nous le voyons défiler dans nos calendriers, année après année, mois après mois, jour après jour, et ces changements nous paraissent bien normaux, habitués que nous y sommes.

Nous pouvons donc avoir l’impression qu’il en a toujours été ainsi. Et pourtant, il n’en est rien, et le calendrier que nous utilisons est, dans l’histoire du temps, plutôt récent, car nous pouvons célébrer en ce début d’octobre son 435e anniversaire de naissance!

Préhistoire

Certes la mesure du temps a pratiquement toujours existé, sous une forme ou sous une autre, puisque la rotation de la Terre sur elle-même et son inclinaison sur son orbite elliptique autour du Soleil, quoiqu’en ait pensé et imposé l’Église romaine pendant longtemps, marquent naturellement des successions mesurables.

Si l’on voulait faire une histoire complète de la mesure du temps, il faudrait remonter à la préhistoire aux dates approximatives des débuts de l’humanité (vers 2,5 millions d’années, jusque vers 3 500 ans avant notre ère), et faire état des découvertes archéologiques et de leurs interprétations.

Il faut noter au passage que le plus vieux calendrier du monde a été découvert sur un site archéologique dans le nord de l’Écosse. Des archéologues de l’université britannique de Birmingham ont mis au jour en 2013 ce qui pourrait être un calendrier lunaire vieux de 10 000 ans.

Timbre allemand émis pour les 400 ans du calendrier grégorien en 1982.
Timbre allemand émis pour les 400 ans du calendrier grégorien en 1982.

Antiquité

Une simple énumération des premiers calendriers des sociétés du bassin méditerranéen peut suffire pour situer celui que nous suivons, qui n’est pas le seul qui existe encore de nos jours.

Dès l’Antiquité, il existait des calendriers comportant des mois et des jours, basés sur des observations astronomiques du Soleil et de la Lune. Ce sont principalement les calendriers mésopotamiens: assyrien, babylonien, chaldéen et hébraïque.

La civilisation babylonienne s’est développée en Mésopotamie du Sud, du début du deuxième millénaire avant notre ère, jusqu’au début de celle-ci.

Il existait aussi un calendrier égyptien, qui avait fait des emprunts au calendrier babylonien et comptait 12 mois répartis en trois saisons selon les crues du Nil –  Inondation, Végétation, Récolte – plus 5 jours épagomènes, jours ajoutés à la fin de l’année du calendrier composé de mois de longueur égale.

Les invasions romaines ont perturbé l’observation de ces calendriers, car les Romains avaient leur propre calendrier, différent de ceux-ci.

Calendriers romains

Jusqu’en 45 avant notre ère, les Romains ont utilisé trois calendriers.

Tout d’abord le calendrier romuléen, attribué à Romulus, cofondateur et premier roi de Rome. Il comportait dix mois pour un total de 304 jours et commençait aux alentours du 1er mars.

Le calendrier pompilien, attribué à Numa Pompilius, le deuxième roi de Rome (-715-673). Il a introduit des mois intercalaires portant l’année à 355 jours.

Le calendrier romain républicain fut introduit vers 450 avant notre ère. L’année de 12 mois comptait alors 355 jours tous les 2 ans, et alternativement 377 ou 378 jours les autres années.

Calendrier julien

En 46 av. notre ère, Jules César introduit un nouveau calendrier pour remplacer le calendrier républicain, après consultation de l’astronome Sosigène d’Alexandrie.

C’est le calendrier julien qui sera utilisé en Europe jusqu’à la fin du XVIe siècle, et qui est toujours employé en Grèce par les moines du mont Athos et certaines églises orthodoxes.

La réforme de Jules César avait pour but de corriger définitivement les défauts du calendrier républicain en créant un calendrier qui resterait en correspondance avec le soleil, sans intervention humaine.

L'astronome Luigi Lilio (né vers 1510, mort avant 1576), pionnier du calendrier grégorien.
L’astronome Luigi Lilio (né vers 1510, mort avant 1576), pionnier du calendrier grégorien.

Calendrier grégorien

Le calendrier grégorien est un calendrier solaire conçu à la fin du XVIe siècle pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien. Il porte le nom de son instigateur, le pape Grégoire XIII, mais c’est l’astronome Luigi Lilio qui l’a établi, en insérant une journée bissextile tous les 4 ans.

Adopté à partir du 15 octobre 1582 dans les états catholiques, puis dans les pays protestants, son usage s’est progressivement étendu à l’ensemble du monde au début du XXe siècle. Le calendrier grégorien s’est imposé pour les usages civils, c’est le calendrier de référence international, celui que nous utilisons.

Le calendrier grégorien a commencé le vendredi 15 octobre 1582, soit le lendemain du jeudi 4 octobre 1582 dans les États pontificaux et certains pays catholiques. Les 10 jours perdus ont permis de rattraper d’un seul coup le retard croissant pris par l’ancien calendrier julien.

Exceptions

Six pays n’utilisent pas le calendrier grégorien: l’Afghanistan, l’Arabie saoudite, l’Éthiopie, l’Iran, le Népal, le Viêt Nam.

Il existe aussi des calendriers religieux: hébraïque, musulman, copte, et des calendriers locaux en Chine, Inde, Iran, Arménie…

Le calendrier grégorien se base sur la supposition que Jésus Christ serait né la première année. Mais la date de naissance de ce personnage est parfaitement inconnue. La tendance moderne est de remplacer avant ou après J.-C. par avant notre ère ou de notre ère, ou avant l’ère commune (AEC) et de l’ère commune (EC).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Fêtes commencent avec Les voix du coeur!

L'ensemble vocal Les voix du coeur offrira son spectacle des Fêtes le samedi 15 décembre à 14h30 dans l’église du Sacré-Coeur.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 9h00

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur