Congo: le poumon malade de l’Afrique

Théâtre et discussion à l’AFT avec l’Agence Ekin

Congo: le poumon malade de l'Afrique, un spectacle sur les séquelles de l'esclavage et de la colonisation. Photo d'un correspondant d'Ekin au Congo, où le collectif offre parfois des ateliers de théâtre dans le cadre de projets éducatifs.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Plusieurs pays africains entretiennent encore des relations problématiques avec leurs anciens colonisateurs européens, et plus récemment avec les Américains et les Chinois.

C’est le thème de la pièce de théâtre Congo: le poumon malade de l’Afrique de l’Agence Ekin, un collectif artistique actif au Canada, en France et en Afrique, qui sera présentée le samedi 22 février à 20h à l’Alliance française de Toronto, rue Spadina.

Adrienne Medjo

Artistes engagés

Très occupés toute l’année, les membres d’Ekin touchent au théâtre autant qu’à la danse, aux arts picturaux et à la poésie.

«Nous sommes des artistes engagés dans la communauté francophone, et nous nous spécialisons dans le théâtre social par le Théâtre Forum et la Dramathérapie», indique la cofondatrice Adrienne Medjo, auteure et metteure en scène de la pièce.

«Notre collectif n’a pas de frontières. (Ekin veut dire «culture» en Turc…) En 2019, nous avons travaillé en Côte d’Ivoire, en Éthiopie et en RDC Congo, d’où nous est venu l’idée d’écrire cette pièce de théâtre.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La mère d’Adrienne Medjo est Congolaise d’origine, son père vient du Cameroun. «Je suis moi-même franco-belge-canadienne», dit-elle. «La pièce donne la parole à tout le continent noir.»

Afrique Nouvelle Musique

Profitant du Mois de l’Histoire des Noirs 2020 avec l’AFT et Afrique Nouvelle Musique (collaborateurs d’Ekin sur d’autres projets), le spectacle sera suivi d’une discussion sur le «commerce triangulaire», le nom donné à la traite négrière Europe-Afrique-Amérique du 18e siècle et ses répercussions jusqu’à aujourd’hui.

Congo: le poumon malade de l’Afrique évoque «un désir et une volonté de liberté dans laquelle l’Africain d’aujourd’hui se perd et tend alors à immigrer vers les terres de l’ancien colonisateur, et à intégrer sa culture que pourtant il avait rejetée 60 ans auparavant».

La pièce mêle musique, danse et slam-poésie. Adrienne Medjo, les comédiens et des représentants des communautés africaines caribéennes de Toronto prendront part à la discussion.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur