Célébration de la culture Bamiléké à Toronto

Fête africaine à High Park

Des costumes traditionnels lors du festival Bamiléké à High Park.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les Bamilékés sont un peuple originaire des montagnes du Cameroun. Ils font partie de ces nombreuses communautés immigrantes qui transforment la population de Toronto et de l’Ontario.

À ce titre, pour partager leur culture et leurs traditions, ils organisent leur propre festival à High Park, dont la quatrième édition avait lieu le 11 août dernier.

Tradition orale

Les Bamikélés sont présents dans de nombreux pays d’Afrique centrale. En ce sens, c’est un peuple très hétérogène, constitué de nombreux sous-groupes, ainsi que de plusieurs identités particulières.

Éric Keunne est l’un des 1500 Bamilékés vivant en Ontario, le tiers d’entres eux se trouvant dans la région du Grand Toronto. Originaire de l’ouest du Cameroun, il est venu au Canada en juin 2009, d’abord à Montréal, puis à Toronto. Il est maintenant enseignant de français et est beaucoup engagé en faveur de sa communauté des Bamilékés, comme dans la francophonie en général.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«La culture des Bamilékés est une culture riche, qui se base sur des valeurs d’entraide et de vivre-ensemble, mais également de dignité, de respect et de tolérance», explique Éric Keunne à L’Express. «Notre culture est plus centrée sur les traditions orales, elle est plus narrée qu’écrite.»

Bamiléké
Un festival dans la joie et la bonne humeur

«Les Bamilékés sont venus au Canada, car c’est un pays multiculturel, et avec un bon niveau de vie, de bonnes opportunités», explique Éric Keunne. «Mais notre peuple reste très attaché à ses traditions, et nous voulons les faire partager et les faire perdurer.»

Sous le signe du partage

Éric Keunne fait également partie du comité qui a organisé le festival du 11 août. Un événement très important selon lui. «Ce festival est une célébration de notre culture, de ce quelle représente pour nous, un moyen de nous reconnecter avec nos racines.»

«Nos enfants sont nés au Canada», poursuit-il. «Ce festival était l’occasion de leur faire prendre conscience de la richesse de leur culture, et de faire naître un sentiment de fierté quant à leur appartenance au peuple des Bamilékés.»

«Nous voulions aussi montrer que les Bamilékés font partie de ce pays et de cette société, participent à sa construction.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Bamiléké
Rassemblement à High Park

Culturel et multiculturel

Durant le festival, de nombreux artistes, danseurs, chanteurs et autres ont montré toute l’étendue de la culture des Bamilékés. «Plus de 300 personnes ont participé», se félicite Éric Keunne. «D’une année à l’autre, nous avons constaté un véritable engouement pour cet événement.»

Les organisateurs du festival ne comptent pas s’arrêter là, et veulent faire de cet événement quelque chose de plus grand encore. «À termes, nous voulons rassembler plusieurs communautés culturelles de Toronto en un seul et même événement: nous avons déjà reçu le soutien des communautés ivoirienne et ougandaise.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur