Blâmer les victimes aurait des racines profondes

#MoiAussi

Image d'une campagne du gouvernement de l'Ontario contre le harcèlement.


24 octobre 2017 à 10h27

Qu’est-ce qui explique que les mots-clic #MeToo et #MoiAussi aient eu, cette fois, un impact? Sans doute la force du nombre, qui a submergé la tendance à blâmer en premier les victimes d’agressions à caractère sexuel.

Or, cet élan de solidarité est d’autant plus étonnant que le fait de blâmer les victimes aurait des racines profondément ancrées dans notre psychologie — et peut-être même dans la biologie de l’évolution.

Jugement rapide

C’est l’interprétation que propose Nichola Raihani, professeur d’évolution et de comportement au Collège universitaire de Londres. Elle rappelle tout d’abord combien nos cerveaux sont prompts à juger une personne: nous allons souvent décréter, en une fraction de seconde, qu’un nouveau venu est sympathique ou antipathique.

Et c’est ce «cerveau rapide» qui serait tout aussi prompt à renvoyer les blâmes à une victime d’agression — elle portait une juge trop courte, elle n’aurait pas dû le suivre dans sa chambre, elle avait trop bu, etc.

Sauf qu’au-delà de notre culture qui a mis des mots sur ces blâmes, le réflexe de blâmer aurait des racines psychologiques, poursuit Raihani dans un texte d’opinion publié par le New Scientist: ça sert à «maintenir la croyance en un monde juste, où les mauvaises choses n’arrivent qu’aux mauvaises personnes».

Sentiment de contrôle

Et une telle croyance aurait des racines encore plus profondes, jusque dans notre évolution biologique comme espèce.

«La croyance en un monde juste est associée avec une résilience accrue et une meilleure santé mentale, chez les survivants d’événements imprévisibles, comme les séismes. Des croyances profondément ancrées dans un monde généralement prévisible et ordonné aident les individus à garder un sentiment de contrôle sur leurs vies.»

Il est remarquable que la force du nombre ait pu, cette fois, contrecarrer des réflexes aussi anciens. «Il est révélateur, conclut Raihani, que le flot d’accusations se poursuive. Avec chaque nouvelle déclaration, le coût potentiel d’ajouter votre voix, bien que toujours élevé, diminue un peu plus.»

Extrait d'une campagne du gouvernement de l'Ontario contre le harcèlement.
Extrait d’une campagne du gouvernement de l’Ontario contre le harcèlement.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur