De faux lecteurs pour sauver de vrais livres

Partagez
Tweetez
Envoyez

Restaurateurs et hôteliers ont sans doute été les premiers à découvrir qu’en créant de fausses identités, ils pouvaient améliorer leurs notes sur les sites de voyages. Qui aurait cru que le même truc puisse servir à sauver des livres?

C’est ce qu’ont expérimenté des bibliothécaires de Floride: ils ont créé de «faux lecteurs», qui empruntent des livres qui, sans cela, auraient été retirés des tablettes et peut-être détruits.

Le quotidien Orlando Sentinel raconte ainsi l’histoire de Chuck Finley, un lecteur vorace, puisqu’il a emprunté 2361 livres en neuf mois à sa bibliothèque du comté de East Lake. À lui seul, il a augmenté le prêt de livres de 3,9%.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais Chuck n’en a lu aucun, puisqu’il n’existe pas.

Une enquête administrative a conduit à placer le superviseur de la bibliothèque en congé forcé pour cette «usurpation d’identité» — Chuck Finley avait même une adresse postale et un numéro de permis de conduire — en attendant de confirmer si, comme le superviseur l’aurait prétendu, il y a eu d’autres cas similaires, dans sa bibliothèque et dans les autres du comté.

Les reportages ne précisent pas combien de livres ont été sauvés.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur