Blâmer les victimes aurait des racines profondes

#MoiAussi

Image d'une campagne du gouvernement de l'Ontario contre le harcèlement.


24 octobre 2017 à 10h27

Qu’est-ce qui explique que les mots-clic #MeToo et #MoiAussi aient eu, cette fois, un impact? Sans doute la force du nombre, qui a submergé la tendance à blâmer en premier les victimes d’agressions à caractère sexuel.

Or, cet élan de solidarité est d’autant plus étonnant que le fait de blâmer les victimes aurait des racines profondément ancrées dans notre psychologie — et peut-être même dans la biologie de l’évolution.

Jugement rapide

C’est l’interprétation que propose Nichola Raihani, professeur d’évolution et de comportement au Collège universitaire de Londres. Elle rappelle tout d’abord combien nos cerveaux sont prompts à juger une personne: nous allons souvent décréter, en une fraction de seconde, qu’un nouveau venu est sympathique ou antipathique.

Et c’est ce «cerveau rapide» qui serait tout aussi prompt à renvoyer les blâmes à une victime d’agression — elle portait une juge trop courte, elle n’aurait pas dû le suivre dans sa chambre, elle avait trop bu, etc.

Sauf qu’au-delà de notre culture qui a mis des mots sur ces blâmes, le réflexe de blâmer aurait des racines psychologiques, poursuit Raihani dans un texte d’opinion publié par le New Scientist: ça sert à «maintenir la croyance en un monde juste, où les mauvaises choses n’arrivent qu’aux mauvaises personnes».

Sentiment de contrôle

Et une telle croyance aurait des racines encore plus profondes, jusque dans notre évolution biologique comme espèce.

«La croyance en un monde juste est associée avec une résilience accrue et une meilleure santé mentale, chez les survivants d’événements imprévisibles, comme les séismes. Des croyances profondément ancrées dans un monde généralement prévisible et ordonné aident les individus à garder un sentiment de contrôle sur leurs vies.»

Il est remarquable que la force du nombre ait pu, cette fois, contrecarrer des réflexes aussi anciens. «Il est révélateur, conclut Raihani, que le flot d’accusations se poursuive. Avec chaque nouvelle déclaration, le coût potentiel d’ajouter votre voix, bien que toujours élevé, diminue un peu plus.»

Extrait d'une campagne du gouvernement de l'Ontario contre le harcèlement.
Extrait d’une campagne du gouvernement de l’Ontario contre le harcèlement.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une autre saison de découvertes et de réflexions à l’AFT

La majorité des artistes qui passeront au théâtre ou à la galerie de l'Alliance sont Canadiens.
En lire plus...

20 septembre 2018 à 11h00

25 septembre: une douzaine de rassemblements dans la région

On dit «un lever de drapeau», au masculin...
En lire plus...

20 septembre 2018 à 9h00

Trouvée dans nos crottes : la solution aux pénuries de sang

transfusion
On pourrait transformer tous les groupes sanguins en O
En lire plus...

20 septembre 2018 à 7h00

Chrystine Brouillet, gourmande et fin gourmet

livre
L’amitié se bonifie comme les grands crus pour la romancière la plus prolifique du Québec
En lire plus...

19 septembre 2018 à 17h00

Ambiance parisienne au Coq of the Walk

Liverpool- PSG
Après ceux de l’Équipe de France, qui avaient fêté la victoire, les supporters parisiens ont assisté à une défaite de leur équipe 3-2 contre...
En lire plus...

19 septembre 2018 à 13h50

Le tournoi de golf Gilles-Barbeau rapporte 16 500 $ à CAH

CAH
Un événement généreux sous un soleil radieux
En lire plus...

19 septembre 2018 à 11h44

Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Concert Orelsan
Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 9h00

Non, les étirements après l’entraînement ne réduisent pas les courbatures

exercices, sports
L’une des méthodes dont les effets bénéfiques ont été observés est l’immersion dans un bain d’eau glacée.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 7h00

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur