Bonheur et souffrance à fleur de peau

Partagez
Tweetez
Envoyez

Il y a exactement un an, je vous parlais d’Aqua tumulte, un roman de Pierre Caron. Cet écrivain-avocat québécois a publié au moins une dizaine de romans, six récits et trois documents juridiques. Son tout dernier récit s’intitule Quelque chose est arrivé à Christiane; il s’agit d’un texte d’une tendresse bouleversante.

Dès les premières lignes, nous savons que l’auteur va nous raconter la mort de son épouse, atteinte d’un cancer des ovaires. Écographies, électrocardiogrammes, hystérectomie, infusions de magnésium, transfusions de sang, chimiothérapie, tout y passe en moins d’un an.

Mais le récit est loin d’être une description des traitements reçus/subis par Christiane. Nous suivons avidement et tendrement un homme qui revoit son passé avec la femme de sa vie et qui refuse de l’abandonner au sort inévitable.

Pierre Caron a passé 44 ans avec Christiane Bohémier; elle est morte dans ses bras le 8 juillet 2013. Son récit est «la dernière vie de Christiane, celle du temps de mourir, dix mois d’un espoir menteur…» L’auteur paraphrase Georges Simenon et nous dit: «tout ce que je raconterai ici est vérité, ce qui ne veut pas dire que tout soit exact.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Parce que l’avocat Pierre Caron est d’abord et avant tout écrivain, son ouvrage se lit comme un roman d’amour. Au chevet de son épouse, dans la liberté de sa vie, il se «culpabilise de la voir, elle, prisonnière de son mal». Il n’hésite pas à se mettre à nu et à partager ses émotions les plus vives, voire son intimité la plus exaltante.

Nous sentons qu’il est «totalement démuni devant cette femme innocente qu’il aime douloureusement», nous tremblons avec lui lorsqu’il voit comment le moral de son épouse «suit la pente descendante de son état de santé», nous sommes émus aux larmes lorsqu’il doit se résigner à dire à Christiane qu’elle peut partir. «Que sans le souhaiter, je le voulais pour elle et pour nous tous qui comprenions que le calvaire avait assez duré.»

Je vous avoue que je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire, à la fin du dernier chapitre: «c’est beau à pleurer!» J’ajoute ici que Quelque chose est arrivé à Christiane est un récit à lire à tout prix.

Vous vous demandez peut-être s’il n’y a pas une erreur dans le titre, si le mot «arrivé» ne devrait pas s’accorder avec le mot «chose» qui est féminin. On écrit «une chose amusante», au féminin, mais lorsque «chose» sert à former les locutions pronominales «quelque chose» et «autre chose», les termes qui s’y rapportent sont au masculin singulier. Il faut donc écrire «quelque chose est arrivé».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur