CoViD-19: aucun Français n’a été «bloqué» à Toronto

Tudor Alexis, consul général de France à Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Air France et Air Canada continuent de maintenir au moins un vol quotidien de Montréal vers Paris, et de Toronto vers quelques destinations européennes.

Cela fait que la plupart des Français qui étaient de passage ou en stage à Toronto, à l’éclosion de l’épidémie de CoViD-19 au début de mars, ont pu repartir en France s’ils le voulaient, selon le consul de France Tudor Alexis.

«Nous n’avons jamais été obligés d’affréter des vols, comme ça s’est vu dans d’autres pays, et aucun Français n’a été bloqué à Toronto», dit-il en entrevue téléphonique à L’Express.

Des milliers de demandes de renseignements

Le consulat à l’angle de Bloor et Yonge, où travaillent désormais à distance une vingtaine de personnes, a été assiégé de demandes de renseignement et d’aide au début. «Les gens voulaient surtout savoir s’il fallait rester ou retourner, mais la réponse n’était pas toujours simple, dépendant des cas.»

Le consulat a mis à leur disposition quatre lignes téléphoniques d’urgence ouvertes 24h sur 24, d’abord depuis les bureaux du consulat, puis à distance grâce à l’acquisition d’un logiciel. Ces lignes ont traité des milliers d’appels.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Il a fallu former notre personnel, car on était confronté à des problèmes et des questions très inhabituelles.»

«Nous avons aussi relayé beaucoup d’information pertinente, notamment des autorités canadiennes, ontariennes et torontoises, dans notre site web et à travers les principales associations françaises de Toronto.»

LFT et TFS

M. Alexis, en poste à Toronto depuis huit mois, indique aussi que le Lycée français de Toronto, de même que la Toronto French School qui entretient des liens avec la France, «ont fait du bon travail d’information de leurs parents et enseignants».

Ces deux institutions ont d’ailleurs décidé de fermer une semaine avant les écoles publiques de l’Ontario, et elles en sont déjà à leur troisième semaine d’enseignement à distance. «Je dois quitter le salon quand ma fille fait son cours d’éducation physique», mentionne M. Alexis.

Le consul de France à Toronto participe chaque jour à une conférence avec ses homologues de Vancouver, Montréal, Québec et Moncton autour de l’ambassadrice Kareen Rispal à Ottawa, pour discuter de l’évolution de la situation. «Et, oui», confirme-t-il, «il y a chaque jour du nouveau, dans nos régions respectives comme en France et ailleurs.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il refuse de comparer la pandémie en France et au Canada, sauf pour remarquer qu’elle est arrivée plus tôt en France.

Hommage à Doug Ford

M. Alexis rend hommage à l’attitude et à l’intervention des autorités canadiennes, notamment aux décisions prises par le premier ministre de l’Ontario Doug Ford. «Et je ne le dis pas parce que je suis diplomate, mais parce que c’est vrai», assure-t-il: «le gouvernement ontarien a réagi à la crise de façon exemplaire.»

Mais, justement, Tudor Alexis est diplomate, et le contact direct avec les gens lui manque beaucoup en ces temps de confinement à la maison.

Il s’émerveille aussi que «les Canadiens aient laissé la politique de côté, et que la mobilisation contre le coronavirus ait rapidement fait consensus» dans la population et à tous les niveaux de gouvernement.

Une fois l’urgence passée, souhaite-t-il, «cette solidarité devrait rester. Il ne faut pas que le virus tue aussi la coopération et l’entraide dans la société.»

À l’échelle mondiale aussi, la solidarité est de mise. M. Alexis indique que la France vient de débloquer l’équivalent de 2 milliards $ pour aider l’Afrique à affronter la pandémie qui arrive sur le continent.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur