Avec Millet, la vie rurale sort de l’ombre

Peintre célèbre... oublié

Dossier de l'Art 253, Faton, novembre 2017, Jean-François Millet. La couverture reproduit L'Angélus (1859), musée d'Orsay, Paris.


21 janvier 2018 à 10h00

N’aurait-on pas oublié le peintre Jean-François Millet dans nos sociétés axées sur la technologie, l’innovation, la rapidité, alors que celui-ci a consacré l’essentiel de son œuvre à la ruralité?

Il n’y a pas eu d’exposition de ses tableaux dans nos musées canadiens, et le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa n’a de lui que quelques dessins ou estampes, achetés le plus souvent en 1912, et deux peintures.

Et pourtant, Jean-François Millet a eu son heure de gloire lorsque les reproductions de ses tableaux comme Les Glaneuses ou LAngélus faisaient florès en France ou mène dans certains pays européens. Mais découvrait-on alors le peintre ou la vie rurale?

Rétrospective en France

Un article d’un journal français intitulé Jean-François Millet, adulé aux USA et oublié en Europe rapporte les propos du commissaire d’une rare rétrospective française, Millet USA 2017: «Cela marchait très bien!»

L’explication de cet oubli ou de ce rejet: «Son image a été brouillée par tous les produits dérivés les plus kitch possible qui ont donné une image un peu dévalorisante de son œuvre.»

Et puisque nous en avons l’occasion, profitons-en pour découvrir le vrai Millet, artiste d’un monde peut-être oublié, mais peintre réaliste. Un numéro (253) du Dossier de l’Art des éditions Faton, Jean-François Millet, nous en donne l’occasion.

Les Glaneuses (1857), musée d'Orsay, Paris.
Les Glaneuses (1857), musée d’Orsay, Paris.

Jeunesse paysanne

Jean-François Millet est né le 4 octobre 1814 dans le hameau d’un petit village de la presqu’île du Cotentin, en Normandie. Il se trouve ainsi en pleine campagne dès sa naissance.

Il est l’aîné d’une famille de paysans qui comptera huit enfants. Ses parents exploitaient une petite ferme et c’est dans un environnement exclusivement paysan que le jeune Jean-François a passé les 20 premières années de sa vie.

Il est d’abord berger dans son enfance et plus tard il devient laboureur. Incontestablement, cette vie familiale paysanne aura une influence sur lui, ultérieurement.

Mais il n’est pas pour autant un jeune garçon inculte, au contraire. Il reçoit une éducation poussée grâce à la présence sous le toit des Millet d’un grand-oncle curé qui a contribué à lui donner le goût de la lecture, celle de la Bible et du poète latin Virgile en particulier, mais aussi Montaigne, La Fontaine, Homère, Shakespeare et Milton, Chateaubriand et Victor Hugo. Il acquiert ainsi une formation de premier ordre.

Les scieurs (1850) Victoria & Albert Museum, Londres.
Les scieurs (1850) Victoria & Albert Museum, Londres.

Cherbourg

En même temps, ses aptitudes pour le dessin se manifestent. Il travaille à la ferme familiale jusqu’en 1834. C’est alors que son père, qui a des relations avec la bourgeoisie locale, l’envoie dans la ville proche de Cherbourg pour apprendre le métier de peintre dans les ateliers de peintres.

Et, par chance pour Jean-François, un musée s’ouvre dans la ville. Il en profite pour copier les toiles de maîtres et s’initie notamment aux maîtres hollandais et espagnols.

Il obtient une bourse des autorités locales pour qu’il puisse continuer son apprentissage à Paris. Il s’y installe en 1837 et étudie à l’École des beaux-arts dans l’atelier du peintre Paul Delaroche, l’initiateur de l’«anecdote historique» ou documentaire.

Deux ans plus tard, il est 18e sur 20 au premier essai pour le prix de Rome. Il perd alors sa bourse et doit quitter les Beaux-Arts. Il revient à Cherbourg.

Le Vanneur (1848) National Gallery, Londres
Le Vanneur (1848) National Gallery, Londres

Ruralité

Après des débuts artistiques difficiles, Millet participe à des expositions. En 1848, il expose au Salon Un vanneur. C’est la manifestation d’une révolution picturale avec la place que la vie rurale, jusqu’alors méprisée, y prend.

Et Millet va observer et décliner le monde rural, son sujet et thème de prédilection, à travers portraits, paysages et scènes de la vie quotidienne.

Le Repos des faneurs, Le Semeur, Le Départ pour le Travail, La Récolte des pommes de terre, La Précaution maternelle, Hameau Cousin à Gréville, Les Glaneuses, La Charité, La Petite Bergère, L’Angélus, La Becquée sont quelques-uns de ses tableaux.

Il meurt à Barbizon, à 60 km au sud de Paris, non loin de Fontainebleau, le 20 janvier 1875.

Dossier de l’Art

Pour découvrir Millet, sa vie et son œuvre, rien de mieux que cette revue des éditions Faton. En 82 pages, quelques articles présentent Jean-François Millet. L’évènement Millet, La fortune de Millet aux États-Unis, Portrait de l’artiste en paysan, Chronologie, Arrêt sur une œuvre. L’Angélus, Les portraits. Millet avant Millet : ce sont quelques titres de cette revue.

Et il y a les illustrations très nombreuses. Près de 120 peintures et dessins, certains tableaux connus, d’autres inconnus, que l’on a ainsi le loisir d’admirer, l’occasion de les découvrir ici étant des plus rares.

«Ah ! Je voudrais faire sentir à ceux qui regardent ce que je fais, les terreurs et les splendeurs de la nuit. On doit pouvoir faire entendre les chants, les silences, les bruissements des airs. Il faut percevoir l’infini. (Millet)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trafic humain: l’impunité est encore la norme

esclavage prostitution
Fin 2018, le prix Nobel de la paix reconnaissait les milliers de Yézidies victimes d’esclavage sexuel en Iraq. Début 2019, l’ONU publie un rapport...
En lire plus...

18 janvier 2019 à 14h16

Invitation dans la tête d’Anique Granger

Ruban de la cassette
L’auteure-compositrice-interprète fransaskoise Anique Granger cherchait un cadre pour écrire autrement. Ça a donné un balado, «Le ruban de la cassette», une invitation à suivre...
En lire plus...

18 janvier 2019 à 8h00

Un nouveau point de service du Centre francophone à Mississauga

CFT
Le Centre francophone de Toronto ouvrait officiellement son point de service à Mississauga ce jeudi 17 janvier.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 17h00

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Un effet Trump dans la cour d’école?

Trump
Deux chercheurs viennent de publier des résultats inquiétants sur le harcèlement et les insultes à l’école, avant et après la dernière élection américaine.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 7h00

Daniel Mayer, nouveau président de Franco-Fête

Franco-Fête de Toronto
Le président de la Franco-Fête de Toronto, Richard Kempler, a passé le flambeau mercredi soir. C'est Daniel Mayer, secrétaire du CA depuis deux ans,...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 16h59

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur