Belle arrière-saison touristique à Ottawa

Vue d'Ottawa la nuit depuis le 16e étage de l'hôtel Andaz, le bar Copper Spirits and Sights. Photo: Tourisme Ottawa
Partagez
Tweetez
Envoyez

La scène touristique est chargée à Ottawa en cette fin d’automne.

Une exposition quinquennale d’art contemporain autochtone des quatre coins du monde.

Un nouveau Marché de Noël dans le quartier neuf du parc Lansdowne et son voisinage branché Glebe.

Une exposition sur l’homme du Néandertal. Une serre pleine de papillons en liberté.

Dans le «vieux Ottawa», une visite gastronomique autour du marché By.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et un petit trésor caché, le spa Nordik et ses bains extérieurs et saunas, en pleine nature, de l’autre côté de la rivière, dans Old Chelsea.

Le marché fermier dans le pavillon Aberdeen. Photo: Tourisme Ottawa

Marché de Noël au parc Lansdowne

Au cœur du parc Lansdowne, l’ancien site de l’exposition du Canada central et réaménagé fin 2014, l’élégance de l’ancien pavillon Aberdeen attire l’oeil parmi les façades modernes en verre, avec ses briques beiges et son immense charpente métallique arrondie.

Fermé au public d’ordinaire, la grande halle construite en 1898 est ouverte l’hiver en fin de semaine pour le marché fermier hebdomadaire qui rentre s’y mettre au chaud.

La patinoire du parc Lansdowne. Photo: David Jackson, Tourisme Ottawa

De nos jours, le pavillon ancre la grande place piétonne du nouveau quartier, qui y accueille son tout premier Marché de Noël.

Juste à côté, le cossu quartier Glebe s’étire au bord du canal Rideau, avec ses maisons individuelles d’époque au fil de rues bordées d’arbres… et ses peintures murales plus récentes. Et dans la rue Bank, boutiques, cafés, pubs ou petits restos branchés, permettront de se poser un peu, voire de passer la soirée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Ottawa 2019 - Abadakone
Installation dans le grand hall du Musée des Beaux-Arts du Canada (le Parlement en arrière plan). Photo : Ch.-A. Rouyer

Àbadakone: art autochtone contemporain

Sur la scène culturelle, l’exposition Àbadakone, à l’affiche du Musée des Beaux-Arts du Canada depuis le 7 novembre, est l’événement incontournable, par sa richesse et sa diversité: plus de 100 œuvres d’art visuel contemporain autochtone, de près de 70 artistes issus de 16 pays/ethnies/tribus différentes (Suède, Nigéria, Inde, Nouvelle-Zélande, Guatemala, Californie, Nunavut, Alberta, Ontario, entre autres.)

Ottawa 2019 - Abadakone
Soldat impérial de la Première Nation K’ómoks dans l’exposition Àbadakone. Photo: Will Wilson avec l’autorisation de l’artiste

Les techniques sont à la fois traditionnelles (perlage, estampe, textile, sculpture) et modernes (vidéo, photo numérique, multimédia).

Et malgré leur grande diversité géographique, les œuvres abordent dans leur style local des thèmes similaires, dont le lien étroit avec les cycles de la nature, la colonisation et la lutte identitaire.

Certaines installations monumentales débordent même dans le reste du Musée, exploitant au mieux l’édifice de Moshe Safdie (un plaisir à visiter en soi, avec ses cours et bassins intérieurs et son grand hall baigné de lumière naturelle.)

Ottawa 2019 - Abadakone
Une murale de l’exposition Àbadakone au Musée des Beaux-Arts du Canada. Photo : Ch.-A. Rouyer

Au Musée de l’Histoire

À noter aussi, cette fois au Musée canadien de l’Histoire de l’autre côté de la rivière des Outaouais, l’installation multimédia Non cédées.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Présentée à la biennale de Venise ce printemps, elle explique au fil de trois petites salles immersives, la démarche d’architectes autochtones nord-américains.

Autre exploration de la diversité humaine, dans le temps, le Musée présente l’exposition temporaire Néandertal, dont l’objectif avoué est de tordre le cou aux stéréotypes d’une espèce de brutes, évincée par les Homo Sapiens plus évolués.

Ottawa 2019-Grand hall du Musée canadien de l'Histoire
L’exposition Néandertal au Musée canadien de l’Histoire. Photo : Ch.-A. Rouyer

L’expo cible définitivement les familles avec des activités tactiles, tout en présentant 150 artéfacts préhistoriques, dont 4 crânes de nos cousins disparus…

En fin de parcours, une salle plus didactique explore (enfin!) la question principale: les causes de l’extinction de Néandertal (même si des vidéos de scientifiques français sont doublées en anglais), en nous rappelant au final que beaucoup d’humains actuels portent quelques gènes de Néandertal, suite aux accouplements entre les deux espèces.

Ottawa 2019 - marché Byward
Le marché Byward. Photo: Tourisme Ottawa

Spa-Nature Le Nordik

Pour un voyage intérieur, se recentrer et s’évader, cap vers Gatineau pour une journée détente et nature au spa Le Nordik.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Avec sept saunas, deux bains vapeur, 10 bains extérieurs (chauds ou froids), une piscine panoramique, sur un site extérieur de 13 000 mètres carrés, le Nordik est devenu le plus grand centre de thermothérapie en Amérique du Nord, depuis son ouverture en 2005.

Le Spa Nordik. Photo: Nordik Photolux

Un bassin souterrain salé où flotter sans efforts, de nombreuses aires de détente avec feu de bois et lampes chauffantes, une salle de yoga et de méditation, des pavillons de massage en nature et quatre espaces de restauration délicieuse complètent ce centre de villégiature de jour, somme toute.

Sans parler des hamacs extérieurs avec leur couverture chauffante rouge: des cocons douillets où s’écraser, voir s’assoupir.

Car attention: le temps s’arrête au Nordik. Alors une demi-journée ne sera pas de trop (ou y rester la soirée pour les somptueux éclairages colorés.) Par contre, gare aux files d’attente à l’entrée. Le Nordik est aujourd’hui sans doute victime de son succès.

Bonne nouvelle, un Nordik ouvrira à Whitby en novembre 2020!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Hamacs extérieurs avec couverture chauffante au Nordik. Photo: Nordik Photolux

À voir et à faire

Papillons en vol: plus de 300 papillons exotiques dans une petite serre au Musée de la Nature (prolongée jusqu’au 31 mars 2020).

Film La foret du grand ours (4K) au Musée canadien de l’Histoire.

Visite gastronomique du vieux Ottawa autour du marché By (autrefois la halle principale pour stocker l’équipement destiné à l’aménagement du canal Rideau), avec C’est bon Cooking (70$, 3,5 heures).

Audioguide au Musée Bytown, sur la naissance d’Ottawa et la construction du canal Rideau, dans le plus vieil édifice en pierre de la ville à l’entrée du canal (Édifice de l’Intendance, 1827).

Où manger: The Rowan, petit resto dans Glebe, style garage, un peu bruyant toutefois.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Où dormir: Andaz, dans le Quartier By, le premier au Canada de la chaine d’hôtels boutiques du groupe Hyatt. (Préférable au Germain Ottawa, encerclé de rues très passantes et bruyantes.)

Où sortir: le bar de l’hôtel Andaz, au 16e étage, pour la vue imprenable sur la ville la nuit et de délicieux cocktail et sa terrasse avec foyers au gaz.

Le Marché de Noël de Lansdowne Park.
Au Marché de Noël de Lansdowne Park.
Au Marché de Noël de Lansdowne Park,
Le Marché de Noël de Lansdowne Park.

Charles-Antoine Rouyer était l’invité de Tourisme Ottawa.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur