Armes nucléaires «intraitables»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 7 juillet dernier,  par une majorité de 122 États, la Conférence des Nations Unies pour la négociation d’un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète a adopté le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Le nouveau Traité vise à donner suite à l’article VI du Traité de non-prolifération nucléaire de 1968, dont le texte est le suivant: Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace.

Les pays qui vont ratifier le nouveau Traité s’engagent à ne pas produire ni posséder des armes nucléaires, à ne pas les utiliser ni menacer de les utiliser, à ne pas les transférer ni à les recevoir directement ou indirectement, avec l’objectif de leur totale élimination.

L’OTAN dit non

Le premier jour où le Traité a été ouvert aux signatures, il a été signé par 50 États, parmi lesquels le Venezuela, Cuba, le Brésil, le Mexique, l’Indonésie, la Thaïlande, le Bangladesh, les Philippines, l’État de Palestine, l’Afrique du Sud, le Nigéria, le Congo, l’Algérie, l’Autriche, l’Irlande et le Saint-Siège (qui l’a ratifié le jour même).

Mais ce même 20 septembre, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a rejeté catégoriquement le nouveau Traité. Prenant position au nom de ses 29 États membres, dont le Canada, le Conseil de l’Atlantique-Nord a soutenu qu’«un traité qui n’engage aucun des États en possession d’armes nucléaires ne sera pas effectif, n’augmentera pas la sécurité ni la paix internationale, mais risque de faire l’opposé en créant des divisions et des divergences».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le 6 octobre dernier, le prix Nobel de la Paix 2017 a été attribué à la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires pour le rôle qu’elle a joué dans l’adoption par l’ONU du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Le travail de la Campagne internationale est cependant loin d’être terminé.

Kim et Trump

Au cours des dernières années, l’attitude de Kim Jong-un, le dictateur de la Corée du Nord, qui ne cesse de provoquer la communauté internationale et de brandir la menace nucléaire, a inquiété bien des gens.

Le 19 septembre dernier, le président américain Donald Trump n’a rien fait pour atténuer ces inquiétudes, en exposant aux Nations Unies un scénario de guerre nucléaire qui entraînerait la «destruction totale» de la Corée du Nord.

Devant  de telles bravades, on se sent bien impuissant. On ne peut qu’espérer que l’humanité ne devienne pas un dommage collatéral à un acte insensé.

Pour le moment, le nouveau Traité semble avoir créé deux classes: les pays qui n’ont pas d’armes nucléaires sont d’accord pour signer le Traité, alors que les pays qui détiennent des armes nucléaires ne veulent pas y adhérer.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur