Au cœur du berceau de l’Amérique française

Partagez
Tweetez
Envoyez

La basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec célèbre cette année son 350e anniversaire. Pas moins de cinq ouvrages viennent éclairer l’histoire et le patrimoine religieux de ce monument de la Vieille Capitale. Ils sont réunis dans un coffret intitulé Notre-Dame de Québec 1664-2014.

Dans le premier tome L’Église pionnière de Québec: origines et fondateurs (1615-1664), le lecteur a droit à tout un cours d’histoire qui met en scène Champlain, les récollets, les jésuites, Mgr de Laval, etc. On découvre que Notre-Dame de Québec a d’abord porté le vocable Immaculée-Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, ensuite celui de la Sainte-Vierge et de Saint-Louis, puis Notre-Dame-de-la-Paix.

L’Inspirante Basilique-cathédrale: l’architecture de Notre-Dame de Québec nous apprend que la basilique-cathédrale a été deux fois détruite, d’abord en 1759 lors du siège de Québec par l’armée britannique. On réussit alors à retirer quatre tabernacles, des statues de la Sainte-Vierge et de saint Louis, deux petits tableaux, quatre reliquaires, quatre croix de cristal, les devants d’autel, tous les ornements et l’argenterie.

Puis elle est la proie des flammes, à minuit dix le 22 décembre 1922; on sauve les Saintes Espèces, les vêtements sacerdotaux, les vases et ornements sacrés, ainsi que le mobilier.

La Paroisse Notre-Dame de Québec: ses curées et leurs époques consacre un chapitre à chacun des trente-cinq hommes qui ont été soit curé, curé d’office, curé désigné, curé temporaire, pro-curé, vicaire en chef ou desservant. Sur ces trente-cinq personnes, seulement vingt-six ont eu le titre de curé.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le livre nous apprend que la contribution des touristes et pèlerins demeure primordiale au fonctionnement de la basilique-cathédrale. Ces derniers temps, ils versent annuellement 56 000 $ dans les troncs, la vente de lampions génère des revenus de 58 683 $ et les deux boutiques de souvenirs rapportent un revenu net de 65 000 $.

Joyeuse lumière: les vitraux de Notre-Dame de Québec est évidemment un livre coloré. On y apprend que les vitraux ont été fabriqués par Franz Mayer & Co de Munich, par la maison française Champigneulle et par la Canadian Pittsburg de Montréal. Comme il s’agit de Notre-Dame de Québec, il n’est pas étonnant d’y voir la représentation de la Vierge Marie.

C’est le cas dans L’Annonciation, La Visitation, La Nativité, La Présentation, Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, Le Recouvrement de Jésus au Temple, Les Noces de Cana, Le Christ en Croix, La Pentecôte et L’Assomption.

Un grand nombre de saints et saintes sont aussi représentés; on y trouve Gabriel, Marc, Jean, Jean Chrysostome, Augustin, François de Sales, Cécile, Jeanne d’Arc, Geneviève, Marie-Madeleine, Thomas d’Aquin, Jérôme, Basile, Luc, Mathieu et Michel.

Il ne faut pas se surprendre de voir dans ce coffret un livre consacré à Notre-Dame-des-Victoires: un monument historique sur la place Royale à Québec. Dès 1681, Mgr de Laval demande au roi Louis XVI de lui céder un vieux magasin pour le transformer en «ayde à la paroisse», c’est-à-dire en une desserte ou succursale de Notre-Dame de Québec.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 2008, le gouvernement du Québec classe «l’Habitation-Samuel-De-Champlain comme site historique et archéologique. […] Son périmètre inclut l’église Notre-Dame-des-Victoires…» Elle reçoit quelques centaines de milliers de visiteurs chaque année et est considérée «comme un haut lieu touristique».

Avec sa recherche historique minutieuse, ses documents d’archives inédits et sa riche iconographie en couleurs, ce coffret de cinq livres réussit brillamment à nous faire plonger au cœur du berceau de l’Amérique française et de ses racines.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur