Au Nunavut, Noël c’est aussi le temps des jeux

Les tribulations d’un enseignant de Toronto au Nunavut (suite)

Danses traditionnelles aux Jeux de Noël de Cape Dorset.


4 janvier 2018 à 15h42

Dans l’Arctique, le Temps des Fêtes est marqué par de nombreuses célébrations ainsi que les fameux «Jeux de Noël». Chaque communauté vit à l’heure de ces festivités à mi-chemin entre rituels collectifs ancestraux (liés à la période du solstice d’hiver qui marque le renouveau) et tradition chrétienne (introduite par les missionnaires à partir du XIXe siècle).

À Cape Dorset, hameau situé au sud-ouest de l’île de Baffin, c’est l’occasion pour les habitants de se retrouver autour d’activités variées et de partager leur incroyable et pieux enthousiasme pour Noël.

Les enfants s'amusent.
Les enfants s’amusent.

La communauté se réunit

C’est le gymnase de l’école élémentaire qui accueille, presque chaque soir pendant les vacances scolaires, les membres de la communauté. À partir de 18h30, le stationnement de l’école, d’ordinaire clairsemé, se remplit de pickups et de motoneiges.

Assis sur des chaises disposées le long des murs de l’enceinte du gymnase, ou à même le sol pour les plus jeunes, les spectateurs assistent et participent à différents jeux d’adresse et de force, ou tout simplement amusants et récréatifs.

Chaque soir, les festivités sont organisées et animées par un des principaux acteurs de la communauté. Il y a quelques soirs c’était la compagnie de taxi locale «Ashevak» qui était à l’œuvre. Mais ce soir, c’est la «Co-op», la coopérative communautaire, qui assure l’organisation, l’animation et le financement des réjouissances.

En entrant dans le gymnase, je croise Alasuaq, une aide-enseignante à l’école secondaire, qui vient assister aux jeux pour la deuxième fois cette semaine. Elle est ravie de voir que ce soir c’est salle comble et me confirme que la soirée de la Co-op est une des plus attendues par la communauté.

Une grande partie des résidents se rendent aux jeux presque tous les soirs. Les jeux de Noël sont en effet un rendez-vous incontournable pour beaucoup, et l’occasion de retrouver amis et membres de la famille.

Jeux de force et d'adresse pour les ados.
Jeux de force et d’adresse pour les ados.

Des jeux pour tous les âges

Les jeux sont divisés par genre et catégorie d’âge. Depuis l’estrade, l’animateur annonce à la sono les jeux à venir et les catégories d’âge concernées. Il rappelle les règles, souvent très sommaires et basées sur l’esprit de compétition mais surtout de divertissement, tantôt en inuktitut, tantôt en anglais.

La musique est omniprésente pendant les jeux, stimulant les participants et invitant les spectateurs à multiplier les encouragements. Pour chaque jeu, des prix (en général des chèques cadeaux d’une valeur allant de 20 à 100 dollars dépendamment de l’âge) sont décernés aux premiers.

Dès le plus jeune âge, on peut participer. Un des jeux consiste à asseoir des bambins de 1 à 3 ans face à leur maman, au centre de la salle. L’objectif pour la maman est de faire rire son enfant la première. Chaque maman redouble de grimaces, gestes et autres cris pour déclencher le fou rire de son rejeton, et ce pour le plus grand plaisir des spectateurs hilares.

Des jeux pour tous les âges.
Des jeux pour tous les âges.

Agilité et force

C’est ensuite au tour des enfants de moins de 10 ans de mesurer leur endurance et leur agilité. Les enfants, regroupés au centre de la salle, se mettent à genoux et doivent sauter pour se rétablir sur leurs pieds. Ils retombent ensuite sur leurs genoux et répètent l’opération sans s’arrêter. Le dernier enfant capable de continuer l’exercice est déclaré vainqueur.

Pour les adolescents, un jeu de force, comparable au tir à la corde, est organisé. Parmi les élèves que je croise ce soir-là, nombreux sont ceux qui ont participé à cette activité.

Shawn et Kallaajuk, deux garçons de 8e année, étaient satisfaits d’avoir pu faire état de leur force et de leur vaillance au cours de ce jeu qui apparaît un peu comme un rite initiatique. En effet, les jeunes garçons sont dès leur plus jeune âge emmenés à la chasse ou à la pêche; et tuer son premier caribou ou son premier phoque à 10 ou 12 ans n’est pas chose rare ici!

Forte participation communautaire tous les soirs.
Forte participation communautaire tous les soirs.

Retrouve tes chaussures!

La suite des réjouissances nous propose le jeu le plus enthousiasmant et le plus fou de la soirée pour les adultes de plus de 25 ans (les femmes et les hommes ne jouent pas en même temps). Les participants doivent se déchausser et placer leurs souliers au milieu de la salle.

Les souliers sont ensuite mélangés et les participants sont invités à former un cercle autour du tas de chaussures. Sans porter leur regard sur les chaussures, les participants tournent ensuite en rond au rythme de la musique. Au moment où l’animateur arrête la musique, chacun doit retrouver et mettre ses chaussures le plus vite possible.

Inutile de préciser que ce jeu est à la frontière entre le divertissement et le sport de combat. À la seconde même où la musique s’arrête, la vingtaine de joueurs se ruent sur le tas de chaussures, formant ainsi une mêlée de bras et de jambes dont les moins costauds ont beaucoup de mal à s’extraire.

Danses traditionnelles aux Jeux de Noël de Cape Dorset.
Danses traditionnelles aux Jeux de Noël de Cape Dorset.

Danses traditionnelles

Toutes les générations sont représentées lors des jeux de Noël.

Les aînés ont aussi l’occasion de venir se confronter les uns aux autres lors d’un concours de danse traditionnelle. L’objectif étant de réaliser, sans se tromper, des pas de danse impliquant des mouvements complexes avec les mains et les pieds, jusqu’à ce qu’un seul danseur reste sur la piste.

La soirée est marquée par une ambiance très festive où l’esprit de compétition ne fait pas perdre de vue l’essentiel pour chaque membre de la communauté, se réunir, partager de bons moments, mais surtout faire vivre tout un pan de la culture inuit.

La porte de secours du gymnase est laissée ouverte pour ventiler et apporter un peu d’air frais, mais l’atmosphère reste presque étouffante à mesure que la soirée avance. À 22h, seuls les adultes sont admis à terminer la soirée par une danse.

Accompagnés du «Kinngait Band», le groupe de musique local, les participants dansent la gigue, cette danse folklorique cousine de la danse irlandaise. Jusqu’à minuit les danseurs s’en donnent à cœur joie sous le regard amusé des plus jeunes, avant de quitter les lieux et de, déjà, penser aux festivités du lendemain.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Grand Débat à Toronto: des clivages politiques facilement identifiables

Au lycée français de Toronto
Ils étaient une cinquantaine à participer au Grand Débat organisé ce mardi 19 février au Lycée français de Toronto: débordement chez nous de l'exercice...
En lire plus...

22 février 2019 à 9h00

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur