De Molière à Veber

Troisième incarnation de François Pignon pour Pierre Simpson dans Le Placard

Partagez
Tweetez
Envoyez

Après Le dîner de cons et L’Emmerdeur, nous aurons l’occasion de découvrir un troisième François Pignon, le personnage fétiche de Francis Veber, dans Le Placard, à l’affiche du Théâtre français de Toronto du 11 au 29 mai.

«Pignon est chaque fois une nouvelle facette de Veber», croit le directeur artistique et metteur en scène Guy Mignault. «Une fois c’est un con sympathique. Après c’est vraiment un emmerdeur. Maintenant c’est un comptable plutôt effacé et même déprimé, qui doit se réinventer»… en se faisant passer pour homosexuel pour conserver son emploi dans une fabrique de préservatifs.

Toutes ces personnalités, qui sont aussi des boucs émissaires ou des perdants (ici, François Pignon n’arrive même pas à se jeter par la fenêtre), cohabitent peut-être chez Veber. Mais au cinéma et au théâtre, elles sont interprétées par des comédiens différents… sauf chez nous à Toronto, où Pierre Simpson, qui a incarné le con et l’emmerdeur, jouera aussi le faux gai, toujours sur les planches du TfT.

«Ce sera encore un pur plaisir pour moi», indique le comédien, qui s’occupe aussi au TfT des jeunes participants au projet annuel Les Zinspirés et qu’on aura l’occasion de revoir cet été dans la troisième saison de la comédie romantique Toi et moi à Radio-Canada.

Pour Guy Mignault, ce Placard est un cadeau d’adieu au public franco-torontois après 19 ans à la barre du TfT, bien qu’il a signé également la prochaine saison qui sera supervisée par son successeur Joël Beddows.

Tel que rapporté la semaine dernière dans L’Express, Guy Mignault jouera dans Les Héros monté par la Compagnie Jean Duceppe à la Place des Arts de Montréal l’hiver prochain. «Mais d’ici là, je compte surtout me reposer», dit-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Guy Mignault compare volontiers Veber à Molière, «parce qu’il dénonce les mauvais traits de ses contemporains en faisant rire». Leurs personnages sont caricaturaux, mais pas que: «ce sont des êtres humains complexes qui ont des gros défauts, mais à qui on finit aussi par trouver des qualités».

Le TfT a d’ailleurs souvent terminé sa saison «en beauté» par un Molière, une comédie à grands déploiements et à plusieurs personnages. Le Placard, qui est également riche en revirements et rebondissements comiques, compte huit protagonistes.

Même si Pierre Simpson est présent dans 27 des 40 scènes et doit apprendre 68 pages de répliques sur 88, «les autres rôles sont loin d’être marginaux», indique Guy Mignault. La distribution comprend Thomas Gallezot, Robert Godin, Christian Laurin, René Lemieux, Tara Nicodemo, Bahareh Yaraghi et Stéphanie Broschart.

«J’ai toujours eu besoin de faire rire», a déjà dit Francis Veber. «Mais la comédie est un genre suspect. Il y a une impression de facilité… Mais je trouve que c’est le genre le plus difficile.» C’est que, pour Veber, le drame et la comédie sont intimement liés. «Il n’y a pas un acteur ou auteur comique qui n’ait un fond de tragédie en lui.»

Billets: theatrefrancais.com, 416-534-6604 ou 1-800-819-4981.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur