Apprenez à jouer du kalimba avec Njacko Backo

Njacko Backo, kalimba
Njacko Packo possède plusieurs kalimbas. Photos: Laurine Le Goff
Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est le nouveau projet de Njacko Backo: enseigner le kalimba, ce petit instrument carré aux touches métalliques. Il suffit de l’appeler pour réserver des leçons en personne. Et il prévoit également de filmer des vidéos d’apprentissage qu’il affichera sur YouTube.

Son objectif est de « donner des cours complets, en commençant par les basiques »… Ajoutant qu’il faut aussi « apprendre à tuner l’instrument correctement ». Il n’est pas nécessaire de posséder son propre kalimba pour suivre ces leçons.

Il aura fallu plusieurs années de réflexion, et une pandémie, pour que Njacko Backo se décide à enseigner la musique.

Comme il l’explique à l-express.ca, « être un bon musicien ne signifie pas forcément être un bon enseignant ». Il justifie ce choix récent par son envie de transmettre aux autres, après que la pandémie nous ait tous éloignés.

Njacko Backo, kalimba
Njacko Backo, jouant du kalimba.

Le kalimba, un instrument à valeur sentimentale

« J’ai une histoire avec le kalimba », raconte Njacko Backo.  » J’en jouais déjà tout petit, au Cameroun ». Très répandu en Afrique, le kalimba est considéré comme l’ancêtre du piano moderne. Pour le musicien, c’est « un instrument mélodique, plein de souplesse et de tendresse ».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

De l’Antiquité à aujourd’hui, le kalimba a marqué la musique africaine et progressivement occidentale. Sous sa toute première forme, il était très petit et intégralement constitué de bambou.

Puis, dans les années 1960 et au Cameroun notamment, les touches sont devenues métalliques, fabriquées à partir des baleines de parapluies usagers. Une décennie plus tard, les rayons de vélo ont remplacé les parapluies.

Le kalimba vert (cf. photo), est le premier que Njacko Backo a fabriqué lui-même au Canada, à partir du métal, plus souple, des balayeuses de rue. Une variante du kalimba est le mbira, plutôt présent en Afrique du Sud, qui se joue avec les pouces.

Njacko Backo, kalimba
Le groupe de Njacko Backo se nomme Kalimbas at Work.

Présence dans les écoles et projet de voyage pour la rentrée

Cela fait plus de 35 ans que le musicien et chanteur travaille avec les écoles et librairies. Il offre des ateliers de dance, d’apprentissage du tam-tam, de contes ou encore de fabrication d’instruments. Njacko Backo a énormément de succès auprès des enfants, et estime « apprendre énormément à leurs côtés ».

Du fait de la pandémie, il avait dû basculer ses ateliers en distanciel et prévoit donc de retourner dans les écoles dès la rentrée. « C’est une récompense pour moi, car ce sont les enfants qui ont adoré et qui demandent à ce que je revienne chaque année ».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le prochain grand projet du musicien est un voyage en Gambie pour apprendre à jouer de la kora, un instrument à cordes très présent en Afrique de l’Ouest. « J’attends de le faire depuis deux ans, mais la covid a beaucoup retardé les choses », souligne-t-il.

Njacko Backo
Njacko Backo est très régulièrement intervenu dans les écoles, pour enseigner l’histoire et les instruments africains. Photo Guillaume Garcia (2016)

Njacko Backo aux Home Follies

Njacko Backo sera également présent aux Home Follies les 2 et 3 septembre. Aux côtés d’autres musiciens, il sera percussionniste pour accompagner les performances des acteurs du Shadowland Theater.

Le spectacle se déroulera au parc Parma le 2 septembre, et au parc Dentonia le 3 septembre, dans l’Est de Toronto.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur