Ces colonnes dressées vers le ciel

Colonne de Trondheim, en Norvège, XVIIe siècle.
Partagez
Tweetez
Envoyez

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d’Europe, mais il n’existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes du Canada ou du continent.

Les exceptions sont rares, comme la colonne Nelson à Montréal, qui suscite d’ailleurs un débat sur le colonialisme britannique. Ou la petite Colonna de cristal construite en 2000 à Recife, Brésil, et peut-être une autre quelque part en cherchant bien.

Quel contraste avec les grandes villes européennes, où en parcourant simplement leurs rues et places, on aperçoit invariablement une colonne qui se dresse droit dans le paysage. Uniquement à Paris: Colonne Médicis, Colonne de Juillet, Colonne Vendôme, Colonnes de l’ancienne Barrière du Trône, etc.

À Bruxelles, la Colonne du Congre. À Berlin la Colonne de la Victoire (1854-1875). À Madrid, la Colonne de Christophe Colomb, la Colonne du Palacio desconocidos. La colonne de la mosquée Et ‘hem Be de Tirana, en Albanie. La colonne du Port-Noir, à Genève en Suisse. À Brno, en République tchèque, la Colonne de la peste.

Colonne de Nelson, à Montréal.

Tradition romaine

Les Romains sont sans doute à l’origine de ces colonnes qui se sont répandues en Europe. Les Romains avaient pour coutume de célébrer triomphalement leurs victoires par des manifestations temporaires comme des défilés des troupes victorieuses, de leurs prisonniers, ou par l’érection de monuments qui assureraient une gloire permanente au héros du jour.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il y a encore à Rome plusieurs arcs de triomphe de Constant, Titus, Septime Sévère et autres. Mais on en trouve ailleurs, soit dans des territoires de l’Empire romain, soit dans des imitations de ces arcs, comme celui de l’Étoile à Paris. Et ce n’est qu’un exemple parmi une longue liste.

Colonne de Recife, 2000, pour les 500 ans du Brésil.

Les exploits de Trajan

Mais les Romains exaltaient aussi leurs victoires ou leurs héros par des colonnes de pierre dont il reste des exemplaires intacts ou affectés par le temps.

Une des plus célèbres est la Colonne Trajane, construite à Rome en 113, et qui porte le nom de l’empereur Trajan (53-117). Elle mesure 40 mètres de haut et elle est célèbre pour les sculptures gravées qui s’enroulent en spirale autour d’elle pour retracer les exploits de Trajan.

Colonne de Trajan, à Rome.

Ornements disparus

Car ces colonnes que l’on retrouve en Europe ou dans les anciens territoires romains ne sont pas dressées dans un but esthétique, pour agrémenter un paysage, mais pour laisser dans l’espace et dans le temps le témoignage d’un événement, d’un exploit, d’une victoire, d’un personnage.

La tête de la colonne porte ainsi très souvent une sculpture, une représentation symbolique, un objet. Parfois, avec le temps, ces éléments évocateurs ont disparu.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est ce qui est arrivé à la colonne de Trajan. Sa statue qui en ornait le sommet ayant disparu, en 1587 le pape Sixte-Quint (élu en 1585, mort en 1590) l’a fait surmonter d’une statue en bronze de saint Pierre, qui n’a rien à voir avec la colonne.

Colonne rostrale en granit de Saint-Pétersbourg, Russie, 1806.

Victoire contre la peste

La colonne de la peste, qui surplombe la place de la liberté dans la vieille ville de Brno, marque la fin d’une épidémie. La colonne Médicis à Paris porte le nom de Catherine de Médicis, couronnée reine en juin 1549, qui l’a fait ériger en 1574 dans la cour de l’hôtel de la Reine.

La Colonne du Congrès de Bruxelles a été construite entre 1850 et 1859, en commémoration du Congrès national de 1830-183131, la première assemblée législative belge, chargée notamment d’élaborer la Constitution belge.

Colonne de la peste, à Brno, 1689.

Victoires militaires

On trouve quelques colonnes commémoratives laissées par l’Empire romain, comme la colonne de Constantin, érigée en 328 sur le forum de Constantin à Constantinople (de nos jours la place Çemberlitaş, Istanbul) par l’empereur Constantin Ier.

La Colonne de Pompée est une colonne monolithique en granit rouge qui se trouve dans le parc archéologique d’Alexandrie en Égypte. Elle a été érigée en honneur de l’empereur Dioclétien qui a assiégé la ville pendant huit mois afin de l’arracher à l’usurpateur Lucius Dormitifs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Colonne de Constantin, à Istanbul.

Impressionner pour longtemps

La hauteur de ces constructions varie. Elle est souvent très importante pour que les colonnes se détachent dans leur environnement. Les matériaux utilisés pour leur construction sont aussi très variables, leur conservation durable étant devenue un critère.

Difficile à travailler, le marbre assure durée et beauté. En matériaux durables, de pierre ou de bronze, les colonnes sont destinées à durer et à impressionner. La colonne Vendôme est en bronze et fait 44,3 mètres de haut et environ 3,60 mètres de diamètre.

Que de souvenirs à glaner, que de photos à faire!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur