Canada: terre promise de liberté culturelle

immigrants-immigration-refugies

21 février 2017 à 9h46

«On est dans une société qui respecte l’inclusion, la diversité, et qui est fondée sur des valeurs de multiculturalisme», déclarait Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, en point de presse, ce mercredi 15 février, alors que le gouvernement soutenait inconditionnellement la motion M-103 qui chargerait un comité parlementaire d’étudier le «racisme et [la] discrimination religieuse systémiques». Vraiment?

Inclusion

Nos communautés sont-elles équipées à travers le pays pour accueillir, encadrer et soutenir adéquatement le nombre croissant des demandeurs d’asile? Par ex. au Québec et au Manitoba, où les immigrants sans statut continueront de traverser illégalement nos frontières, de plus en plus nombreux, pour éviter la déportation Trump.

Détenons-nous un plan d’inclusion efficace des nouveaux immigrants au marché du travail canadien? Nos employeurs peuvent-ils compter sur des ressources pertinentes en gestion de la diversité en milieu de travail? Par ex. un centre d’apprentissage interculturel conçu pour conseiller et former les employeurs canadiens.

Plusieurs organisations non-gouvernementales (ONG) d’aide aux immigrants œuvrent sans relâche à travers le pays. Œuvrent-elles selon une stratégie commune d’intervention auprès des nouveaux immigrants afin de faciliter leur inclusion socioéconomique et politique?

Par ex. un programme commun de formation des nouveaux arrivants centré sur l’exercice de notre démocratie en vue d’assurer leur pleine participation citoyenne tout en tenant compte de nos caractéristiques régionales.

On a souvent l’impression que nos ONG sont en concurrence pour obtenir des subventions gouvernementales ou les dons du public en vue de réaliser leur mandat. Le fameux réseautage semble parfois l’emporter… au détriment d’une stratégie commune de base, axée sur l’objectif de l’inclusion socio-économique.

Les ONG se ruent pour obtenir des fonds en ajustant constamment leurs orientations en fonction des directives changeantes de décideurs sans vision. Sans vision parce qu’ils sont ignorants face au vécu réel du nouvel immigrant et de la nouvelle immigrante en terre canadienne, d’un océan à l’autre.

Diversité

Notre société canadienne reconnaît le concept de la diversité dans tous les sens du terme. Nos instances juridiques et sociales clament la force de notre diversité. Mais comment vit-on cette illustre «force» de notre diversité?

Oui, on est multiculturel, mais est-on interculturel? Depuis les dernières décennies, la démographie de la Ville Reine a drastiquement changé grâce à l’arrivée massive d’une impressionnante diversité de nouveaux immigrants et réfugiés qui s’installent entre eux, formant des îlots culturels isolés dans la plus grande ville du pays.

N’est-il pas temps de travailler ensemble, entre membres de diverses communautés culturelles, sur des projets de société? On est loin de percevoir cette tendance…

Tant et aussi longtemps que les nouveaux immigrants ne seront pas représentés sur notre plateforme politique, ils continueront de vivre en marge de qui nous sommes.

On se doit de leur inculquer le sens de l’appartenance à notre culture politique. Sans ressentir ce sentiment, pourquoi les nouveaux immigrants voudraient-ils s’impliquer? Ils continueront tout simplement de vivre sur leurs îlots sous notre dépendance.

Notre société doit se donner les moyens de vivre la force de notre diversité. Cela passe par la formation indispensable des nouveaux immigrants à notre style de gouvernance démocratique, à notre système de lois issu de nos valeurs.

Multiculturalisme

Quelles sont les valeurs du multiculturalisme canadien? Une épineuse question à laquelle certains fonctionnaires vous répondront: «l’équité et l’égalité».

Mais encore faudrait-il que l’on puisse clairement définir ces valeurs et leur application dans le contexte culturel canadien… Cela signifie-t-il qu’on puisse vivre une pleine liberté culturelle, sans balises?

Dans l’ensemble, notre système de lois nous protège bien contre les abus. Mais c’est dans l’interprétation de nos lois que les choses peuvent peut-être se corser… Comme pour la motion M-103 faisant référence à l’islamophobie.

Chaque religion possède l’équivalent d’une «bible» et ses «commandements», et se compose de plusieurs branches. En proclamant notre multiculturalisme nous signifions, entre autres, que nous sommes une société multiconfessionnelle constituée de membres appartenant à diverses religions et branches, avec tout ce que cela sous-entend.

Par ex. comment réconcilier, entre autres, la valeur de l’égalité des sexes entre nous et certains pratiquants religieux issus de pays où on en est encore loin? Quelles en sont les répercussions possibles sur notre société?

C’est une chose d’affirmer qu’on respecte notre égalité des sexes, mais autre chose que de vivre cette égalité en toute ouverture d’esprit lorsqu’on provient d’un pays où hommes et femmes ne sont pas égaux, l’homosexualité interdite, sans parler des transgenres, mariages forcés, pratique de l’excision, la charia, etc.

Notre multiculturalisme a soif de moyens concrets pour vivre de façon progressiste, réaliste et raisonnable. Faisons nos devoirs: étudions la faisabilité d’une société pleinement multiculturelle et multiconfessionnelle – son impact sur nos milieux de travail, d’éducation, de santé…

Terre promise ou utopie?

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Vieux jeu: affronter les fantômes du passé

Jacques Godin et Anthony Therrien dans Vieux jeu.
Partie parfaite pour Jacques Godin
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h30

Champion de la conservation des sols

Eric Kaiser ne se doutait pas que ses pratiques allaient devenir exemplaires.
Eric Kaiser voulait seulement empêcher sa terre de disparaître dans la baie
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h21

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur