Oasis contre l’homophobie, pour le respect de la diversité

Partagez
Tweetez
Envoyez

«Pour souligner sa lutte contre toute forme d’oppression», Oasis centre des femmes, à l’instar de la communauté internationale, a marqué samedi 17 mai la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie.

Faisant écho à ce qui se passe notamment en Russie, c’est la liberté d’expression et d’information qui a été retenue comme thème pour cette année.

Oasis Centre des femmes est un organisme qui vise surtout à outiller les femmes francophones du Grand Toronto et Halton Peel touchées par la violence, mais la présidente Dada Gasirabo saisit ici «l’occasion pour faire un arrêt de réflexion en soutien à la cause de la communauté LGBTQ» et «analyser du point de vue féministe les avancées sur la question de la liberté d’orientation ainsi que la liberté d’expression».

C’est ainsi qu’on se demande si on a vraiment réussi, dans nos sociétés occidentales (certainement pas dans les 80 pays qui criminalisent encore l’homosexualité) à «créer un environnement libre de jugement, qui respecte les choix et les droits des êtres humains».

«Pouvons-nous aborder la question de l’homosexualité sans rabaisser l’autre dans le choix de vivre librement son identité?», demande Oasis.

«Avons-nous un système dans nos écoles qui permet de dénoncer les actes d’harcèlement et d’intimidation sans crainte de représailles?»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«La responsabilité de créer des milieux de vie plus accueillants que tolérants à la diversité sexuelle relève de toutes les parties prenantes: familles, écoles, milieux de travail et la collectivité au large», indique Mme Gasirabo, qui suggère de «poser des gestes simples tels que donner une visibilité aux couleurs de l’arc-en-ciel».

Le comité initiateur de cette Journée estime que «la lutte contre le harcèlement homophobe et transphobe est un point d’entrée pour lutter contre les violences sexistes».

La campagne ratisse large puisque même notre ministre conservateur des Affaires étrangères, John Baird, s’y est associé, affirmant que «la criminalisation de l’homosexualité est une incitation à l’intolérance, qui engendre la haine et, en retour, la violence. Le Canada demeure résolu à défendre les droits de tous.»

Oasis Centre des femmes souligne la campagne de La Fondation Émergence, qui oeuvre à la lutte contre l’homophobie, sur leur thème «J’aime mes deux papas / J’aime mes deux mamans». «Un message fort qui démystifie l’homoparentalité pour les enfants qui grandissent avec des parents de même sexe.»

«C’est une initiative qui s’est démarquée sur un sujet opportun et qui souligne le droit inaliénable à l’égalité», se réjouie Mme Gasirabo.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur