Crise des opioïdes: économie ou accessibilité?


27 janvier 2018 à 8h00

La cause première de la crise des surdoses d’opioïdes se cache-t-elle du côté de la sociologie de la pauvreté, ou du côté de la trop grande disponibilité de ces médicaments?

Pour un duo de l’Université Princeton, les décès par surdoses d’opioïdes sont des «morts du désespoir», au même titre que les suicides ou les morts causées par l’alcool.

Leur recherche est parue en 2017, sous l’égide du National Bureau of Economic Research, un organisme privé de recherches économiques, qui a également publié une seconde recherche, également en 2017, qui identifie elle aussi des «conditions macroéconomiques» qui auraient été la cause de la crise.

Une troisième recherche, parue en 2017 dans la revue Drug and Alcohol Dependence, pointe une corrélation entre une plus grande concentration de décès aux opioïdes et certaines zones géographiques des États-Unis qui sont plus pauvres ou plus affectées par la crise économique.

10% des décès

Mais le professeur d’économie politique Christophe Ruhm, de l’Université de Virginie, est de ceux qui affirme plutôt que l’augmentation des décès entre 1999 et 2015 reflète les changements dans «l’environnement des médicaments» — en d’autres termes, la plus grande accessibilité de ces médicaments, comme le fentanyl.

À ses yeux, la corrélation entre la hausse des surdoses et les comtés des États-Unis qui vivent un déclin économique est «faible» et n’expliquerait que 10% des décès. Sa recherche est parue ce mois-ci dans le Journal of Aging and Health, une publication également sous l’égide du National Bureau of Economic Research.

Anne Case et Angus Deaton, le duo de l’Université de Princeton, ont déjà répliqué à Ruhm: ils admettent que son évaluation — seulement 10% des décès — est valable, mais allèguent que c’est parce qu’il a utilisé une définition plus restreinte qu’eux des «morts par désespoir».

Dans leur recherche, ils n’incluaient pas uniquement dans cette définition les décès associés à des conditions économiques ayant récemment changé, mais tous les décès qui peuvent être liés à des changements économiques et sociaux à plus long terme.

Le fait qu’il n’y ait pas eu de telle épidémie en Europe, en dépit de la dernière crise économique, tend à conforter Ruhm dans son hypothèse.

La poudre et l’allumette

Ce n’est pas juste un débat sémantique ou une querelle d’experts, explique le journaliste German Lopez dans Vox. C’est une question cruciale pour la recherche de solutions: «si l’économie n’est pas à blâmer pour la crise, alors une meilleure économie ne réglera pas» le problème.

«Les facteurs socioéconomiques et d’autres facteurs ont créé la poudre à canon pour l’usage malsain d’opioïdes, et la soudaine expansion d’opioïdes disponibles a été l’allumette.»

On est passé, écrit Ruhm, d’une époque où une population plus jeune utilisait surtout de l’héroïne et où une population plus âgée utilisait surtout des opioïdes, à une expansion massive de l’utilisation des opioïdes dans les populations les plus à risque — jeunes, urbaines et masculines, avec l’aide du marché noir.

Une question d’offre et de demande, en quelque sorte, qui pourrait donc être attaquée par des politiques qui restreindraient l’accès à ces médicaments, ou qui, à l’inverse, faciliteraient l’accès à des traitements contre la dépendance.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Gilles Archambault a tenu un journal intime de citations

En toute reconnaissance
Depuis une cinquantaine d’années, Gilles Archambault a inscrit des phrases (citations) dans un carnet bleu, sur des thèmes qui lui sont chers.
En lire plus...

15 octobre 2018 à 8h00

Wanda Plus TV : promouvoir la culture africaine

Wanda Plus TV
Créée à l'initiative de José Ndzeno, Wanda Plus TV est la nouvelle chaîne torontoise dédiée à la promotion de la culture africaine.
En lire plus...

14 octobre 2018 à 15h30

Luc de Larochellière de retour sur scène avec son groupe original

Luc de Larochellière
En 1988, le chanteur Luc de Larochellière sortait Amère America, qui allait devenir disque d’or. Luc de Larochellière en célèbre le 30e anniversaire en...
En lire plus...

14 octobre 2018 à 13h00

Littérature de la confrontation

Qui a tué mon père
Qui a tué mon père. Édouard Louis ne pose pas une question, il accuse. À 25 ans, l'auteur a publié trois romans autobiographiques traduits...
En lire plus...

14 octobre 2018 à 9h00

Quiz : 1968, année inoubliable

quiz
1968 est une année riche en événements. Vous rappelez vous de tout ?
En lire plus...

14 octobre 2018 à 7h00

Le « cohousing » en marche à Winnipeg

habitat groupé
Le « cohousing » regroupe des familles, des couples ou des personnes seules autour d’une «maison commune», où ils partagent des services d’usage courant....
En lire plus...

13 octobre 2018 à 15h30

Les producteurs laitiers canadiens sacrifiés ?

Johnny Gallant
Les producteurs laitiers du Canada n’ont pas mis longtemps à réagir aux modalités de l’accord avec les États-Unis et le Mexique qui, s’il est...
En lire plus...

13 octobre 2018 à 12h00

Port du voile : pour vivre sans se cacher

musulmane
Lorsqu’elle a choisi de porter le voile, Loubna Dabet a senti que la France lui imposait une façon de vivre qui ne lui convenait...
En lire plus...

13 octobre 2018 à 9h00

Louise Mushikiwabo remplace la Canadienne Michaëlle Jean à la tête de la francophonie

OIF Election
Sans grande surprise, le poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) a été attribué à la candidate rwandaise Louise Mushikiwabo,...
En lire plus...

12 octobre 2018 à 17h05

Joe LaFlamme, l’homme qui domptait les loups et les orignaux

Joe LaFlamme
Suzanne F. Charron est venue conter l'histoire incroyable de son ouvrage sur Joe LaFlamme, ce curieux dompteur d'animaux sauvages de la première moitié du...
En lire plus...

12 octobre 2018 à 14h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur