Chris Mavinga, l’atout franco-congolais du Toronto FC

La Coupe du Monde lui a permis de rencontrer les francophones d'ici

foot, soccer

Chris Mavinga (No 23) et ses coéquipiers du Toronto FC.


30 août 2018 à 13h33

L’Express s’est rendu cette semaine au centre d’entraînement du Toronto FC pour rencontrer Chris Mavinga, défenseur central franco-congolais arrivé à Toronto en janvier 2017.

Ce défenseur central, formé au Paris Saint Germain, a beaucoup bougé depuis le début de sa carrière.

Après avoir quitté la ville parisienne qui l’a vu grandir, il a signé son premier contrat professionnel outre-Manche à Liverpool. Il a pris ensuite la direction du Racing Club de Genk en Belgique sous forme de prêt, avant de connaître sa meilleure expérience au Stade Rennais en Ligue 1.

La suite de sa carrière s’est moins bien déroulée lors de son expérience russe au Rubin Kazan, club qui a décidé de le prêter à Reims puis Troyes.

Pour une expérience différente

Enfin, c’est en janvier 2017 qu’il a pris la décision de rejoindre Toronto et la MLS pour se relancer. Il est l’un des rares joueurs francophones à évoluer dans le sport professionnel de la métropole.

«J’avais envie de m’évader, de voir autre chose. Aujourd’hui je revis et je ne regrette pas mon choix.»

Le champion en titre de la MLS (vainqueur en 2017) a donc vu débarquer dans ses rangs un international congolais de 27 ans déterminé, après quelques années compliquées en France.

Alors qu’il avait réalisé ses classes chez les jeunes en Équipe de France. Chris Mavinga a finalement opté pour la sélection congolaise. «Le choix du Congo s’est fait parce que l’Équipe de France A semblait inaccessible. Mais je reste toujours Français, j’ai la France dans le coeur, j’y suis né, j’y ai grandi et j’ai joué pour l’équipe nationale.»

foot, soccer
Chris Mavinga en action.

Une bonne intégration à Toronto

Cela fait désormais plus d’un an et demi que Chris Mavinga a posé ses valises en Ontario, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il semble comblé par l’atmosphère de la ville.

«En arrivant ici, je ne connaissais pas du tout Toronto. Mais, l’adaptation s’est faite rapidement. Honnêtement, je conseille à tous les Français et francophones de venir découvrir cette ville parce qu’elle est vraiment magnifique et agréable à vivre.»

Le défenseur central a également embarqué toute sa petite famille avec lui, notamment sa petite fille. Une situation assez étrange pour elle, en particulier lorsqu’elle est entrée à la garderie. «Ma fille est dans un établissement anglophone, mais à la maison elle parle français. D’ailleurs je me pose encore la question de savoir comment elle fait pour y communiquer…»

Coupe du Monde rassembleuse

En préparant cette rencontre, nous voulions en savoir plus sur les liens qu’un sportif professionnel franco-congolais peut nouer avec la communauté francophone lors d’une de ses expériences à Toronto.

La Coupe de Monde de football 2018 a joué un rôle important. «J’ai regardé la finale avec les supporters français, donc ça m’a permis de créer beaucoup de contacts et c’était vraiment plaisant à voir. En arrivant, je ne les voyais pas beaucoup, mais la Coupe du Monde m’a permis de réaliser qu’en fait nous sommes nombreux.»

Le titre de champion, pour les Bleus, fut l’occasion pour lui de hisser haut les couleurs de la France, mais aussi de féliciter l’un de ses amis. «Je suis arrivé avec le maillot de l’Équipe de France le lendemain, fier de représenter le pays ici.»

«Mais, la personne pour qui j’étais le plus heureux c’est Antoine Griezmann, parce qu’on a joué ensemble.»

foot, soccer
Antoine Griezmann et Chris Mavinga

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur