Contre la menace nord-coréenne: des maths

Plus facile de tirer un missiles vide que porteurs d'ogive nucléaire. (Photo: Pixabay)


7 décembre 2017 à 7h00

L’idée que la Corée du Nord dispose à présent d’un missile capable d’atteindre l’Amérique du Nord n’est pas rassurante, mais cela ne signifie pas qu’une bombe atomique pourrait vraiment atteindre l’Amérique du Nord: plus c’est lourd, moins le missile peut aller loin.

Les réserves émises en ce sens viennent d’experts, non pas en armes nucléaires ou en politique, mais en mathématiques.

Bien qu’on sache très peu de choses sur la technologie nord-coréenne, déduire la portée d’un missile à partir de sa trajectoire est à la portée de ceux qui ont gardé quelques souvenirs de leurs cours de physique à l’école.

Ainsi, dans le cas du missile du 28 novembre — qui était le troisième test d’un missile intercontinental —, on sait que celui-ci s’est élevé jusqu’à 4475 km (un record), avant de retomber dans la mer du Japon, à 950 km de son point de départ. Ce qui, s’il s’était agi d’une trajectoire plus directe, lui aurait permis d’atteindre Washington — ou Toronto.

Sauf que, explique par exemple l’expert en armes nucléaires Philip Coyle dans le magazine Wired, ce missile était largement une coquille vide: une bombe atomique du calibre que semble posséder la Corée du Nord pèse, au bas mot, 1000 kilos.

Du coup, la portée du missile s’en trouve réduite de moitié, évalue le physicien David Wright, de l’Union of Concerned Scientists. Assez pour menacer les pays d’Asie, mais pas pour traverser le Pacifique. Assez, toutefois, pour donner un pouvoir de négociations supplémentaire à la Corée du Nord…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La campagne «Bonjour Welcome» gagne Durham-Peterborough

Bonjour Welcome Durham
Après la région de York, au nord de Toronto, c’est la région de Durham-Peterborough, à l’est, qui se met au «Bonjour Welcome». Le mercredi...
En lire plus...

22 février 2018 à 18h22

Débat sur l’Université franco dans l’atrium de Radio-Canada

L'atrium de Radio-Canada accueillera le Grand débat sur l'Université de l'Ontario français.
#universiteONfr le 6 mars
En lire plus...

22 février 2018 à 14h00

Droits constitutionnels: les francophones doivent-ils envier les Autochtones?

Justin Trudeau Premières Nations
Beaucoup d'engagements, peu d'actions
En lire plus...

22 février 2018 à 13h00

Maven rejoint la course de l’autopartage à Toronto

Les voitures Maven arrivent à Toronto
Un nouvel acteur de l’autopartage, Maven, associée à General Motors, vient d’arriver à Toronto. On comptait déjà des entreprises comme Zip Car, Car2Go ou Car...
En lire plus...

22 février 2018 à 12h30

Le sel de mer pas plus santé que le sel de table

sel de mer
On tire de plus en plus la sonnette d’alarme quant à notre consommation de sel: un Canadien moyen avalerait 3400 mg de sodium par jour,...
En lire plus...

22 février 2018 à 11h00

La Cour supérieure de justice augmente sa capacité bilingue

Sandra Nishikawa
Une magistrature davantage en mesure d'utiliser les deux langues officielles
En lire plus...

22 février 2018 à 9h30

La valeur d’une entrevue d’information

access-employment-speed-mentoring
L’une des meilleures sources d’information sur les actualités d’une profession ou d’une industrie consiste à parler aux personnes qui travaillent dans le domaine.
En lire plus...

22 février 2018 à 7h00

À la découverte de la francophonie canadienne

Corridor patrimoine
Le Corridor patrimonial, culturel et touristique ouvert dès ce printemps
En lire plus...

21 février 2018 à 18h08

Quand le sport blesse le cerveau

Olympiques-hockey-commotion-cerveau
Risques élevés de blessures à la tête en ski, hockey, patinage, luge
En lire plus...

21 février 2018 à 16h00

Winter Stations sur le thème de la révolte

À la plage Woodbine jusqu'au 1er avril
En lire plus...

21 février 2018 à 14h14

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur