De l’ombre de la G League à la lumière des Finales NBA

Depuis plusieurs années, les Raptors de Toronto sont devenus les spécialistes pour sélectionner des joueurs bas dans les repêchages, les faire progresser en ligue de développement chez les 905 pour ensuite les intégrer à l’équipe NBA avec succès.

Pascal Siakam face aux questions des journalistes, lors de la journée des médias des finales.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Started from the bottom now we here (partis d’en bas, maintenant nous en sommes là), ce tube du rappeur Drake, ambassadeur des Raptors, résume parfaitement la trajectoire d’une partie de l’effectif de l’équipe torontoise qui va débuter les Finales NBA ce jeudi.

En effet, pas moins de six joueurs qui seront présents sur les feuilles de match des Finales NBA entre Toronto à Golden State sont passés par les Raptors 905, évoluant dans l’antichambre de la NBA, la G League (anciennement D League).

Pascal Siakam l’histoire à succès

Le plus bel exemple est certainement celui de Pascal Siakam. L’intérieur camerounais, désormais titulaire et deuxième meilleur marqueur de l’équipe en saison régulière n’envisageait même pas de faire carrière dans le basket-ball, il y a encore 10 ans de cela. Repéré à l’âge de 15 ans, lors d’un camp de basket organisé par Luc Mbah a Moute au Cameroun – auquel il ne participait que pour accompagner ses amis – Siakam a depuis gravi les échelons à vitesse grand V.

Passé ensuite par l’Université de New Mexico State, où il se forme pendant deux ans, il est sélectionné en 27e position des repêchages 2016. Durant la saison 2016-2017, il passe la plupart de son temps avec les Raptors 905, avec lesquels il remporte le titre de champion de la ligue de développement. Il termine meilleur joueur des finales en tournant à 23 points et 9 rebonds.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

De remplaçant à deuxième meilleur marqueur

Fort de cette première saison réussie, il intègre les Raptors dès la saison 2017-2018, avec un rôle en sortie de banc. En progression constante, Nick Nurse, qui succède à Dwane Casey, lui offre la place de titulaire au poste 4 cette année avec le succès que nous connaissons.

En trois ans, Siakam est passé de simple remplaçant, apportant son énergie lors de ses entrées en jeu, à joueur étoilé en puissance. Il devrait recevoir le titre de meilleure progression en NBA cette saison. Il est passé notamment de 7,3 points et 4,5 rebonds en 20 minutes de jeu, l’année dernière, à 16,9 points et 6,9 rebonds en près de 32 minutes, cette année.

Preuve de ce changement de statut, il est désormais un joueur reconnu bien au-delà des frontières de l’Amérique du Nord. Le ministre des sports du Cameroun en personne lui a écrit pour le féliciter pour sa saison et ses accomplissements. Il lui a fait part de sa fierté d’avoir un tel représentant pour son pays sur la scène internationale. Un rôle d’ambassadeur du Cameroun et même de l’Afrique que le jeune joueur de 25 ans embrasse avec fierté.

Powell et VanVleet dans le sillage de Siakam

Présents au sein de cette équipe des 905 championne en 2017, Norman Powell et Fred VanVleet ont eux aussi gravi les échelons et seront des éléments déterminants en sortie de banc, lors des ces Finales NBA. Powell avait été sélectionné en 46e position des repêchages de 2015 par Milwaukee. Puis, récupéré par les Raptors via un échange.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour VanVleet, l’histoire est encore plus belle, puisque le natif de Chicago n’a pas été drafté à sa sortie de Wichita State en 2016 et a dû se battre pour se faire une place en NBA. Il a convaincu Toronto de le signer grâce à de bonnes performances en ligue d’été.

Après le titre de champion avec les 905, il réalise une excellente saison 2017-2018, qui lui permet d’être nominé pour le titre de meilleur sixième homme de l’année, finalement remporté par Lou Williams. Malgré une saison 2018-2019 moins brillante, il s’est montré décisif dans les finales de conférence de l’Est. Le voilà désormais en Finales.

«C’est spécial, c’est pour ça que nous travaillons», a-t-il confié lors de le journée médias des Finales NBA. «Tu travailles pour être performant au plus haut niveau, sur la plus grande des scènes et nous y voilà. Nous sommes allés chercher ces finales, nous méritons d’être ici. Maintenant, le plus important c’est de rester concentrés sur notre objectif, pour compléter la dernière étape de notre voyage. Juste arriver ici ce n’est pas assez pour nous. Nous voulons entrer sur ce terrain et avoir une chance de remporter ce trophée. »

Une nouvelle génération de 905

Cette année, une nouvelle vague de joueurs provenant de la G League a intégré les Raptors. Même s’ils ne devraient quasiment pas jouer, passer de la ligue de développement aux Finales de la NBA en quelques mois est une expérience très enrichissante pour la suite de leur carrière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Puisqu’on ne change pas les bonnes habitudes, après Siakam, un autre francophone, en la personne de Chris Boucher, a connu une excellente saison avec les 905 et fait désormais partie de l’effectif NBA.

Le Québécois a connu une année tout simplement extraordinaire, au terme de laquelle il a été élu meilleur joueur et meilleur défenseur de la G League. Il est le premier joueur de l’histoire à obtenir ces deux distinctions en même temps.

Miller rejoint Boucher chez les Raptors

Nous avons la chance d’avoir des interlocuteurs francophones au sein des Raptors 905. Mélanie Danna est coordinatrice des relations avec la communauté et du développement des joueurs. Pour elle, la réussite de Chris Boucher est tout sauf un hasard.

«Chris est super appliqué. Il est conscient du travail qu’il a à fournir. C’est un joueur qui a une très grande volonté d’apprendre et de progresser. Il est toujours à l’écoute des conseils pour l’aider dans son développement», nous a-t-elle confié.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Malcolm Miller est le deuxième joueur des 905 à prendre part aux Finales NBA. S’il a connu une année plus compliquée en raison d’une blessure à l’épaule, qui lui a fait manquer tout le début de saison, il a en revanche très bien terminé pour se frayer un chemin en NBA.

«Malcolm est un joueur intelligent, un très gros bosseur avec une grande détermination. C’est un très bon coéquipier. Pendant sa rééducation, jusqu’en janvier, il assistait à tous les entrainements et tous les matchs des 905», nous explique Mélanie Danna. «Il a pris le temps de discuter avec les entraineurs pour en apprendre plus sur la préparation à la fois aux entrainements et aux matchs.»

La version 2018-2019 des 905 aurait même pu compter trois joueurs dans ces finales. En effet, disposant d’un contrat à deux volets, le meneur Jordan Loyd a fait des aller-retours entre la G League et la NBA, tout au long de la saison. Malheureusement, il n’a pas été conservé dans l’effectif définitif des séries éliminatoires.

McKinnie des 905 aux Warriors

Si Toronto a connu un succès dans le développement de ses joueurs avec des bonnes pioches et des progressions fulgurantes, il y a toujours des talents qui passent au travers des mailles du filet. C’est le cas d’Alfonzo McKinnie. L’ailier faisait partie des 905 la saison dernière et avait, ensuite, intégré l’effectif NBA. Non conservé au terme de la saison, il a parfaitement su rebondir et se faire une place au soleil du côté de l’effectif des champions en titre, les Golden State Warriors.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«McKinnie était vraiment celui qui était le plus concentré sur son futur en NBA», se souvient Danna. «Il était très fort avec les 905. On sentait qu’il avait un potentiel de NBA, les Warriors ont su voir ça et continuer à le développer. »

McKinnie reconnaissant envers les 905

Interrogé lors de la journée des médias à la veille des Finales, McKinnie est revenu sur son passage avec les 905, entraînés cette année-là par Jerry Stackhouse.

« Les 905 m’ont beaucoup aidé. Je salue Jerry Stackhouse, l’un de mes entraineurs préférés. C’est lui qui m’a aidé à me développer en tant qu’ailier défensif. Les saisons précédentes, je défendais les intérieurs. Mais, quand je suis arrivé à Toronto, ils voulaient que je sois un ailier défenseur et shooteur à 3-points. J’ai donc connu une transition pendant laquelle je suis passé de la défense sur des grands à une défense sur les ailes, face à des joueurs plus petits. Je pense que Stackhouse m’a aidé à développer ça lors de mon passage aux 905. »

McKinnie fait partie intégrante de la rotation des Warriors, la meilleure équipe de la NBA de ces cinq dernières années. Avec Kevin Durant, le joueur vedette des Warriors à l’aile, blessé, lors des demi-finales de conférence, il a vu son rôle élargi. L’ancien joueur des 905, qui sera du côté de l’adversaire pour ces finales, a donc plus que réussi sa transition de la G League à la NBA. Même si ce n’est pas du côté de Toronto.

Le bon côté des choses, c’est que nous sommes certains qu’il y aura un ancien joueur de l’équipe de développement des Raptors champion de la NBA.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur