Allan Gardens: un jardin d’hiver dans la ville aux choux

Pour une courte escapade en climat tropical alors que le printemps tarde à se montrer

chemin

Un tour du monde de la flore en 1500 mètres carrés.


20 avril 2018 à 17h00

«Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe / Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur». Victor Hugo n’a pas eu besoin de visiter le jardin botanique Allan Gardens pour trouver l’inspiration pour son fameux poème Demain dès l’aube.

Situé au 19 Avenue de l’Horticulture, une adresse qui ne s’invente pas… ou plutôt si, puisque c’est le nom donné à un chemin, dans le grand le parc Allan Gardens à l’angle de Carlton et Jarvis, menant aux jardins pleins de surprises aromatiques.

Alors que nous sommes dans une ville où les immeubles fleurissent à perte de vue, il faut pousser la porte de l’historique serre aux palmiers pour oublier sa citadinité quelques instants.

Pour une nouvelle édition de Visites Express, voici une courte escapade en climat tropical alors que le printemps peine à se montrer sur Toronto.

De l’aridité des cactus à l’humidité des plantes tropicales, c’est un tour du monde de la flore en 1500 mètres carré que vous propose le jardin botanique en plein coeur de Cabbagetown (la ville aux choux).

Balade parfumée

Il faut regarder où l’on marche. Les chemins sont étroits et la nature nous encercle. Cependant, ne restez pas les yeux rivés au sol, nous ne sommes pas à l’abri de heurter une liane de jade ou de louper un jardin suspendu au-dessus de nos têtes.

Vous retrouverez les grands classiques du jardinage: lys, géranium, orchidées… Mais c’est aussi l’occasion de découvrir des plantes venues d’ailleurs notamment un florilège de cactus des zones les plus arides de la planète.

Dans la première serre, les palmiers tutoient la verrière qui laisse pénétrer une lumière naturelle rayonnante. Favorite des touristes pour ses sculptures florales, c’est notamment le lapin fait de fleurs qui monopolise les objectifs des appareils photo.

Le dépaysement est total lorsque l’on pénètre dans la serre tropicale. Il y fait au moins 25°C, une température idéale pour assurer le bon développement des plantes les plus exotiques, mais aussi pour réchauffer les Torontois qui attendent impatiemment le printemps.

Ambiance paisible

L’abondante nature laisse à l’eau se frayer un chemin dans les 6 jardins d’hiver. Sous les serres, les fontaines à ruissellement et moulins à eau s’acoquinent avec les fleurs et instaurent le calme.

Les Allan Gardens ne sont pas pas un repère de touristes. En se promenant entre les plantes, nous nous rendons compte que le jardin a ses habitués. Des abonnés journaliers aux habitants du quartier qui ne font que passer, le jardin semble être un petit havre de paix pour les Torontois.

Toronto la ville verte

Le jardin est auto-géré par Les amis d’Allan Gardens, un groupe non-lucratif composé de citoyens, d’habitants du quartier et de bénévoles pour assurer la survie du jardin botanique. Ouvert tous les jours de l’année, l’entrée est gratuite.

Les Allan Gardens fait partie d’une longue liste d’espaces verts à Toronto. Sur son site Internet, la capitale économique canadienne recense et classe en catégorie 36 coins de verdure principalement situés dans Downton Toronto.

Parmi eux, le jardin botanique de Toronto propose régulièrement des activités inédites. Introduction à la permaculture, lectures dans les jardins, réunion de groupe de poètes, cours de jardinage …

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur