Au Café bilingue de FrancoQueer: une ambiance «inclusive» pour apprendre le français

La langue française pose des défis aux LGBT


13 décembre 2017 à 12h05

FrancoQueer inaugurait le mois dernier un Café bilingue, une série de quatre activités proposées aux LGBT anglophones pour apprendre le français «de façon naturelle, avec ses pairs, dans un environnement inclusif, convivial et sûr».

Pour ce faire, l’organisme a signé un partenariat avec l’Alliance française de Toronto. «L’AFT est un centre très respecté à Toronto. Allier leur expertise et nos projets est une combinaison parfaite pour sa réussite», fait valoir Marc Gamal, coordonnateur de projets pour FrancoQueer.

Quatre activités sont proposées, dont un groupe de discussion hebdomadaire, des cours de français, une série de projections de films queer, et une série de conférences francophones sur l’histoire et la culture franco-canadienne.

À la librairie Glad Day

Le groupe de discussion a lieu au Glad Day Bookshop, «c’est la plus ancienne librairie LGBT au monde!»

Les cours de français proposés sont dispensés par des enseignants de l’AFT qui ne sont pas nécessairement issus de la communauté LGBT. Mais, selon Marc Gamal, «nous travaillons avec l’Alliance française pour nous assurer que les cours fournis font l’objet d’une attention plus poussée et prennent en compte l’identité LGBT des participants».

Les films proposés par le Café bilingue sont sélectionnés selon plusieurs critères. «On sélectionne des films représentant premièrement notre communauté francophone internationale: canadiens, québécois, acadiens, français, européens, africains, haïtiens; deuxièmement représentant les identités dans notre communauté LGBT; et finalement on a demandé l’avis de plusieurs personnes dans la communauté cinéphile LGBT.»

cafe bilingue francoQueer

Mauvaises expériences

Selon Marc Gamal, il est nécessaire de proposer un environnement inclusif et accueillant dans le cadre de l’apprentissage d’une langue étrangère.

Il explique qu’il existe plusieurs situations qui peuvent s’avérer inconfortables ou non sûres pour des apprenants, comme «le renforcement de certaines règles hétéronormatives en classe, un contenu qui renforce certains préjugés et stéréotypes de genre, ou encore des profs qui ne respectent pas les sensibilités à l’anti-oppression, ce qui peut les pousser à utiliser un langage oppressif en classe».

C’est donc en réponse à ces expériences négatives rencontrées par des membres de la communauté LGBT que FrancoQueer a mis en place son Café bilingue à la librairie Glad Day.

Il est parfois difficile pour les personnes LGBT de se sentir à l’aise dans un environnement hétéronormé, «ce qui est le cas de beaucoup de lieux», indique Marc Gamal.

Langue française et non binarité

Or, c’est de la langue française qu’il s’agit ici: une langue très genrée et binaire.

Selon le coordonnateur de projets, «la langue française peut représenter un problème pour les personnes qui ne s’identifient pas aux concepts binaires de féminin et masculins tels que définis par notre société. Il n’y a pas de solution simple à ce problème. Comme toutes les langues, le français évolue et s’adapte à l’usage et aux besoins des interlocuteurs. Il est ainsi fort à parier que la langue évoluera pour s’adapter aux identités non binaires.»

Edouard Philippe
Édouard Philippe

En France, «l’écriture inclusive» fait débat. Elle a été formellement interdite dans les textes officiels par le nouveau premier ministre Édouard Philippe.

L’écriture inclusive propose d’annuler la vieille règle «le masculin l’emporte sur le féminin», remplacée par l’accord de proximité (on dira «les filles et les garçons sont beaux» ou «les garçons et les filles sont belles»), l’emploi de termes universels (comme «humain» au lieu « d’Homme»), et la féminisation de certains mots, comme c’est déjà le cas au Canada.

Pourtant, l’avis de Marc Gamal sur l’écriture inclusive est mitigé. «Les solutions actuellement proposées ne simplifient pas la tâche et peuvent potentiellement présenter des obstacles d’écriture et de lecture. L’adaptation et l’usage de la langue détermineront sans doute ce qui devra s’imposer comme la meilleure option à l’avenir.»

Les excuses de Trudeau

Fin novembre, le premier ministre Justin Trudeau a tenu a présenter officiellement des excuses, au nom du Canada, pour les persécutions de personnes LGBT dans la fonction publique fédérale pendant plusieurs décennies.

Pour Marc Gamal, «cela est extrêmement positif et démontre un désir de faire avancer les choses». Mais «cela fait des années que des excuses auraient dû être présentées», croit le jeune homme.

De plus, il déplore l’absence d’actions concrètes pour la communauté, auxquelles ne peuvent substituer les larmes et les excuses. «Au-delà de l’aspect ‘marketing’ du gouvernement Trudeau, nous attendons toujours des preuves de son engagement sur des sujets bien précis, comme les difficultés rencontrées par des personnes vivant avec le VIH, la violence policière, l’âge légal du consentement pour les relations anales, le don du sang excluant les gais.»

Justin Trudeau et Kathleen Wyne lors du défilé LGBT de Toronto en juin dernier.
Justin Trudeau et Kathleen Wyne lors du défilé LGBT de Toronto en juin dernier.

 

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Le «Réveil algérien» est suivi de près à Toronto

Dundas Square 16/03/2019
Après des manifestations à Ottawa et Montréal, une partie de la communauté algérienne de Toronto s'est rassemblée au Dundas Square, samedi dernier, pour exprimer...
En lire plus...

18 mars 2019 à 16h30

Le programme relais du Collège Boréal: un tremplin d’intégration

programme Relais Leadership et Management
C’est un moment émouvant qui s’est déroulé au 3e étage du 1er Yonge Street, dans l’auditorium du Collège Boréal, le 14 mars. Cette année,...
En lire plus...

18 mars 2019 à 14h42

Extrémisme: des solutions à connecter au 21e siècle

fusillade, tuerie, massacre
La vitesse à laquelle la propagation de la vidéo du tueur de Christchurch s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux...
En lire plus...

Une semaine d’activités pour souligner la francophonie

La Semaine de la francophonie de Toronto sera lancée le mercredi 20 mars, Journée internationale de la francophonie. S’en suivra, jusqu’au 30 mars, une...
En lire plus...

18 mars 2019 à 9h00

Des règles internationales sur l’édition du génome humain?

OMS, ONU, Nations-Unies
Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la...
En lire plus...

18 mars 2019 à 7h00

Aucune société n’est immunisée contre le virus de la haine

fusillade, tuerie, massacre
50 morts, 40 blessés: l'attaque raciste contre la mosquée de Christchurch nous rappelle qu’aucune société n’est à l’abri de ce genre de délire, et...
En lire plus...

17 mars 2019 à 17h55

Avec Françoise Sullivan, le McMichael fait un saut dans l’avenir

Entrevue avec Françoise Sullivan sur la rétrospective de son oeuvre de 70 ans au musée McMichael, à Kleinburg, jusqu'au 12 mai.
En lire plus...

17 mars 2019 à 13h00

Ségovie : une histoire endiablée

Ségovie est une ville du centre de l'Espagne, située à seulement 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale Madrid. Son aqueduc a été construit...
En lire plus...

17 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur