Chronique désabusée de début d’année

année, traces d'écureuil
Traces d’écureuil dans la neige sur le balcon de ma maman. Elle habite au 15e étage! L’absurdité de cela est vraiment dans le ton actuel… Photo: Lise Marie Baudry
Partagez
Tweetez
Envoyez

Bonne semaine 2022! Ben oui, c’est plus prudent que de souhaiter une bonne année. On s’est fait prendre l’an dernier. Et l’année d’avant.

Harassée et harcelée

Janvier 2021: attrape la covid. Chanceuse je suis: trop malade pour quitter mon lit mais pas assez pour être hospitalisée.

Février, mars, avril, mai: se remet de la covid. Encore et encore. La longue covid, ça existe !

Juin: premier vaccin.

Juillet, août, septembre, octobre: continue de se remettre de s’être remise de la covid.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Novembre: deuxième vaccin.

Décembre: vaccin contre la grippe, troisième vaccin.

Début janvier 2022: je re-cite Achille Talon: «Il y a dans tout cela comme un relent de fastidieuserie. On monotone.»

Mourir seule

Pendant une bonne partie de 2021, j’ai suivi une chère amie qui est finalement morte du cancer en octobre. Souffrir du cancer en temps de pandémie, c’est pas joli.

Même dans les meilleures institutions, les restrictions sur les visites laissent les personnes mourir seules.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et nous ne saurons jamais si les retards dans ses traitements à cause de la pandémie ont contribué à l’avancée foudroyante de sa maladie.

La reprise s’enlise

Dans mon quartier, les établissements qui ont traversé la crise pandémique de peine et de misère ont abandonné tout récemment lors des dernières re-restrictions.

Un patio extrêmement populaire pendant l’été et l’automne, fermé pour l’hiver. Une papeterie disparaît. Le seul resto «Europe de l’Est» qui demeurait dans ce quartier dit «ukrainien» a fermé ses portes et est remplacé par une pizzeria (il y en avait déjà 3 autres dans le quartier!)

Où vais-je manger mes wiener schnitzel et mes pelmenyi? Ah, c’est vrai, on ne peut plus manger dans les restaurants de toute façon.

Après toutes les fermetures de magasins de cannabis, deux nouveaux ont ouvert. Je ne sais pas pour combien de temps. J’ai des hallucinations de nounours de toutes les couleurs.

«Quartier des spectacles»

J’ai passé les fêtes à Montréal avec ma mère. Elle vit dans le «quartier des spectacles». C’est étrangement sinistre quand tout est fermé. Comme un écho fantôme de tous les artistes qui ont été forcés de «pivoter».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur