CoViD-19: les hommes plus à risque… ou moins prudents

Un patient sous ventilateur.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Si on sait à présent que le grand âge — doublé de certaines maladies — est un haut facteur de risque pour les symptômes sévères et les décès de la CoViD-19, un autre serait en train d’émerger: être un homme.

En épluchant les dossiers d’hôpitaux de Wuhan, les chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université chinoise de Jiaotong avaient constaté que, parmi les personnes admises dans les 20 premiers jours de janvier, soit 99 patients, les hommes étaient plus nombreux que les femmes par près de deux contre un.

Il y avait également une différence lors des décès: les données de mortalité de 21 hôpitaux de Wuhan, pendant les 10 derniers jours de janvier, révélaient que 75% des décédés étaient des hommes.

Coronavirus discriminatoire

Une étude américaine, menée en mars et portant sur 4103 patients atteints de CoViD-19 dans des hôpitaux de New York, montre encore que 62,6% étaient des hommes alors que les cas new-yorkais recensés comptaient autant d’hommes que de femmes.

Dans le passé, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), eux aussi causés par des conoravirus, avaient également affecté de manière disproportionnée les hommes, ce qui n’est généralement pas le cas des infections respiratoires, avance le New Scientist.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Tabagisme salutaire?

Certains ont avancé qu’une des raisons de cette différence pourrait être la consommation de tabac généralement plus importante chez les hommes que chez les femmes.

En Chine en particulier, la moitié des hommes fument contre seulement 5% des femmes. Et la fumée de tabac pourrait pousser les cellules pulmonaires à produire en plus grand nombre une protéine de surface nommée ACE2, exploitée par le virus pour infecter les cellules.

Mais l’hypothèse est insuffisante, répond une analyse parue dans The Lancet: les fumeurs formeraient seulement 12,6% de ceux qui ont développé des symptômes sévères de la maladie.

Les hommes, ces grands malades

Une autre possibilité: les hommes âgés seraient en moins bonne santé que les femmes du même âge, ce qui rejoindrait les observations récentes à l’effet que, davantage que l’âge, ce sont les pré-conditions du patient qui semblent être le principal facteur de risque.

Les hommes souffrent plus souvent d’obésité, de diabète, d’hypertension, de cancers et de maladies cardiovasculaires et pulmonaires.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Deux chromosomes X valent mieux qu’un?

Reste une autre piste: les femmes pourraient disposer d’une meilleure immunité que les hommes.

Elles disposeraient de gènes sur leurs deux chromosomes X – les hommes n’en disposent que d’un – utiles à la réponse immunitaire. De plus, les hormones sexuelles féminines, telles que l’œstrogène et la progestérone, stimuleraient aussi le système immunitaire.

Mais il subsiste aussi des divergences psychologiques qui pourraient expliquer cette situation: le New Scientist note ainsi que les hommes respecteraient moins les consignes d’hygiène, comme de se laver les mains souvent…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur