Confessions du fondateur de Juste pour rire au Club canadien de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dernier repas de la saison pour le Club canadien de Toronto placé sous le signe de la détente. Le conférencier invité Gilbert Rozon, fondateur et président du célèbre festival Juste pour rire, a su captiver l’auditoire par l’usage de mots simples et d’anecdotes authentiques.

Mardi dernier, l’imposante salle impériale de l’hôtel Fairmont Royal York a résonné des propos autobiographiques de Gilbert Rozon. Présentée devant la tribune du Club canadien et entrecoupée des rires de l’assemblée, sa harangue volontaire et sincère semblait une invitation aux vacances.

Autobiographique et intimiste, Gilbert Rozon s’est livré pendant près d’une demi-heure au périlleux exercice qu’est l’énonciation de ces petits riens et grands faits qui marquent une vie et façonnent un individu.

De fossoyeur à président d’un empire de l’humour, il n’y a qu’un pas. Mais un long pas, dont le cheminement fut marqué par les aléas des fortunes plus ou moins propices selon les temps.

Des souvenirs intimes remontant à la petite enfance, non comme une psychanalyse mais comme un témoignage. Pour comprendre l’oeuvre il faut comprendre l’homme et, lorsqu’on parle humour, on se doit d’y associer le vocable «partage». Et quelle plus belle façon de partager que de se dévoiler.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Gilbert Rozon, en souverain du rire, ne se contente pas d’enrober son récit de vie de traits d’humour, mais révèle à tout un chacun son parcours atypique ayant fait de lui le grand manitou de Juste pour rire.

Enfant difficile élevé sous la houlette d’un père autoritaire, très tôt autonome et enfant de choeur de son village, son premier salaire lui vient étrangement d’un remplacement du fossoyeur local.

Grosses frayeurs et cynisme précoce étant inhérants à ce genre d’emploi, Gilbert Rozon change de casquette et se lance rapidement dans le monde du spectacle. Parallèlement, il entrevoit de conclure ses études en droit, accédant en ce sens à la demande de son père.

Énergique et débordant d’idées, ses premiers succès se font malheureusement balayer par autant de déconvenues qui lui occasionnent des dettes de un million de dollars.

Finalement, la consécration survient en 1983. Le premier grand festival de l’humour de sa conception, honoré par la présence du «fou chantant» Charles Trenet, est un souvenir vibrant dans la voix du fondateur de Juste pour rire. Leçon de vie et d’affaires, Rozon relate en une anecdote qu’outre le fait d’avoir côtoyé cet immense chanteur, c’est à ses cotés qu’il a compris comment faire monter le désir et garder le meilleur pour la fin.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Homme énergique et plein de vie, doté d’un solide sens de l’humour et d’une grande capacité d’autodérision, le fondateur de l’empire Juste pour rire/Just for laughs n’a de cesse d’ouvrir son oeuvre au plus de monde possible.

Après 25 ans d’ancienneté et un premier festival à Toronto prévu du 26 au 28 juillet prochain, son groupe mondialement connu, de par sa diffusion dans de très nombreux pays et compagnies aériennes, ne peut tendre que vers un succès plus grand encore. «Quand je prends l’avion et que j’entends tous les passagers rire en voyant mes émissions, je me dis que ce n’est pas si mal», conclut-il sa conférence.

Juste pour rire, créature à l’image de son créateur, ouverte et chargée en énergie positive, est à consommer en toutes circonstances et à juger sur pièce dans sa version torontoise à venir.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur