Bonne année, grand nez!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Au Canada français, notamment au Québec et en Ontario, il était courant d’entendre au siècle dernier des souhaits comme «Bonne année, grand nez!», auxquels on répondait «Pareillement, grandes dents!»

Les vœux du Nouvel An ont une longue tradition que l’ethnologue et folkloriste breton Paul Sébillot a bien documentée dans la Revue des Traditions populaires*.

Sébillot fonda la Société des Traditions populaires en 1882. Il note que, en Basse-Bretagne, le baiser du 1er janvier s’accompagnait du traditionnel vœu «Bonne Année, santé, prospérité et le paradis à la fin de vos jours!»

Par plaisanterie, ajoute-t-il, on modifiait souvent la dernière partie par «prospérité aussi longue que la queue d’une grenouille».

La formule des vœux du Jour de l’An a de multiples variantes. À «Bonne année, grand nez!» on pouvait aussi répondre «C’est pareil, grandes oreilles!» Et même ajouter «Que Dieu te bénisse, grande cuisse!» Ou encore «À l’année prochaine, grande bedaine!»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En Louisiane, un souhait similaire s’énonçait comme suit: «Bonne année, grand nez! Fouille dans ta poche et donne-moi d’la monnaie!»

Les vœux rigolos parsèment plusieurs régions de France. Ainsi, en Normandie on faisait rimer année avec diarrhée: «Je vous souhaite une bonne année. La teigne et la diarrhée!» Ce vœu railleur n’est là que pour l’assonance, sans autre malice.

En Beauce (France) on lançait «Je vous souhaite une bonne année de pain tendre! Que la mie vous étouffe et que la croûte vous étrangle!» En Normandie comme en Beauce, la plaisanterie est coutumière.

Le 31 décembre (la Saint-Sylvestre), des millions de gens dans le monde font sauter les bouchons de champagne.

Les Français s’embrassent sous le gui, les Espagnols avalent douze grains de raisins, tandis que les Danois grimpent sur des chaises et sautent à l’unisson à minuit tapant pour faire fuir le mauvais sort. L’idée principale, consiste à décompresser après une longue année de labeur. Il importe de lâcher prise.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il y a deux ans, à Tracy-Sorel, le groupe Turbo Distortion a enregistré la chanson Bonne année, grand nez en lui donnant une touche contemporaine; en voici quelques extraits:

Le temps des fêtes est arrivé

j’ai eu l’temps de m’ennuyer

des jokes salées

d’mon oncle Roger

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

* * *

Ma mère va sortir les cuillères

la vieille guitare de mon grand-père

Ce soir on lève tous nos verres

* * *

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Na Na Na Na Na Na Na Na Na

Bonne année grand nez

Na Na Na Na Na Na Na Na Na

Pareillement grandes dents

* * *

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mon père va nous achaler

Avec ses histoires de coupe Stanley

* * *

À chaque année mon oncle Mario

Finit en bobettes sur l’patio

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

* * *

Des chicanes de fin d’soirée

De mon beau-frère trop magané

* * *

J’ai le plus gros des sapins

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

J’ai plus de lumières que mon voisin


* Revue des Traditions populaires, Paris, 2e année, tome 2, 1887, pages 563-567.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur