Cendrillon fait son deuil

Les Indisciplinés à la Bibliothèque Palmerston

Régine Guyomard (la fée) et Marion Durand (Cendrillon). (Photo: Ron Giddings)


23 novembre 2016 à 15h45

Il était une fois une jeune fille, sa belle-mère, sa fée marraine et son prince, sur la scène d’une bibliothèque historique de Toronto. Oui, on est bien dans Cendrillon, mais dans la version moderne de Joël Pommerat montée ce week-end par Les Indisciplinés à la Bibliothèque Palmerston du quartier Bloor et Bathurst.

La troupe communautaire, qui nous a habitués depuis quelques années à des spectacles de grande qualité, a mis à contribution 12 comédiens, sous la direction du metteur en scène Jean-Nicolas Masson, pour raconter cette histoire d’une Sandra/Cendrier/Cendrillon qui doit apprendre à vivre le deuil de sa mère.

Le prince est dans la même situation, ce qui favorisera peut-être le rapprochement et, éventuellement, le bonheur avec la mystérieuse jeune femme.

Le metteur en scène Jean-Nicolas Masson.
Le metteur en scène Jean-Nicolas Masson.

La moitié des comédiens (notamment Line Boily et Pierre Gregory) n’en sont pas à leur premier rôle chez les Indisciplinés, confirme Jean-Nicolas Masson, qui, lui aussi, a signé la mise en scène de quelques succès récents de la troupe. Fondé en 2009, le groupe présente généralement deux spectacles par année.

À cheval entre la comédie et le drame, ce Conte pour les temps modernes est très «français de France», reconnaît le metteur en scène, qui a lui-même conservé l’accent français de ses parents, même s’il est né à Toronto et a étudié à l’école secondaire Étienne-Brûlé et à l’Université d’Ottawa. «La belle-mère, par exemple, est d’une condescendance française presque stéréotypée.»

«Le deuil, c’est inévitable et universel», explique Jean-Nicolas Masson. «Et en même temps, on peut l’aborder de mille et une manières. Ici, ce n’est pas trop lourd.»

D’une saison à l’autre, les Indisciplinés relèvent des défis techniques plus importants. Ici, c’est un livre de contes géant, sur la scène, qui permet les changements de décors et d’autres trouvailles. «Nous avons d’ailleurs choisi la scène de la bibliothèque Palmerston (plutôt que celle de l’auditorium de l’école Gabrielle-Roy) parce qu’elle offre des avantages techniques dont nous avions besoin», dit-il.

La pièce est présentée au 560 avenue Palmerston ces vendredi et samedi 25 et 26 novembre à 19h30, dimanche 27 novembre à 14h, et le vendredi 2 décembre à 19h30. Billets: 15 $ en ligne, 10 $  pour les membres, 20 $ à la porte.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Nationalisme ≠ suprémacisme

11 novembre 2018
Donald Trump s’est proclamé «nationaliste», le mois dernier, alors que pour Emmanuel Macron, le patriotisme est «l'exact contraire» du nationalisme, une «trahison»...
En lire plus...

13 novembre 2018 à 17h25

Un ex-Témoin de Jéhovah raconte

secte religion
Gaëtan a été élevé parmi les Témoins de Jéhovah. À 24 ans, suite à une sévère dépression, il quitte le mouvement. C’est le début...
En lire plus...

13 novembre 2018 à 9h00

Des médecins opposés aux trous de balles dans leurs patients

tuerie
La NRA vient apparemment de décider que c’était une bonne idée de s’attaquer aux médecins.
En lire plus...

13 novembre 2018 à 7h00

Des francophones bien vivants et qui le disent

Francophones hors Québec
Même, L’itinéraire, le magazine montréalais des itinérants, s’intéresse aux francophones hors Québec.
En lire plus...

12 novembre 2018 à 17h05

Les meilleures façons de tuer la francophonie ontarienne

Ne pas faire de la place aux jeunes, aux immigrants et aux francophiles est un bon moyen de ne pas intéresser les gens à...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 14h10

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur