Le Temple de la renommée ne niaise pas avec la puck

Temple de la renommée du Hockey

Des chandails divers et variées sont visibles au musée du hockey.


13 avril 2018 à 17h00

Comment rester de glace face à plus d’un millénaire d’histoire? Même si le terme hockey date de 1785, l’homme maniait la crosse (ou son équivalent) depuis bien plus longtemps, à en croire les traces artistiques de ce sport.

Et ce n’est pas les Canadiens qui diront le contraire! Source de nombreux débats au pays du sirop d’érable, le lieu de naissance officiel de notre sport national n’est autre que Kingston.

C’est d’ailleurs dans cette ancienne capitale que le Temple de la renommée du hockey fut fondé le 10 septembre 1943 pour ensuite déménager à Toronto, au coin de Yonge et Front. Cette année il fête ses soixante-quinze ans.

«C’était devenu une nécessité de préserver l’histoire du hockey, mais aussi de célébrer son évolution internationale et les ‘grands’ et ‘grandes’ de ce sport», nous confie Kelly Masse, représentante de l’édifice.

Panthéon du monde de la glace

C’est là que réside tout l’intérêt du Temple de la renommée du hockey: glorifier les joueurs, entraîneurs, arbitres et personnalités qui ont marqué l’histoire grâce à un système d’intronisation.

Attention, ce n’est pas n’importe qui peut avoir sa place dans le Temple!

Temple de la renommée du Hockey
La coupe Stanley.

Chacun des dossiers présentés devra passer devant les 18 membres du conseil et recevoir au minimum les trois quarts des votes. La personne doit avoir pris sa retraite de sa carrière sur la glace depuis au moins trois ans.

Chaque année, quatre joueurs, deux joueuses, deux «bâtisseurs» et un officiel sont élus en novembre.

Les premiers hockeyeurs à avoir eu cette chance, en avril 1945, sont Hobey Baker, Chuck Gardiner, Eddie Gerard, Frank McGee, Howie Morenz, Tommy Phillips, Harvey Pulford, Hod Stuart et Georges Vézina.

Temple de la renommée du Hockey
Hobey Baker, un des premiers joueurs à avoir été intronisé.

L’idéal pour briser la glace

Pour les amateurs, il est possible de louer le Temple pour des événements comme des mariages ou des fêtes d’équipe ou de ligue. Gare cependant, à ne pas traverser la salle des trophées: ça porterait malheur!

Temple de la renommée du Hockey
Une partie de la salle des trophées.

Quoi de mieux, en effet, que de fêter une victoire au milieu de tous les artefacts du hockey, dont la fameuse coupe Stanley! Chandails et casques des équipes du monde entier y sont réunis. En outre, il est possible de se mettre à la place d’un joueur grâce aux jeux interactifs.

Quant à ceux qui rêveraient d’une carrière de journaliste sportif, un plateau télé a été reproduit afin de permettre aux commentateurs en herbe de s’exprimer devant la caméra.

Temple de la renommée du Hockey
Les casques tapissent les murs du Temple de la renommée du hockey.

Le monde du hockey bouleversé

Suite au terrible accident qui a décimé l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt, en Saskatchewan, le vendredi 6 avril, il est bon de se rappeler les valeurs familiales de ce sport.

Le Temple de la renommée du hockey a d’ailleurs rendu hommage aux hockeyeurs décédés en participant au mouvement #PutYourSticksOut sur Twitter et en exprimant son soutien.

Il est également possible de participer à une campagne de financement participatif afin d’aider les proches des victimes.

Temple de la renommée du Hockey
Le Temple de la renommée du Hockey a rendu hommage aux victimes sur Twitter.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur